Éric Roussel : C’était le monde d’avant

Carnets d’un biographe

Lus par Nicolas Saudray
14 mars 2022

Éric Roussel est l’auteur qui connaît le mieux l’histoire politique française de la période 1930-2000. Outre les biographies présidentielles qui ont fait a renommée, il a publié un maître-livre sur le naufrage du 16 juin 1940, et présenté au public des mémoires ou des correspondances de personnalités très diverses.

Durant ce long parcours sur des terres encore ravagées par les passions, il ne pouvait tout révéler. Mais maintenant, les principaux témoins sont morts. Éric Roussel est lui-même parfaitement reconnu, membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, donc de taille à se défendre. Gageons d’ailleurs qu’on n’osera guère l’attaquer, tant sa réputation de probité est établie. En outre, l’écoulement du temps lui a donné davantage de recul. Le moment est donc venu pour lui de communiquer aux lecteurs ce qui était resté en marge de ses ouvrages, ou sous-entendu.

Parmi les héros parfois involontaires de ses livres précédents, l’auteur en a choisi onze, de calibres inégaux. Il n’est pas question pour moi de résumer ce volume fait à la fois de vues panoramiques et de détail significatifs. Je glanerai quelques épis, en incitant le public du site Montesquieu à faire plus ample moisson.

De Gaulle donne lieu aujourd’hui à un vaste consensus, englobant des hommes politiques qui le combattraient vivement s’il revenait aujourd’hui. Éric Roussel a été et reste gaulliste, tout en éprouvant une certaine fascination pour des figures assez opposées, Mendès-France, Jean Monnet. Cela ne l’empêche pas de reconnaître les faiblesses du grand homme, par exemple son incompréhension du drame des harkis. Et de nous rapporter de terribles petites phrases. « Le bonheur n’existe pas » (confidence à Emmanuel d’Astier).

Celle de la page 276 surprendra par sa dureté : « Ceux qui me servent, je les méprise. Quant à ceux qui s’opposent à moi, je ne peux pas les supporter ». Elle est néanmoins vraisemblable, et l’auteur la tient de plusieurs sources. Mais peut-être a-t-elle été émise en un moment de contrariété. Et elle s’accorde mal avec la pluie d’honneurs qui s’est déversée sur les grands barons du gaullisme.

On savait que Pompidou et Couve de Murville, de cultures si différentes, ne s’aimaient guère. On ne mesurait pas la largeur de l’abîme. Malgré ses qualités diplomatiques, ou plutôt à cause d’elles, Couve était dépourvu du charisme d’un chef d’État. Pourtant, devenu premier ministre par suite des événements de mai  1968, il s’était cru apte à lui succéder, ce qui l’avait mis en concurrence avec Pompidou, et l’avait incité à participer à une campagne de rumeurs visant à discréditer ce rival, dans l’affaire Markovic. « Je le tuerai de mes propres mains », aurait déclaré la victime.

Jean Monnet était à première vue le moins romanesque des hommes. Un monsieur Tout-le-Monde. Éric Roussel décrit sa passion pour une Italienne mariée qui, ne pouvant divorcer dans son propre pays, adopta pour ce faire la nationalité soviétique.

Mitterrand, quelque temps fonctionnaire du gouvernement de Vichy, mais en même temps résistant, s’est donné beaucoup de peine pour accréditer un récit selon lequel, en 1943, un avion britannique l’aurait amené en mission à Londres. Qu’en penser ? Le biographe laisse planer le doute.

La rivalité de Jean Moulin et de Pierre Brossolette, au sein de cette Résistance, était connue. Éric Roussel estime qu’elle allait au-delà d’un problème d’ego. Moulin, rappelle-t-il, était un ancien préfet, formé sous la IIIème République, enclin à revenir au régime parlementaire. Brossolette, bien que socialiste à l’origine, préconisait la formation d’un parti solide autour du Général. Un précurseur du RPF, en somme.

Terminons par un représentant de l’autre camp. L’historien Benoist-Méchin, un moment ministre à Vichy, avait été écarté du gouvernement par Pierre Laval qui le trouvait trop allemand. Plus heureux que son ancien patron, il s’en tira, à la Libération, avec dix ans de prison. Puis s’offrit une seconde vie comme biographe de l’empereur Frédéric II et d’Ibn Séoud. Éric Roussel explique cet étrange cursus par un complexe de Pollux : Benoist-Méchin succédait, chez ses parents, à un enfant mort qui se prénommait lui aussi Jacques.

Souhaitons à Éric Roussel de vivre assez longtemps pour pouvoir écrire une biographie d’Emmanuel Macron. Voilà un sujet digne de lui.

Le livre : Éric Roussel, C’était le monde d’avant, Carnets d’un biographe. Éd. de l’Observatoire, 2022, 305 pages, 24 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.