Réflexions sur un assaillant

Frédéric Tangy, Jean-Nicolas Tournier : L’Homme façonné par les virus.
Livre lu par Nicolas Saudray [1]

31 janvier 2021

Frédéric Tangy, virologue, professeur de vaccinologie, dirige à l’Institut Pasteur un laboratoire qui a mis au point un vaccin contre l’actuelle pandémie. Soit dit en passant, elle ne doit plus être appelée Covid 19, mais SARS CoV-2, pour marquer la parenté avec le premier SARS, cette maladie respiratoire émergée en 2003. Le chercheur s’est associé à un médecin militaire, Jean-Nicolas Tournier, chef de l’Institut de recherche biomédicale des armées, pour célébrer la découverte et la situer dans la longue histoire des virus. L’ouvrage est paru en janvier 2021. Déveine ! Quelques jours plus tard, l’Institut Pasteur faisait savoir qu’il renonçait à ce vaccin. Cela n’interdit pas de réfléchir, en compagnie des deux auteurs.

Après l’annonce initiale, ils présentent de manière vivante une brève histoire des épidémies. Considérée d’après le nombre de morts, l’actuelle fait modeste figure. Son taux de mortalité n’atteint que 2,5%, alors que d’autres, en dernier lieu le Sida, ont atteint ou dépassé les 50 %, et que la grippe « espagnole » a tué cinquante millions de personnes. La terreur que répand notre ennemie d’aujourd’hui tient à la rapidité de sa diffusion, notamment par les transports aériens, et donc à son extension mondiale.

Un virus, c’est un morceau d’acide nucléique enveloppé dans une protéine. Il a besoin d’un hôte (généralement une cellule) pour se répliquer. Les virus sont presque aussi vieux que la vie sur Terre ; dès les débuts des bactéries, ils sont venus s’y infiltrer. Leur présence physique est impressionnante. Les océans contiennent en moyenne trois millions de particules virales par millilitre. Et si on mettait ces particules bout à bout, elles s’étireraient sur dix millions d’années-lumière.

En latin, virus signifie poison. Deux cent mille « espèces » (on dit plutôt « populations ») ont été recensées, et la propension de chacune à muter accroît encore la diversité. Mais 129 seulement de ces formes sont reconnues dangereuses pour l’homme. Les hommes de science ont mis longtemps à identifier les virus, car ils échappent aux microscopes optiques, et ne consentent à paraître que devant un microscope électronique. Pasteur, qui a combattu divers virus avec le succès que l’on sait, ne les avait jamais vus.

Nous devons le premier vaccin, utilisé contre la variole, au médecin anglais Jenner, à la fin du XVIIIe siècle. Le nom de son invention rappelle les vaches dont les pustules ont été utilisées. Napoléon se fait vacciner en 1811, avec son jeune fils le roi de Rome, et prescrit cette précaution pour l’ensemble de ses troupes. S’agissant des nouveau-nés, la vaccination est rendue obligatoire en Grande-Bretagne dès 1840, mais la France attend 1902. On voit la différence des mentalités !  

Aujourd’hui, grâce aux efforts de vaccination de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la variole a disparu. S’agissant d’une maladie propre à l’homme, il n’y a apparemment aucun risque qu’elle se soit réfugiée chez des animaux sauvages, avant de reparaître. Voilà notre espèce délivrée d’un fléau qu’elle subissait depuis au moins cinq mille ans.

L’éradication de la poliomyélite, là encore par la voie du vaccin, figurait également au programme de l’OMS. Elle est en bonne voie. Des résistances à la vaccination persistent néanmoins au Pakistan et en Afghanistan.

La grippe espagnole a sévi pendant deux ans (1918-1920), puis a disparu, avant qu’on ait eu le temps d’inventer un vaccin. En l’absence de réservoir animal connu, on peut tenir l’événement pour définitif. Un laboratoire a eu toutefois l’audace de de reconstituer le virus, d’où critiques, car il s’est mis à la merci d’une libération  accidentelle.

Après avoir ravagé, plus d’une fois, le continent américain, la fièvre jaune s’est retirée sans son Afrique natale, et en Amazonie. Un vaccin a été inventé en 1927. Mais, contrairement à la variole et à la grippe espagnole, elle ne pourra être éliminée en totalité, compte tenu de sa présence chez des singes (comme le Sida).

La rougeole a longtemps été, dans les pays avancés, la première cause de mortalité juvénile. La mise au point des vaccins, à laquelle l’institut Pasteur a contribué, y a mis bon ordre. Dans notre pays, compte tenu de réticences irraisonnées, la vaccination n’a été rendue obligatoire pour les enfants que le 1er janvier 2018. Mais pratiquement plus personne ne meurt en France de la rougeole. C’est surtout en Afrique que le mal persiste. Bien que dérivé de la peste bovine, il  ne bénéficie d’aucun réservoir animal. Il pourra donc, un jour, être éliminé.

À la suite de ces succès, on pouvait penser que le temps des maladies infectieuses était révolu : ou bien elles provenaient de virus, et les vaccins allaient leur barrer la route ; ou bien elles résultaient de bactéries (cas de la peste ou de la tuberculose), et les antibiotiques (impuissants contre les virus) les tenaient en échec. La recherche médicale pouvait donc se concentrer sur les pathologies les plus importantes des pays avancés : les maladies cardio-vasculaires et les cancers. L’apparition du Sida, la remontée de la tuberculose, enfin l’arrivée du SARS CoV-2 ont brouillé ces belles perspectives.

Le pangolin ayant été innocenté, cette dernière maladie paraît provenir d’une espèce de chauves-souris présente en Chine, chez qui elle ne provoquerait  que des maux légers. C’est le passage à l’homme qui la rendrait dangereuse ! Le SARS        CoV-2 fait partie de la famille des coronavirus, dont les premiers identifiés, à la fin des années 1960, ne causaient que des rhumes bénins. On estime qu’au moins cinq cents types de coronavirus sommeillent chez les chiroptères.

Comme on a pu le constater, les humains sont très inégalement réceptifs au SRAS CoV-2. Une raison surprenante en a été donnée. Chercheur renommé, spécialiste de l’homme de Neandertal, l’Estonien Svante Pääbo a calculé qu’un gène ou groupe de gènes légué par cet ancêtre, et particulièrement réceptif à notre nouveau SRAS, est présent chez 8 % des Européens (sans mentionner les Asiatiques). Ainsi Neandertal, que l’on croyait disparu voici quelque quarante mille ans, continue d’influer sur la vie de ses descendants.  Cette révélation suscite trois commentaires de ma part :

¤ si le groupe de gènes néandertaliens en cause a été conservé par l’évolution, alors que d’autres étaient éliminés, c’est sans doute, comme l’observent Tangy et Tournier, parce qu’ils servaient à quelque chose ; mais nous ne savons pas à quoi ; n’accablons donc pas ce pauvre Neandertal ; la mortalité due au SRAS CoV-2 va vraisemblablement limiter la transmission de son héritage, et donc affaiblir certaines protections ;

¤ les gènes néandertaliens se sont répandus en Europe et en Asie, très peu en Afrique ; ce pourrait être l’explication de la bonne tenue de ce continent face au SRAS CoV-2 ; durant l’année 2020, les médias nous inondaient de prédictions apocalyptiques au sujet de l’Afrique subsahariennes ; elles ne se sont pas réalisées ;

¤ dans la lutte contre ce mal, une démarche a priori concevable consisterait à identifier, par analyse génétique, les porteurs des gènes concernés, et à les vacciner en priorité ; mais cela coûterait cher ; mieux vaut encore, d’un point de vue financier, vacciner tout le monde à l’aveuglette comme on a entrepris de le faire.

Les vaccins actuellement homologués – Pfizer, Moderna, Astra Zeneca – sont dits « à ARN messager ». Le laboratoire de Frédéric Tingy, à l’Institut Pasteur, a mis au point une autre formule, inspirée des vaccins contre la rougeole dont on a vu le triomphe. La production a été confiée par avance à la firme autrichienne Themis, qui avait déjà conduit d’autres créations pastoriennes au stade commercial. Themis a été acheté par Merck, le géant américain, concurrent notamment de Pfizer. L’institut Pasteur s’est réjoui de cet achat, qui allait mettre au service de son vaccin une importante capacité industrielle.

Patatras !  Considérant  que le taux de succès du vaccin Pasteur sur les humains est nettement inférieur à celui de ses concurrents, Merck l’a abandonné. L’Institut a dû en faire l’annonce le 25 janvier. Un crève-cœur, après un an de travail acharné !  Succédant aux déboires de Sanofi, cet événement jette une ombre sur la recherche française. Frédéric Tingy et son équipe ne baissent pas les bras pour autant. Ils tracent deux pistes pour un nouveau vaccin : ARN messager, comme leurs concurrents, ou la stimulation des défenseurs que sont les globules blancs.

Vers quel avenir allons-nous ? Le SARS Cov-2 sera sans doute jugulé dans le courant de 2021, malgré les retards des producteurs de vaccins homologués. Le virus restera néanmoins tapi dans des cellules de chauves-souris, prêt à réattaquer dans quelques années, lorsque les immunités acquises se seront affaiblies.

Mais c’est surtout des « nouvelles » épidémies que nous devons nous soucier. Selon nos deux auteurs, 335 maladies infectieuses sont apparues depuis 1940, soit plus de quatre par an ! 60 % d’entre elles sont des zoonoses, c’est à dire des affections à réservoir animal. Elles peuvent être renvoyées temporairement aux forêts et aux toundras, elles ne peuvent être éradiquées. Certes, la plupart n’ont eu, Dieu merci, qu’une faible incidence. Il faut néanmoins citer, en sens inverse, la Sida (dont le réservoir se trouve chez des singes), le premier SRAS (dont le réservoir se trouve chez la civette), et le deuxième SRAS, qui nous occupe tant.

Nous devons donc nous attendre, au cours des prochaines années, à l’irruption de maladies inconnues et parfois périlleuses. Les avancées d’une agriculture incontrôlée facilitent la sortie des réservoirs sauvages. Le livre cite l’exemple de la Malaisie : les forêts équatoriales étant abattues (au profit, notamment, de la dévorante huile de palme), les chauves-souris qui y logeaient se sont perchées dans les arbres proches des habitations ; leurs déjections contaminent les porcs qui contaminent les hommes. Et, par l’effet des transports aériens, la propagation du  virus ainsi sorti de son repaire peut être foudroyante,

Bien écrit, presque toujours compréhensible, le livre de Frédéric Tingy et de Jean-Nicolas Tournier pose les bonnes questions.

     [1] Éd. Odile Jacob, janvier 2021, 298 pages – 21,90 euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.