Le modèle chinois

Par Michel Cotten

Spécialiste des collectivités locales, Michel Cotten a donné plusieurs conférences en Chine. Elles ont été l’occasion de diverses rencontres. À l’époque, le pays de Confucius connaissait une ascension triomphante. Notre regretté ami n’a pas été témoin du ralentissement économique actuel, ni des troubles de Hong-Kong, ni, plus récemment, du coronavirus, auteur d’une sorte de pneumonie, dont la menace a fait fuir en quelques jours cinq millions d’habitants de la ville de Wou Han. Mais ces péripéties n’auront sans doute pas d’incidence majeure à moyen ou long terme. Aussi les observations souvent piquantes présentées par  Michel Cotten en novembre 2010 nous paraissent-elles conserver toute leur valeur, à une exception près : la règle de l’enfant unique a été assouplie (sans que cela provoque un rebond des naissances).
                                                                                                                                       Le site Montesquieu, janvier 2020 

 

Le Parti Communiste Chinois vient d’adopter son nouveau plan quinquennal. Apparemment, l’Occident ne s’intéresse pas à la manière dont il va être mangé.

Après la réussite des Jeux Olympiques en 2008, malgré les perturbations de quelques droits de l’hommistes, l’Exposition Universelle a donné un nouvel exemple du savoir-faire de l’empire du Milieu. La Chine fête son accession au podium des économies mondiales. Ayant dépassé l’Allemagne, elle se trouve juste derrière les États-Unis et le Japon.

Avec une croissance à deux chiffres, les choses changent vite. En 2009, année de crise, la progression a quand même atteint 8,3%. Le grignotage de l’écart avec les autres grands pays continue. Un jour, la Chine sera la première; ce n’est plus qu’une question d’années.

Je pense que cette énorme réussite tient à quatre facteurs principaux:

     1/ L’existence d’un parti unique fort, intelligent et pragmatique qui ne s’embarrasse pas trop des détails et des oppositions. Les grands dirigeants du PCC sont ouverts sur l’extérieur, que ce soit par «China and the World» ou l’Académie des sciences économiques et sociales (CASS) présidée par un membre éminent du parti. A la CASS travaillent plus de trois mille personnes, du niveau du doctorat pour la plupart.

Pour moi, la signature, le 22 octobre 2009, du protocole «Parti Communiste Chinois/UMP de France», que Le Monde a traité par le mépris, est une bonne initiative. Le contact avec une gouvernance moderne, active, allant toujours à l’essentiel et sachant prendre des virages stratégiques ne peut que nous faire du bien. Un enfant par famille; un second si le premier est une fille, point-barre. Des pénalités très lourdes pour ceux qui ne respectent pas la règle. Voilà l’exemple d’une politique simple et efficace qui a rendu possible le décollage économique. Il y a beaucoup à apprendre d’un régime qui a pris le risque du développement économique sans perdre le pouvoir, ainsi que d’un parti communiste qui a engagé une NEP [1] à grande échelle et qui, à la différence de Lénine, a jusqu’ici réussi.

     2/ La constitution d’un management supérieur performant, issu d’un recrutement initial férocement sélectif par l’Ena-chi, suivi d’un cursus de responsabilités progressives sur le terrain, en province – et non dans des cabinets ministériels où l’on n’apprend qu’à rayer les parquets avec ses dents, à piétiner ses voisins et à faire des synthèses verbales. En Chine, il paraît exclu d’exercer des responsabilités importantes avant quarante ou quarante-cinq ans. Si ce pays ne connaît pas la décentralisation, puisque les autorités ne sont pas issues du suffrage universel pluraliste et à bulletin secret, c’est en revanche un pays extrêmement déconcentré. Sur trente-trois millions de fonctionnaires, seuls 55.000 travaillent à Pékin. Un passage par l’Ecole centrale des cadres du parti communiste, qui joue un peu le rôle de l’École de guerre pour nos capitaines, mais à l’échelle de toute la société, donne accès aux responsabilités réellement importantes. De larges rémunérations pouvant être complétées, à leurs risques et périls, par des pots de vin et des détournements de fonds, rendent la vie des cadres et leur cadre de vie, très agréable. Dans un pays où le goût de la transcendance n’a jamais été un souci majeur, les avantages matériels sont très appréciés.

La Chine pratique réellement la gestion par objectifs. Les performances par rapport aux objectifs fixés par les autorités centrales sont régulièrement évaluées, dans des conditions qui relèvent du secret d’État, comme ce qui tient lieu de «budgets locaux» d’ailleurs. Ces évaluations peuvent entraîner selon les cas la peine de mort (rarement), ou un nouveau test dans une province différente, mais aussi une nomination à Pékin dans les instances centrales; c’est ce dont rêvent tous les responsables provinciaux, avant une éventuelle «Competition among the few» pour le pouvoir suprême, où presque tous les coups sont permis, comme partout ailleurs. Il y a également beaucoup à apprendre d’un système «dual» où à chaque niveau, du plus petit village jusqu’au sommet de l’État, coexistent des fonctionnaires d’État et des représentants du PCC. C’est assez différent du système français où les représentants locaux de l’État, les préfets, ont souvent du mal à se faire entendre des élus locaux, qui ont la grosse tête depuis la Décentralisation. «Pouvoirs locaux», un oxymore auquel la Chine échappe encore pour le moment.

     3/ La formation de scientifiques et de techniciens supérieurs dans tous les domaines, en nombre égal aux productions américaine et européenne réunies. C’est un facteur décisif de la croissance à deux chiffres que connaît la Chine depuis la Grande réforme économique. Les jeunes cadres arrivent dans l’économie chinoise productive et y restent tous longtemps, au lieu de se précipiter dans les salles de marchés pour jouer au Monopoly et empocher de gros bonus, comme nos X ou nos normaliens-sciences. Les ingénieurs chinois sont orientés vers l’industrie en priorité. Ils décryptent rapidement les plans de nos TGV et de nos Airbus, qu’ils nous vendront bientôt pas trop cher avec quelques améliorations, ainsi que les brevets qu’ils n’ont pas forcément achetés, d’ailleurs. Depuis la visite du jésuite Mattéo Ricci en 1600, les Chinois ont adopté sans complexe le corpus scientifique occidental,  dans les domaines de la mathématique et de la physique surtout.

En revanche, après réflexion, ils n’ont pas pris le christianisme, ni la séparation des pouvoirs, car peu porteurs. En considérant que le culte des ancêtres avait un caractère religieux, contrairement à ce que pensaient les jésuites de terrain, le pape de l’époque a beaucoup contribué au rejet de la religion chrétienne et de ce qui va avec, par les autorités et la population. Il reste maintenant à la Chine d’obtenir des prix Nobel indigènes, ce qui ne devrait pas trop tarder, puisque la recherche scientifique est une vraie priorité budgétaire, depuis maintenant vingt ans.

     4/ Le maintien de coûts de production très bas, donc de prix de vente compétitifs. Il  est obtenu de quatre façons :

     a/ l’interdiction du droit de grève (officiellement depuis 1982) et des syndicats revendicatifs, facteurs de désordre et de chômage si on y regarde de près ;

     b/ l’existence d’une armée de travailleurs de réserve dans les campagnes profondes (60% de la population est encore rurale) ; quand les travailleurs des villes deviennent un peu trop exigeants, on peut toujours les virer et aller puiser dans les provinces de l’ouest ;

     c/ l’absence de Sécurité sociale, qui donne des ailes aux entreprises chinoises ; les jeunes ménages s’occupent de leurs vieux ; la médecine chinoise, même si elle ne guérit pas toujours, ne coûte pas très cher (il faut bien mourir un jour…) ; pas d’allocations familiales évidemment, puisque l’objectif c’est un seul enfant, mais des pénalités pour familles trop nombreuses !! d’où une grosse surprise à l’Institut du socialisme, quand j’ai dit qu’au budget de l’État français (17% du PIB) et des collectivités locales (11%), il fallait ajouter le «budget» de la Sécu, 24% du PIB! De fait, avec 51% de la production passant par des systèmes publics à prélèvements obligatoires [2],  la France a une économie beaucoup plus «socialiste» ou socialisée que la Chine ; lors du débat avec les chercheurs communistes, il s’est même trouvé .une chercheuse, ayant une magnifique faucille et un superbe marteau dorés sur sa carte de visite, pour souligner qu’avec un impôt comme la taxe professionnelle, la France avait peu de chances de vendre en Chine ;

    d/ enfin, quatrième facteur de compétitivité bien connu, la sous-évaluation du yuan, arrimé à une monnaie fondante comme le dollar, contribue au développement sans fin des exportations, de l’excédent commercial et de la prise de contrôle des États et des entreprises de la planète.

Le sens traditionnel du commerce, pouvant aller jusqu’au dolus bonus et même au-delà, est proprement stupéfiant, de la base jusqu’au sommet, de la vendeuse de Yo Show jusqu’au partenaire de Véolia. Il y a très peu de no bargain prices. Derrière l’acte d’achat se trouve toujours l’idée que ce sera peut-être le dernier achat, et que la prochaine fois le fournisseur sera devenu un client. Je ne comprends toujours pas pourquoi la charmante française diplômée de HEC que j’ai rencontrée a préféré faire un stage à l’ambassade de France, où, j’ai pu le constater, «les personnalités chinoises porteuses d’avenir» ne se bousculaient pas, plutôt que dans un Trade center chinois de base.

***

Cela dit, on peut toujours rêver, comme le journal Le Monde, du réveil du prolétariat chinois suivi d’une grève générale qui bloquerait l’usine de la planète, d’une manifestation monstre d’étudiants place Tien an Men qui obligerait le régime à se démocratiser (alors que d’habitude il fait tirer dans le tas), d’une énorme pollution qui asphyxierait tous les dirigeants du Parti Communiste Chinois, d’une rupture du barrage des Trois Vallées, d’une conversion massive aux valeurs occidentales grâce à Google ou à BHL, et même d’une implantation réussie d’une CGT à la française avec débrayages sans raison à répétition, harcèlement des directions, népotisme ouvrier (voir égoutiers, Livre, dockers), refus des techniques  économisant des emplois, etc.

À chacun son opium.

Essayons plutôt de nous représenter l’état du monde dans vingt ans. Tous les grands pays ont désormais des balances commerciales très déficitaires avec la Chine. Avec les énormes excédents commerciaux accumulés, ce pays continue de prêter aux États plus ou moins Providence, pour boucler leurs fin de mois, mais de plus en plus cher. La plupart des pays occidentaux, même la Norvège, sont cotés A- par l’agence chinoise de notation créée en 2009, qui vient d’ailleurs de racheter Pitch, Moody& Blue, et Standard & Rich.

Ce ne sont que quelques exemples. De nombreuses entreprises occidentales, rentables, porteuses d’avenir ou stratégiques ont été rachetées et vidées de leur savoir-faire, ou bien sont habilement contrôlées. Il n’y a pratiquement plus de technologie occidentale à piller; en revanche les redevances pour brevets chinois (pour l’essentiel des brevets européens pillés puis revampés) pèsent de plus en plus lourd dans les balances. Les directeurs du FMI et de l’OMC sont désormais chinois. Pascal Lamy, retiré avec son chat dans le Lubéron, rédige ses mémoires intitulés: «Je n’avais pas tout compris: Je m’en mords les Doha.». Il confesse dans le chapitre 10 qu’il n’est plus si sûr que ça que la Chine soit, comme l’OMC l’a admis en 2001, une «économie de marché».

Voyant le coup venir, c’est à dire le «remboursement» de la gigantesque dette des États en monnaie de singe, le gouvernement chinois a obtenu des gages importants; tout le secteur public français par exemple sert désormais de garantie aux prêts consentis. La Révolution française, on le rappelle rarement, avait répudié les trois quarts de sa dette ; la russe, la totalité. Les Chinois, qui connaissent l’histoire, ne se laisseront pas faire.

Bref, le communisme (version chinoise) va venir à bout du capitalisme. Au fond, Marx avait raison.

   [1] NEP signifie Nouvelle Politique Économique. Il s’agit de la libéralisation de la doctrine bolchevique durant les dernières années de Lénine et les premières de Staline.
  [2] 56 % maintenant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *