« Il ne faut pas ôter aux aînés leurs raisons de vivre, Madame von der Leyen ! »

Par Patrice Cahart
16 avril 2020

J’avais la meilleure opinion de vous. Élevée à Bruxelles, vous êtes parfaitement francophone et aussi, je crois, francophile. Étudiante, vous avez failli être enlevée par la Fraction Armée Rouge, en raison des fonctions politiques de votre père, et vous avez dû vous cacher. Mère de sept enfants, vous êtes de ceux que Péguy appelait les aventuriers du monde moderne, et vous vous en êtes fort bien tirée. Toute petite parmi ces grands Allemands, vous avez conduit pendant cinq ans et demi le ministère de la Défense de votre pays. Vous êtes la première femme à présider la Commission européenne.

Avec votre ouverture internationale et votre bonne volonté protestante, vous incarnez ce que l’Allemagne a de plus sympathique.

Quelle mouche vous a donc piquée ? Dans le quotidien Bild paru le dimanche de Pâques, vous avez préconisé le confinement des personnes âgées jusqu’à la fin de cette année, en attendant la mise au point et la commercialisation d’un vaccin contre le coronavirus. Donc huit mois et demi de réclusion, s’ajoutant au mois déjà subi.

On veut sauver les personnes âgées, tout en leur ôtant le goût de vivre.

Et sans doute beaucoup plus, car une invention, hélas, ne se décrète pas. Il faudra trouver le bon vaccin, l’expérimenter, le produire à une cadence industrielle. La fin de 2020 risque d’être largement dépassée. La relégation durerait donc plus d’un an.

Au motif de protéger les gens âgés, vous allez en faire des morts-vivants. Et infliger de lourdes sujétions à leurs proches.

Vous êtes docteur en médecine, vous avez été médecin dans une maternité, vous avez épousé un professeur de médecine. Mais comme vous le savez, la santé ne se réduit pas à la médecine. Elle inclut la qualité de la vie, et les rapports à autrui. Pendant neuf mois, voire un an, les personnes âgées ne pourraient plus voir leurs enfants, leurs petits-enfants, leurs amis. Elles seraient réduites à communiquer avec eux par des moyens informatiques que, pour la plupart, elles maîtrisent mal. Tout ce qui fait le prix de l’existence leur serait retiré. On veut les sauver, tout en leur ôtant le goût de vivre.

D’ailleurs le confinement protège peu de la contagion, du moins dans les maisons de retraite (EHPAD), où le virus est introduit de manière involontaire par le personnel.

La précaution draconienne que vous recommandez serait pire que le mal.

Pour l’ensemble de ces raisons, la précaution draconienne que vous recommandez serait pire que le mal.

Pardonnez-moi de citer aussi mon propre exemple. J’ai 77 ans, et reste, Dieu merci, en bonne santé. Je gère, et j’entretiens en partie de mes propres mains un monument historique privé ouvert au public. Je n’ai plus le droit d’y aller. La prolongation de cette situation serait intenable.

Il se trouve également que j’écris des livres. Vous m’objecterez le télétravail. Mais vient un moment où on ne peut remplacer le contact direct avec l’éditeur, les journalistes, le public.

Mon cas n’a rien d’exceptionnel. En France, en Europe, de nombreux seniors mènent des actions bénévoles et utiles. La réclusion proposée les rendrait difficiles, voire impossibles.

Sans être un homme de l’art, je pense qu’un interminable confinement des personnes âgées pourrait être évité par le port obligatoire du masque pour tous ceux qui sortent de chez eux (étant précisé qu’il faudra admettre les masques artisanaux, car nous n’aurons pas assez de masques réglementaires, en France, avant l’été, voire l’automne) ; le dépistage de tous les pensionnaires et du personnel des maisons de retraite, sans attendre qu’un cas d’infection y soit signalé ; à l’exemple de l’Espagne, l’isolement des personnes ainsi détectées, durant une quinzaine de jours, dans des hôtels pris en location par les pouvoirs publics ; des tests dans le reste de la population, en fonction du matériel et du personnel disponibles ; un appel à la prudence, que les personnes âgées, en France comme ailleurs, sont parfaitement capables d’entendre.

Les gens âgés ne sont ni des enfants incapables de discerner leur intérêt, ni des citoyens de seconde zone.

Durant le répit que la baisse des courbes de mortalité laisse espérer, il y a de fortes chances qu’un des médicaments à l’étude, qui ont l’avantage d’exister, contrairement à l’éventuel vaccin, soit reconnu opérationnel, et fabriqué à grande échelle. Il pourrait alors faire échec à une deuxième vague possible du virus. De même, à plus forte raison, pour les injections d’anticorps, relevant d’une technique éprouvée, et qui pourraient être pratiquées, d’après certaines annonces, avant la fin du printemps.

Dans l’espoir qu’une lourde erreur pourra être évitée, je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de mes respects.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.