Ukraine : des textes prémonitoires

Par Michel Peissik
Mai 2022

Michel Peissik, d’origine ukrainienne et membre de la promotion Montesquieu, a été nommé ambassadeur à Kiev en 1992. L’année suivante, il publiait sous un pseudonyme un article sur la naissance de l’État ukrainien. Deux ans plus tard, par un autre article sous le même nom, il faisait le point. Pour la commodité du lecteur, nous avons réuni ces deux documents.
Ils mettaient en lumière la volonté et la persévérance des Ukrainiens, mais révélaient aussi l’étendue des problèmes posés. Ils aident à comprendre la crise actuelle. Les lecteurs pourront noter les réserves de l’ambassadeur envers l’entrée de l’Ukraine dans l’Union européenne.

I. L’article de 1993

L’Ukraine nouvelle, qui existe depuis seulement deux ans, occupe déjà, sur la scène internationale, une place enviable. Reconnue par plus de cent États dont près de la moitié ont effectivement une ambassade à Kiev, l’Ukraine est active dans la plupart des organisations multilatérales à vocation mondiale, à commencer par l’ONU. Sur le plan régional, elle joue un rôle marquant dans la communauté de la mer Noire et vient de contribuer à la création d’une association frontalière des Carpates.
Formellement, ce nouveau pays paraît donc avoir bien réussi, dans un très court délai, à devenir un membre de plein exercice de la communauté internationale. D’où vient qu’un doute persiste sur la pérennité de cet État, apparu après le putsch d’août 1991, sur les ruines de l’Union Soviétique ? Le doute naît d’abord des relations difficiles que l’Ukraine entretient avec la Russie où l’on n’imagine pas son existence indépendante sans que des liens étroits maintiennent très proches les deux pays. Mais il provient également de l’incertitude où l’on est en Europe sur son devenir à long terme.
Le retard de ce pays à entreprendre des réformes économiques ne le qualifie pas à s’intégrer dans l’Europe unie vers laquelle regardent déjà la Pologne ou la Hongrie.
Ses efforts pour trouver avec les pays baltes une voie commune et recréer une communauté d’intérêts entre la Baltique et la mer Noire ne rencontrent aucun écho. Bref, faute de se dessiner un avenir crédible en Europe, l’Ukraine donne créance aux affirmations néo-coloniales de la Russie selon lesquelles elle n’aurait d’autre alternative que de rentrer dans le giron de Moscou.
On voit bien l’intérêt des conservateurs russes à tenir de tels propos. Mais qu’en est-il en réalité ? La question est également d’importance pour la diplomatie française, souvent incapable de s’exprimer sur ce qu’elle ne conçoit pas clairement.

La volonté de vivre ensemble

Le drame historique des Ukrainiens est d’être un peuple sans État. Il leur a fallu, pour en avoir un, attendre le XXe siècle, pendant la première guerre mondiale, mais cet État ukrainien indépendant a duré à peu près dix-huit mois avant que la Russie soviétique ne mette fin à son existence. Le peuple ukrainien compte environ 50 millions de personnes dont 40 vivent en Ukraine, 8 en Russie et au Kazakhstan, et 2 ou 3 millions en Occident, principalement aux États-Unis et au Canada. Sa langue, malgré la répression des tsars et des soviets, a non seulement survécu, mais a sauvegardé son originalité irréductible au russe. Le problème est donc de taille et il n’est pas possible de refuser aux Ukrainiens le droit de disposer d’eux-mêmes. La suppression de ce droit, au nom du “réalisme politique”, pendant plusieurs siècles, a non seulement cimenté la volonté des Ukrainiens d’avoir leur propre État ; elle les a conduits à protester contre l’injustice qui leur était faite en s’alliant au besoin avec le diable pour l’obtenir.
L’Ukraine se trouve donc dans la situation de ces nouveaux États qui naissent de la chute des empires, au lendemain des conflits mondiaux, et dont les traités de paix organisent les conditions politiques dans lesquelles ils participeront à la vie internationale. La seule différence est que la guerre froide, par miracle, n’a jamais éclaté et qu’aucun traité de paix n’est venu sanctionner l’existence des nouveaux États issus de l’URSS.
Les éléments de démesure

Après des siècles d’efforts infructueux et d’innombrables morts pour exister en liberté, les Ukrainiens ont obtenu, sans coup férir et comme par miracle, l’indépendance dont ils avaient si longtemps rêvé. Mais ils ont hérité d’une de ces chimères dont le “petit père des peuples” avait le secret et qui n’en finissent pas de dégénérer jusqu’à retrouver les fondements du réel. Par la grâce de Staline, l’Ukraine, alors totalement asservie par les purges, les famines provoquées, les destructions de la guerre, s’est trouvée être membre fondateur des Nations Unies… Par un autre de ces faux-semblants qu’affectionnait le tyran du Kremlin, les frontières de l’Ukraine ont été tracées très au large à l’Ouest, et encore plus à l’Est et au Sud, avec le rattachement de zones colonisées par les autocrates russes depuis le 18° siècle. Khrouchtchev a mis le comble à cette exagération en faisant don de la Crimée à l’Ukraine pour fêter le « tricentenaire » de son « rattachement » à la Russie…
L’héritage des armes nucléaires est un autre élément de cette démesure. Fort sagement, les pères fondateurs de l’indépendance ukrainienne ont immédiatement proclamé que l’Ukraine nouvelle renoncerait immédiatement à cette encombrante succession. Mais, le temps passant, la présence de ces armes sur le sol national apparaît, de plus en plus, comme la garantie qu’aucun élément de ce prodigieux héritage ne sera remis en cause.

L’indépendance et la stabilité à tout prix

L’Ukraine nouvelle a été édifiée par une étrange alliance. Lors du putsch d’août 1991, son opinion publique unanime a souhaité être protégée des suites possibles du coup d’État où s’était compromis le parti communiste soviétique.
Dès que l’échec du putsch a été prévisible, chacun a compris en Ukraine qu’il fallait saisir l’occasion de se séparer de l’Union Soviétique et de mener une politique indépendante de Moscou dont nul ne doutait à l’époque que, libérant l’Ukraine du fardeau militaire et du “pillage”, des richesses nationales auquel se livrait sans frein le “Gosplan”, elle ne manquerait d’assurer à tous un bien-être sans limite.
La manœuvre fut conduite par la direction en place du parti communiste ukrainien que dirigeait alors Leonid Kravtchouk, sur des idées élaborées par les dissidents nationalistes auxquelles la perestroïka de Gorbatchev avait donné droit de cité.
À la tête du parlement élu au printemps 1990 et où, pour la première fois des non-communistes étaient représentés, Leonid Kravtchouk a emmené en bon ordre la majorité ci-devant communiste sur des positions d’indépendance nationale absolument opposées à leur credo idéologique.
Le socle de l’indépendance ukrainienne, qu’un référendum et une élection présidentielle irréprochables sont venus conforter, repose donc sur l’alliance du savoir-faire politique du parti unique, la veille encore au pouvoir, et de la légitimité nationale des opposants d’hier.
Il en est résulté que la politique du nouvel État ukrainien a suivi deux orientations majeures :
– un divorce résolu avec l’Union Soviétique, et bientôt avec les prétentions de la Russie de limiter son émancipation ;
– une préférence absolue pour la stabilité en toutes choses, qu’il s’agisse du maintien en place de l’ancienne nomenklatura du parti communiste ou de la satisfaction de principe de toutes les revendications sociales ou régionales, afin que rien ne vienne troubler l’unanimité nationale naissante. Cela explique l’absence du minimum de connaissances économiques à l’aide desquelles la monnaie nationale aurait été préservée et les indispensables réformes de structure auraient été engagées, avant que l’hyperinflation et la chute constante de la production ne découragent les plus ardents partisans de l’indépendance nationale.

Une impossible indépendance économique

On comprend bien, dans ces conditions, et compte tenu des liens de toutes sortes que l’ancien “Gosplan” s’était ingénié à multiplier, qu’il ait été impossible de faire d’un fragment d’industrie soviétique une économie cohérente.
D’ailleurs, faute de réformes économiques, les institutions financières internationales ont nettement refusé d’accorder la moindre assistance à l’Ukraine et les investissements étrangers, sans lesquels aucune restructuration industrielle n’est envisageable, sont restés très peu nombreux. Il n’est pas exagéré de dire que, sans une politique de stabilisation financière et de restructuration industrielle cohérente, l’économie de l’Ukraine est en voie de dégénérescence. La liberté de commercer est en effet mise à profit par les responsables des entreprises publiques pour spéculer et disposer de la propriété d’État. Les entreprises ont de plus en plus de difficultés à poursuivre la production de biens qui ne répondent plus à la demande. Il ne reste plus pour les sauver de la banqueroute et de la mise à pied de leur personnel qu’à ordonner à la Banque Centrale de leur accorder des crédits quasiment gratuits qui seront financés par une pure création de monnaie.
Il n’est donc pas étonnant que la valeur réelle de la monnaie ukrainienne soit en déclin rapide et qu’elle se dévalue beaucoup plus rapidement même que le rouble russe.
La récente crise du bassin charbonnier du Donbass, où la population russe est importante, a bien illustré l’impasse où se trouve l’économie.
Rendus furieux par une nouvelle flambée des prix, les mineurs se sont mis en grève, suivis en cela par la plupart des grands combinats de cette région frontalière avec la Russie. Ils ont exigé que, revenant sur la politique d’édification d’un État national ukrainien prévoyant la création de frontières et de douanes, les liens économiques traditionnels avec la Russie soient pleinement restaurés et qu’une autonomie de gestion soit accordée à leur région.
L’illusion qu’il suffirait de revenir à la situation soviétique antérieure est séduisante. Mais elle ne tient pas compte du fait qu’en Russie ce système n’existe déjà plus.
Avec un commerce extérieur lourdement déficitaire envers la Russie, et dépendant presque complètement de ce dernier pays pour son approvisionnement en énergie, l’Ukraine est dans une situation peu enviable. L’une de ses fragilités majeures tient à ce qu’elle a donné la priorité absolue à son indépendance étatique sans assurer les bases de son autonomie économique. Aujourd’hui, avec une situation très dégradée, et vue l’impuissance de ses dirigeants à concevoir des issues réalistes, l’Ukraine se trouve dans une impasse dont il est peu probable qu’elle puisse sortir seule.

Les termes de la négociation avec la Russie

Il est peu vraisemblable que Moscou mette à profit rapidement la situation de faiblesse où se trouve l’Ukraine pour la contraindre à rejoindre le giron russe. La raison en est, en premier lieu, que la Russie n’est pas actuellement, et sans doute pour longtemps, en état de mener une opération d’une telle ampleur. Mais surtout, il existe à ce sujet des divergences profondes dans l’opinion russe.
Aucun Russe ne peut, de gaieté de cœur, accepter la sécession de l’Ukraine qu’il considère comme le berceau de l’histoire de son pays. Les nostalgiques de l’URSS comme les nationalistes russes rêvent d’un retour à l’unité perdue sans s’embarrasser sur les moyens d’y parvenir. Soljenitsyne inspire un cercle plus vaste qui souhaite une association étroite des trois frères slaves, russe, biélorusse et ukrainien. Les réformateurs russes, héritiers de la pensée d’André Sakharov, dont Boris Eltsine est le fils spirituel, donnent la priorité à l’occidentalisation de la Russie, à sa modernisation, à son intégration au monde “civilisé”. En raison également de leur respect du droit des peuples à décider librement de leur destin, ils reconnaissent l’indépendance de l’Ukraine.
Mais ils ne peuvent se réconcilier avec une Ukraine qui souhaiterait rompre les liens historiques avec la Russie au point de devenir pour elle un pays étranger. Dans une démarche que les libéraux français ont privilégiée un moment vis-à-vis de l’Afrique du Nord, les libéraux russes s’accommoderaient bien pour l’Ukraine d’une indépendance dans l’interdépendance.
Dans la vie de tous les jours, en Russie, les nostalgiques se trouvent aux affaires étrangères, dans l’armée, et bien entendu, au parlement qui a proclamé, un beau jour, que Sébastopol était une ville russe bien que située sur le sol d’un pays étranger. Mais Boris Fiodorov, responsable des réformes économiques, est favorable à la liquidation des relations privilégiées avec les anciennes républiques de I’URSS et, en particulier, au passage accéléré aux prix mondiaux de l’énergie.
Il est peu vraisemblable pour autant que la Russie soit en mesure de renflouer l’économie ukrainienne, même si elle le souhaite. En dépit de péripéties qui seront peut-être animées, il est probable que les relations entre les deux pays n’évolueront pas dramatiquement même si, le rapport des forces étant défavorable à l’Ukraine, celle-ci devra concéder à Moscou un certain rapprochement.
Le domaine où les concessions de Kiev sont les plus probables est celui des armes nucléaires que l’Ukraine devra, tôt ou tard, transférer à la Russie, quelles que soient les apparences que l’on voudra y donner.

Pour la sécurité et la stabilité en Europe

Face à l’amoncellement des difficultés de tous ordres que connaît l’Ukraine actuellement et qui sont susceptibles de provoquer en Europe des secousses dangereuses, il y a fondamentalement deux attitudes.
La première consiste à ne s’en occuper à aucun prix et à s’en remettre à la Russie pour traiter le problème. Le risque est que la Russie, d’aujourd’hui ou de demain, se méprenant sur le sens de cette abstention, ne soit tentée, si l’affaiblissement de l’Ukraine continue de s’aggraver, de mettre fin à son indépendance et à la réintégrer en son sein, provoquant ainsi en Europe une crise majeure.
L’autre consiste à recommander que l’Europe unie, avertie par l’épreuve yougoslave de ne pas laisser sans réagir les situations de conflit potentiel, tente, par des mesures d’assistance économique et une politique concertée, de démêler l’écheveau des problèmes et de promouvoir une évolution sans à-coups dangereux.
Trois priorités se dégagent d’emblée :
– Aider la Russie et l’Ukraine à trouver un accord équilibré complet sur le retrait et la destruction des armes nucléaires déployées en Ukraine et associer à cet accord des mesures tendant à garantir la sécurité des centrales nucléaires civiles.
– Donner à l’Ukraine, avec l’aval, explicite ou non, des autorités russes, des assurances sur la sauvegarde de son indépendance et de son intégrité territoriale qui lui permettent d’envisager sans crainte excessive son inévitable rapprochement avec la Russie
– Mettre à l’examen des institutions financières internationales un programme de stabilisation de l’économie ukrainienne et de réformes lui permettant progressivement de rejoindre l’économie mondiale.
Dans l’arc de crises qui va de la Yougoslavie au Caucase, il serait périlleux de laisser éclater un nouveau foyer d’instabilité de cette ampleur. Ne pas y remédier à temps reviendrait à mettre à nouveau en doute, demain, l’utilité de la construction européenne.

II – L’article de 1995

Depuis six mois, l’image de l’Ukraine en Occident s’est vivement redressée. Cela tient, pour une part, à l’élection d’un nouveau président, décidé à mettre en œuvre, sans tarder, un programme radical de réformes économiques. Par ailleurs, la regrettable opération militaire russe au Caucase et les interrogations qu’elle suscite sur Boris Eltsine et sur la politique à venir de Moscou y participent également. En effet, cette crise de confiance retentit sur le type de relations que la Russie entretiendra avec les nouveaux États nés de la ruine de l’Union soviétique. Elle est également appelée à avoir des répercussions directes sur l’organisation de la sécurité en Europe : plusieurs pays candidats à l’adhésion à l’Union européenne demandent en effet à entrer dans l’OTAN pour se mettre à l’abri des éventuelles menaces que la Russie serait susceptible de leur faire courir. Ce contexte met évidemment en valeur la paix civile que, dans les transformations profondes où elle est engagée, l’Ukraine a su préserver ainsi que le caractère raisonnable et constructif de sa politique extérieure, en un mot, sa contribution positive à la stabilité en Europe.
Qu’en est-il au juste ? Cette appréciation positive se confirmera-t-elle ou certains éléments de faiblesse viendront-ils décevoir ces attentes ? L’Ukraine saura-t-elle établir avec la Russie des relations qui sauvegardent son indépendance ? En termes d’action diplomatique, convient-il d’en rester à la très prudente expectative qui a caractérisé la politique française envers ce pays ou doit-on, à la faveur de la présidence française de l’Union européenne, envisager une politique plus active ?
Créer les bases économiques de l’indépendance

Le nouveau président ukrainien, Léonid Koutchma, a fait campagne sur la nécessité de faire, de toute urgence, des réformes économiques radicales, faute de quoi l’indépendance même du pays serait mise en péril. Il ajoutait également que l’Ukraine devait se rapprocher de l’économie russe afin de restaurer, dans la mesure du possible, les liens économiques qui existaient du temps de l’Union soviétique. À la surprise générale, les électeurs, qui venaient d’élire un parlement dominé par les néocommunistes pour protester contre les difficultés économiques, lui ont donné raison, démentant au passage les analyses qui prédisaient une division permanente de l’Ukraine entre l’Ouest et l’Est du pays.
Avec une rare célérité, Léonid Koutchma a négocié et conclu avec le Fonds Monétaire International un accord de remise en ordre macro-économique et de réduction du déficit budgétaire, ce qui, en pratique, signifie l’abandon des subventions aux entreprises d’État non rentables et donc le début d’une réforme fondamentale de l’économie.
S’assurer que les productions répondent à une demande solvable est d’autant plus nécessaire que plus du tiers de l’économie ukrainienne était orienté vers l’industrie militaire. Introduire le calcul économique est d’autant plus indispensable que toute l’industrie lourde du pays dépend de l’énergie provenant de Russie, non plus à des prix de faveur, comme du temps de l’URSS, mais aux prix mondiaux. Par la vigueur des réformes qu’elle a entreprises, l’Ukraine est entrée dans le cercle vertueux de l’aide multilatérale occidentale qui, seule, peut lui permettre de créer les conditions susceptibles d’attirer les investissements considérables que nécessite la reconversion de son industrie. Pour autant, la partie ne sera pas facile ni politiquement, ni économiquement. La défense du socialisme reste le mot d’ordre de la majorité néocommuniste au parlement, qui s’oppose à des privatisations trop larges et auprès de laquelle la propriété publique de la terre demeure populaire. Cependant, la déroute économique de la présidence précédente avec hyperinflation, effondrement de la production industrielle et agricole et déficit extérieur béant a relativisé les certitudes. Un passage réussi à l’économie de marché donnerait, comme en Europe centrale, aux changements des trois dernières années un caractère irréversible qui ne manquerait pas de se transcrire en termes politiques et donnerait à la stabilité dans la région un fondement plus assuré.
Vers une démocratie de type européen

Les réformes préconisées par L. Koutchma supposent de la population, déjà éprouvée par une chute dramatique de son niveau de vie, de nouveaux et considérables sacrifices. L’opinion semble en comprendre la nécessité et aucun mouvement social important n’a eu lieu à ce jour. On retrouve un consensus similaire dans la vie politique. Des élections, que de nombreux observateurs étrangers ont jugées authentiques, ont permis de désigner les assemblées de tous niveaux, des conseils ruraux au parlement national. À la différence de leurs voisins du Nord, les Ukrainiens ont évité que les divergences politiques internes ne dégénèrent en affrontements armés. Les transformations très profondes, tant politiques qu’économiques, que l’Ukraine a connues depuis l’indépendance se sont donc opérées sans troubles, en préservant la paix civile. Cela semble tenir au fait que s’est dégagée une sorte de patriotisme local, assis, non sur des bases ethniques, dès lors qu’en Ukraine, les distinctions nationales ne sont pas marquées, mais sur la certitude partagée que les ressources du pays sont considérables et promettent à tous, à terme, un avenir économique satisfaisant. Peut-on pour autant considérer que des pratiques parfaitement démocratiques ont été établies ? La question est examinée par le Conseil de l’Europe en vue de l’adhésion de l’Ukraine à cette organisation. Le principal obstacle provient de l’absence de réforme constitutionnelle, le pays continuant de vivre sous la constitution rédigée sous Brejnev et maintes fois modifiée depuis. L’embarras provient de ce qu’impatient du régime d’assemblée qu’il a trouvé en arrivant au pouvoir et des mesures populistes, parfaitement contraires au redressement financier, qu’il permet aux députés d’adopter, le président Koutchma a proposé une loi constitutionnelle provisoire que le parlement répugne à adopter, parce qu’elle limite ses prérogatives et que ce partage des pouvoirs risque de se maintenir dans la constitution définitive.
Le sujet est susceptible d’être l’occasion d’une recomposition au sein du parlement au profit d’une majorité plus centriste, dans la mesure où la classe politique attache une importance particulière à l’adhésion de l’Ukraine au Conseil de l’Europe considérée comme une étape essentielle de son appartenance à l’Europe démocratique.
Satisfaire les exigences de la communauté internationale

La mauvaise réputation de l’Ukraine était largement due au refus de ce pays de se défaire, comme il s’y était engagé au moment de son indépendance, des armes nucléaires soviétiques demeurées sur son sol. L’opinion ultranationaliste, consciente de l’infériorité militaire du pays vis-à-vis de la Russie, y voyait la garantie suprême de son indépendance. L’affaire fut conclue après beaucoup de péripéties par l’intervention des États-Unis qui acceptèrent de garantir l’indépendance et l’intégrité territoriale du pays et persuadèrent la Russie de compenser la valeur de ces armes par des livraisons de combustible pour les réacteurs ukrainiens. L’Ukraine a dû également tenir compte des préoccupations de la communauté internationale concernant la sûreté de ses centrales nucléaires. Elle a récemment accepté en principe de discuter un plan d’actions, mis au point par l’Union européenne et le G7, prévoyant une modernisation de sa politique énergétique et la fermeture de la centrale de Tchernobyl. Compte tenu de la crise énergétique permanente où elle se trouve et de sa dépendance quasi complète envers la Russie dans ce domaine, le dialogue que l’Ukraine a accepté d’amorcer avec l’Occident est une preuve de sa bonne volonté et de son souci de tenir compte des intérêts de celui-ci. Un accord complet sur ce sujet exigera cependant que les deux parties se familiarisent plus complètement avec les problèmes et les possibilités de l’autre. De manière générale, on observe une volonté permanente de l’Ukraine de se rapprocher des institutions multilatérales spécialisées dont elle a par définition été tenue éloignée : régime de garanties de l’AEIA, de non-prolifération des technologies spatiales ou nucléaires, etc. On peut donc conclure sur ce point que, malgré les intérêts nationaux majeurs qui étaient en cause, l’Ukraine a pris les décisions qui convenaient pour s’adapter à son environnement extérieur et devenir ainsi un partenaire crédible de la communauté internationale. Il fait peu de doute que le rôle qu’elle se croit appelée à jouer en Europe et dans le monde, du fait de ses capacités et de ses ressources, l’a aidée à surmonter les difficultés inhérentes à un tel exercice.

Quelles relations établir avec la Russie ?

La question est d’importance majeure dès lors que l’histoire russe a commencé précisément à Kiev et où la Russie a combattu constamment, au cours des siècles, la sécession d’une province d’empire qui était son interface directe avec l’Occident. En plus de l’histoire, la géographie commande aux deux voisins de s’entendre puisqu’il n’existe pas entre eux de frontière naturelle claire et que plusieurs millions de ressortissants de chaque peuple vivent dans le pays voisin. L’appartenance à une même économie a de même créé des dépendances multiples. Ces liens sont rarement à sens unique : ainsi l’Ukraine dépend-elle de la Russie pour son énergie, mais la Russie peut difficilement exporter son pétrole et son gaz en Europe sans passer par le territoire ukrainien. Sur ces bases, plusieurs politiques sont possibles. Celle des réformateurs russes de 1991, qu’incarnait Boris Eltsine, visait d’abord, en rejetant les tentations impériales, à occidentaliser la Russie et à lui permettre, ainsi libérée de ses charges de tutelle coloniale, de réussir la mutation de son système économique. Mais, même sur ces bases, les libéraux russes n’ont jamais envisagé que l’Ukraine mette à profit son indépendance pour mener une politique que la Russie serait susceptible de trouver hostile. Bref, la proximité et l’imbrication des deux pays sont telles que la Russie estime de son intérêt de conserver vis-à-vis de l’Ukraine des moyens d’influence aussi efficaces que possible. Toute dérive vers des idées plus proches des nationalistes russes renforcera la sujétion où l’on souhaiterait maintenir l’Ukraine. L’équation ukrainienne est évidemment bien différente. Il existe aussi sur l’échiquier politique une forte tendance nationaliste qui milite activement pour que l’Ukraine s’éloigne autant que possible de la Russie, considérée comme une menace permanente pour son indépendance. Là encore, l’élection de L. Koutchma a marqué une véritable novation en plaçant au premier plan la nécessité de relancer l’économie en exportant sur le marché russe, le nouveau président s’est écarté de la logique de divorce envers la Russie suivie par son prédécesseur. Il semblait que les Russes ne pouvaient rêver d’un meilleur partenaire. Pourtant, la négociation d’un traité d’amitié destiné à jeter les bases de relations bilatérales d’une nature nouvelle avec l’Ukraine a fait apparaître la difficulté pour la Russie d’établir avec Kiev des rapports d’égalité entre États indépendants. En revanche, Moscou a multiplié les exigences sur des points destinés à pérenniser ses moyens d’influence : assurer aux Russes d’Ukraine le droit d’obtenir également la citoyenneté russe, refus de garantir définitivement les frontières entre les deux États… La logique de L. Koutchma est de parvenir vite, au prix de concessions politiques à la limite de l’acceptable pour l’aile nationaliste, à un accès facile au marché russe. Il y va de la survie des grands complexes industriels ukrainiens et donc du maintien d’un minimum d’activité pendant que se négocie avec les institutions internationales la stabilisation financière du pays, préalable à la reconversion de l’appareil productif national et à son accès au marché mondial. L’urgence d’un tel accord l’oblige à conclure avec Boris Eltsine, lequel a sans doute besoin, de son côté, d’un succès marquant dans “l’étranger proche” de la Russie. En tout cas, il est peu probable qu’il puisse transiger sur ce qui constitue le cœur de la souveraineté ukrainienne c’est-à-dire l’établissement de relations d’égalité avec la Russie, le refus d’accords tendant à rétablir un espace de défense ou de sécurité dominé par Moscou au sein de la CEI, etc. Sur ces bases, un accord paraît vraisemblable même si certains écueils, en particulier la Crimée, exigent des dirigeants des deux pays de l’autorité et du savoir-faire. Au total, parmi les nouveaux États apparus à la suite de l’Union soviétique, l’Ukraine paraît être le seul qui, par sa masse propre et sa cohésion nationale, soit susceptible de traiter avec la Russie sans devenir nécessairement son satellite.
Dans l’état d’incertitude où l’affaire de Tchétchénie a plongé l’Europe orientale, les éléments qui jouent en faveur de la stabilité méritent une attention particulière. S’agissant de l’Ukraine, trois actions sont susceptibles de renforcer ses chances de préserver son équilibre interne et par là d’influer favorablement sur la conjoncture régionale : — modérer, de concert avec les États-Unis, les prétentions russes envers l’Ukraine en obtenant que soient appliquées dans leurs rapports bilatéraux les normes internationales courantes (formulation de l’intangibilité des frontières, modalités de location des bases militaires, restructuration des dettes, etc.) ; — définir précisément le contenu et les perspectives des relations entre l’Union européenne et l’Ukraine à moyen et long terme afin de faciliter son évolution vers l’Occident ; — prévenir l’explosion de troubles ethniques en Crimée en donnant à l’organisation de sécurité et de coopération en Europe qui est présente sur place des moyens d’intervention préventive. En effet, pour la stabilité de l’Europe, la meilleure hypothèse est celle où les liens existant entre l’Ukraine et la Russie ne mettraient pas en danger l’indépendance de la première – ce qui provoquerait un conflit majeur – et contribueraient à l’occidentalisation progressive et complète de la seconde. Il ne peut évidemment y avoir de certitude de succès dans une telle entreprise, non plus d’ailleurs que dans la réussite d’un État neuf comme l’Ukraine. Il n’est toutefois pas sans conséquence que les premiers pas réalisés en un temps relativement court par un pays tel que l’Ukraine témoignent d’une réelle capacité à traiter ses problèmes intérieurs et extérieurs de manière rationnelle et prévisible et d’un sens du compromis qui peuvent passer pour une vertu dans cette région difficile. La France ne devrait pas continuer à négliger, moitié par ignorance, moitié par préjugé, les chances que ce nouvel État devienne demain un partenaire majeur de l’équilibre européen.

Note du site Montesquieu : peu avant le second article de Michel Peissik, l’accord de Budapest du 5 décembre 1994, signé notamment par la Russie et les États-Unis, a prévu l’abandon par l’Ukraine de ses armes nucléaires, en échange de la reconnaissance de son indépendance et de ses frontières. C’est cet accord qui a été violé par la Russie en février dernier. À noter également que Michel Peissik, par réalisme, ne proposait aucunement l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne, encore moins son intégration à l’OTAN.

Le Nouvel Échiquier

Dirigé par Jean-Claude Empereur et Charles Zorgbibe

Lu par Nicolas Saudray
Mars 2022

Jean-Claude Empereur, ENA 1967, s’est distingué dans l’informatique, la finance, l’animation de collectivités territoriales. Charles Zorgbibe, professeur émérite à la Sorbonne, a publié une cinquantaine d’ouvrages. Pour nous offrir un vaste panorama géopolitique sur le monde actuel, ils ont réuni une équipe de trente-six auteurs, dont quatre généraux et sept énarques – les autres étant surtout des universitaires et des chefs d’entreprise.

Paru avant la guerre d’Ukraine, le livre fait la première place à la Chine. En 2016, face aux Philippines, ce pays n’a pas hésité à se soustraire à un arrêt de la cour permanente d’arbitrage de La Haye. Mais son expansion économique et financière va bien au-delà des mers du Sud et des nouvelles routes de la soie. Les Chinois ont planté des jalons jusqu’au Groenland, riche en terres rares. Provisoirement, l’Ukraine et le Covid 19 ont fait passer ce souci au second plan. Tôt ou tard, il reviendra en pleine lumière.

Nos auteurs n’oublient pas la Russie pour autant. En 1997, avant la prise de pouvoir par Poutine, elle a signé un accord de désarmement partiel avec l’OTAN. On voyait poindre une ère pacifique. Les événements du Kossovo, en 1999, l’ont fait voler en éclats : les forces serbes ayant expulsé de ce territoire des centaines de milliers d’Albanais, l’OTAN a réagi en bombardant des objectifs serbes durant 78 jours, ce qui était manifestement excessif. Protecteurs historiques des Serbes, les Russes en ont conçu une solide rancune.

Les événements actuels ne peuvent donc être ramenés à l’ambition personnelle de l’actuel dictateur. Il bénéficie d’ailleurs d’un  soutien massif : le référendum de juin 2020 s’est clôturé avec un taux de participation de 68 %, dont 78 % de oui. Apparemment, le Kremlin estime avoir les mains à peu près libres à l’ouest du fait qu’il a apuré, en 2004, son vieux contentieux territorial sibérien avec la Chine. Combien de temps durera ce compromis ?

En Inde, la politique de Modhi, anti-musulman, anti-chrétien, reconstructeur de l’histoire, appelle le blâme. Elle peut néanmoins s’expliquer par un complexe de forteresse assiégée. Au nord-est, la Chine, qui a conquis une partie du Ladakh (Haut-Cachemire). Au sud, sur les mers, encore la Chine. Au nord-ouest, le Pakistan, détenteur comme l’Inde de l’arme nucléaire et affligé d’une démographie galopante.

L’ouvrage contient aussi un chapitre intéressant sur la Turquie, puissance de second rang, en proie à l’inflation, mais ambitieuse. Les Turcs possèdent une base importante à Mogadiscio en Somalie, pourtant fort éloignée de chez eux.

Face à tous ces trublions réels ou potentiels, que deviennent les États-Unis ? Ils hésitent entre le repli sur eux-mêmes et un essai  de « contenir » la Chine (avec quels moyens ?).

L’Europe fait assez pâle figure. La cour constitutionnelle de Karlsruhe a récemment rappelé que ce n’est pas une fédération, et je pense que le consensus fédéral fait défaut, notamment dans le pays de l’Est. Les politiques de l’énergie, si  importantes, diffèrent beaucoup d’un État à un autre. L’entrée de la Grèce dans la zone de l’euro fort a porté un coup à son tourisme.

La France était bien placée pour se tailler une large place dans l’informatique. Louis Pouzin, qui va avoir 91 ans, est l’un des précurseurs d’internet, avec  le projet Cyclades. Ce rôle de pionnier lui a valu la remise d’une médaille par la reine d’Angleterre. Mais le projet a pris fin en 1978, et les Américains ont ramassé la mise. Quant à Unidata, consortium européen animé par un Français, il avait proposé une gamme de machines. Son aventure a été encore plus brève : lancé en 1972,  il  a  été  liquidé  en  1975,  par  suite de  l’opposition  d’Ambroise Roux, patron de la Compagnie Générale d’Électricité et « parrain » de l’industrie française. L’informatique française est alors tombée sous la coupe d’Honeywell.

Aujourd’hui, néanmoins, une direction de recherche prometteuse, où les Français ont peut-être un rôle à jouer, est la RIMA (Recursive Internetwork Architecture). C’est un moyen d’accroître le volume des transmissions entre ordinateurs, non par des câbles (ils sont déjà assez performants), mais par une amélioration des logiciels.

Le pillage de nos ressources intellectuelles ne s’est pas limité à l’informatique. L’un des auteurs de l’ouvrage, spécialisé dans le capital-investissement, raconte comment des Chinois lui ont subtilisé ses meilleurs collaborateurs.

Le problème de la défense du climat fait l’objet d’un chapitre écrit par un  « climato-réaliste ». Cet auteur, qui n’engage pas ses coéquipiers, tente de prouver que l’accroissement de CO2 est dû à l’activé du soleil plus qu’à celle de l’homme. Cette thèse se concilie mal avec tout ce que je lis depuis dix ans. À noter toutefois que, selon cet auteur, le barrage opposé par le gaz carbonique au rayonnement de la chaleur vers le cosmos étant déjà consistant, les effets ne sont plus proportionnels. Ainsi, un accroissement de 10 % de la masse de carbone présente dans l’atmosphère se traduirait  par un supplément de chaleur très inférieur au dixième. Je ne puis que transmettre la remarque à plus savants que moi. Si elle se confirmait, nous bénéficierions d’un certain soulagement par rapport aux prévisions apocalyptiques qu’on nous assène.

En reposant l’ouvrage, on a une vision de quatre ensembles. La Russie et la Chine se conduisent en termes d’expansion et de puissance. Les États-Unis ne savent  pas très bien ce qu’ils veulent. Les milieux dirigeants de l’Europe, à Berlin et à Bruxelles surtout, ont donné la priorité à la transition énergétique, ce qui peut se concevoir, sauf quand les solutions retenues (l’éolien, le photovoltaïque) sont perverses. Ces différences d’approche qui s’étalent sous nos yeux laissent assez mal augurer de l’avenir.

Le livre  Jean-Claude Empereur et Charles Zorgbibe (dir.), Le Nouvel Échiquier – La société internationale après la crise de la COVID-19, VA Éditions, décembre 2021, 466 pages, 29 euros.
En complément, pour l’informatique Maurice Allègre, Souveraineté Technologique  française,VA Éditions, mars 2022, 202 pages, 18 euros.    

D’un monde bipolaire à un autre, les trois âges de  la  diplomatie de l’Inde

Par Philippe Humbert
Décembre 2021 

      Depuis 1947, le fil rouge de l’Inde indépendante  est l’autonomie stratégique, le refus de toute alliance  politico-militaire, la liberté de choisir sa voie dans le monde.

     Dans le monde bipolaire de la guerre froide , le mouvement des « non-alignés »  forgé à la conférence de Bandung en 1955 a permis à l’Inde de ne pas avoir à choisir entre le bloc oriental et le camp occidental. Elle développe alors une diplomatie universaliste, idéaliste, moralisatrice aux côtés du colonel Nasser, du premier ministre Chou-en-laï, du président Soekarno et autres leaders du tiers monde partageant le même anti-colonialisme , tout en récusant pour elle-même une alliance formelle avec le parrain soviétique et allant jusqu’à aider la Chine communiste à devenir membre du conseil de sécurité de l’ONU .

   Ce premier âge  de la diplomatie indienne est fracassé en 1962 par le conflit avec la Chine, suivi des guerres avec le Pakistan devenu une puissance nucléaire soutenue par la Chine, en 1965 et en 1971. Ces conflits conduisent à la création du Bangladesh. La dislocation de l’URSS en 1991 marque la fin de la polarisation de la guerre froide. L’Inde perd un partenaire majeur, son principal fournisseur d’armement et l’inspirateur, pendant plus de quatre décennies, de l’organisation de son  économie. D’où, en en cette même année 1990/91, une crise financière très grave.

S’ouvre alors une nouvelle période pour la diplomatie indienne. L’Inde ne croit pas à « la fin de l’histoire » au sein d’un monde unipolaire. Elle milite pour un monde multipolaire  et se met à la recherche de la puissance sur tous les plans. Un train de réformes économiques engage une libéralisation interne et externe, douze ans après Deng Xiao Ping en Chine, qui conduit à une vive accélération de la croissance. Une diplomatie régionale de bon voisinage s’élargit à un arc allant d’Afghanistan  à l’Indonésie, et tente de reconstituer  le faisceau culturel de l’hindouisme. L’Inde déploie des initiatives tous azimuts auprès  des pays développés, investisseurs et apporteurs potentiels de technologies civiles et de défense.  Des essais nucléaires ont lieu en 1998, démontrant une capacité connue dès 1974.

 Au tournant des années 2000 l’Inde se place à l’intersection des grands enjeux internationaux identifiés par le G20 : l’Inde n’est pas  signataire du traité de 1970 sur la non- prolifération des armes nucléaires, mais est de facto associée au « club nucléaire » ; l’Inde est impliquée dans la problématique de la lutte contre le terrorisme et l’insécurité maritime dans l’océan Indien aux côtés d’autres pays dont la France ; le dérèglement climatique lui donne un pouvoir d’influence grandissant au fur et à mesure des COP , car 3ème pollueur mondial après les États-Unis et la Chine , l’Inde est à la fois une victime et un acteur des solutions. L’Inde contribue au succès de la COP 21 à Paris mais aussi aux résultats plus mitigés de la COP 26 de Glasgow (l’objectif consistant à couvrir 50% des besoins électriques du pays à partir d’énergies renouvelables en 2030, et à atteindre la neutralité carbone en 2070). La crise sanitaire est l’occasion, inaboutie, de tenter de jouer un rôle positif par la fabrication à grande échelle  de vaccins et leur diffusion dans le monde, avant d’être rattrapé par l’énormité des besoins nationaux.

Par une ironie de l’histoire, l’Inde risque de connaître de nouveau les problématiques compliquées d’un monde bipolaire structuré par la rivalité « systémique «  entre les USA et la Chine.

Cette rivalité, dont la mise en scène n’est pas dénuée d’arrière- pensées des deux côtés, n’est plus seulement idéologique et militaire comme au temps de la guerre froide. Elle est géostratégique, technologique, économique et culturelle. De ce fait, elle place l’Inde dans une situation complexe et multidimensionnelle.

Au fond, on peut soutenir que l’Inde, sur les plans historique, idéologique (capitalisme indien, diaspora puissante et riche aux USA ), institutionnel ( une constitution « Westminster »), politique       (démocratie, même sous tension ) fait partie du « monde occidental ». C’est avec les pays européens,  les États-Unis, Israël que l’Inde a des relations dans les domaines les plus sensibles des technologies militaires, du renseignement, de la lutte anti-terrorisme, de l’industrie spatiale, de l’univers cyber  et aussi sur le plan de la culture, des arts, de la littérature. Le partenariat ancien avec la Russie est un contre-exemple imparfait car limité d’une part à des échanges commerciaux qui n’ont jamais prospéré, d’autre part à un pacte militaire important mais pas différent par nature de ce qui existe avec les États-Unis, la France ou Israël. Le constat en a été fait à nouveau lors de la visite du président Poutine à Delhi le 7 décembre 2021.

L’inde doit faire face à l’activisme multiforme de la Chine : les tensions frontalières, le « collier de perles «  des bases navales, les routes de la soie, l’alliance sino -pakistanaise en Afghanistan (un échec de l’Inde partagé avec les États-Unis). Étant aux premières loges de la montée en puissance de la Chine, elle est incitée à s’engager dans les initiatives destinées à la contenir dans le cadre de la stratégie dite indo-pacifique, mise en œuvre par différents grands acteurs :   la coalition du «  SQUAD » qui réunit l’Australie , le Japon aux côtés des États-Unis ; les actions pilotées par l’UE avec l’ASEAN, orientées vers le commerce , la connectivité , les droits humains , la sécurité maritime ; le partenariat bilatéral franco-indien ( exercices militaires communs , accès aux hautes technologies , facilités d’escale à Djibouti .. )

Mais si l’Inde peut avoir intérêt, pour sa propre sécurité et comme «  levier «  dans ses relations avec l’Occident, à rallier la stratégie anti-chinoise initiée par D. Trump et continuée par Joe Biden, sa position géographique et surtout l’énorme déséquilibre de puissance avec la Chine ( dont le PNB est cinq fois supérieur ), son premier partenaire commercial ,définissent des limites, indépendamment de la qualité de la relation bilatérale indo-américaine un peu assombrie par le contentieux  américano-russe. Par ailleurs, le tropisme de la Russie vers la Chine (dont le PNB est dix fois supérieur à celui de la Russie) réduit les marges de manœuvre de l’Inde vis-à-vis de la Chine par Russie interposée.

La participation de l’Inde au « sommet pour la démocratie » les 9 -10 décembre 2021, à l’initiative de Joe Biden, il est vrai au sein d’un aréopage hétéroclite, montre bien dans quel monde l’Inde est vue et se voit par rapport à la Chine, principale nation exclue.

Dans le monde bipolaire du 21ème siècle , plus fluide et pluraliste que celui du bloc oriental opposé au camp occidental, et où existe une gamme de fidélités et d’appartenances,  l’Inde aura moins de difficultés à concilier son arrimage à l’Ouest avec son souci traditionnel d’autonomie et trouvera avantage à conserver des canaux de relation  différenciés en Europe dans tous les domaines.

Au- delà des jeux diplomatiques,  l’Inde sauvegardera d’autant plus efficacement ses intérêts extérieurs face à la Chine qu’elle progressera dans la solution de  ses gigantesques défis économiques et sociaux  et maintiendra une démocratie pluraliste à l’intérieur.

Le modèle chinois

Par Michel Cotten

Spécialiste des collectivités locales, Michel Cotten a donné plusieurs conférences en Chine. Elles ont été l’occasion de diverses rencontres. À l’époque, le pays de Confucius connaissait une ascension triomphante. Notre regretté ami n’a pas été témoin du ralentissement économique actuel, ni des troubles de Hong-Kong, ni, plus récemment, du coronavirus, auteur d’une sorte de pneumonie, dont la menace a fait fuir en quelques jours cinq millions d’habitants de la ville de Wou Han. Mais ces péripéties n’auront sans doute pas d’incidence majeure à moyen ou long terme. Aussi les observations souvent piquantes présentées par  Michel Cotten en novembre 2010 nous paraissent-elles conserver toute leur valeur, à une exception près : la règle de l’enfant unique a été assouplie (sans que cela provoque un rebond des naissances).
                                                                                                                                       Le site Montesquieu, janvier 2020 

 

Le Parti Communiste Chinois vient d’adopter son nouveau plan quinquennal. Apparemment, l’Occident ne s’intéresse pas à la manière dont il va être mangé.

Après la réussite des Jeux Olympiques en 2008, malgré les perturbations de quelques droits de l’hommistes, l’Exposition Universelle a donné un nouvel exemple du savoir-faire de l’empire du Milieu. La Chine fête son accession au podium des économies mondiales. Ayant dépassé l’Allemagne, elle se trouve juste derrière les États-Unis et le Japon.

Avec une croissance à deux chiffres, les choses changent vite. En 2009, année de crise, la progression a quand même atteint 8,3%. Le grignotage de l’écart avec les autres grands pays continue. Un jour, la Chine sera la première; ce n’est plus qu’une question d’années.

Je pense que cette énorme réussite tient à quatre facteurs principaux:

     1/ L’existence d’un parti unique fort, intelligent et pragmatique qui ne s’embarrasse pas trop des détails et des oppositions. Les grands dirigeants du PCC sont ouverts sur l’extérieur, que ce soit par «China and the World» ou l’Académie des sciences économiques et sociales (CASS) présidée par un membre éminent du parti. A la CASS travaillent plus de trois mille personnes, du niveau du doctorat pour la plupart.

Pour moi, la signature, le 22 octobre 2009, du protocole «Parti Communiste Chinois/UMP de France», que Le Monde a traité par le mépris, est une bonne initiative. Le contact avec une gouvernance moderne, active, allant toujours à l’essentiel et sachant prendre des virages stratégiques ne peut que nous faire du bien. Un enfant par famille; un second si le premier est une fille, point-barre. Des pénalités très lourdes pour ceux qui ne respectent pas la règle. Voilà l’exemple d’une politique simple et efficace qui a rendu possible le décollage économique. Il y a beaucoup à apprendre d’un régime qui a pris le risque du développement économique sans perdre le pouvoir, ainsi que d’un parti communiste qui a engagé une NEP [1] à grande échelle et qui, à la différence de Lénine, a jusqu’ici réussi.

     2/ La constitution d’un management supérieur performant, issu d’un recrutement initial férocement sélectif par l’Ena-chi, suivi d’un cursus de responsabilités progressives sur le terrain, en province – et non dans des cabinets ministériels où l’on n’apprend qu’à rayer les parquets avec ses dents, à piétiner ses voisins et à faire des synthèses verbales. En Chine, il paraît exclu d’exercer des responsabilités importantes avant quarante ou quarante-cinq ans. Si ce pays ne connaît pas la décentralisation, puisque les autorités ne sont pas issues du suffrage universel pluraliste et à bulletin secret, c’est en revanche un pays extrêmement déconcentré. Sur trente-trois millions de fonctionnaires, seuls 55.000 travaillent à Pékin. Un passage par l’Ecole centrale des cadres du parti communiste, qui joue un peu le rôle de l’École de guerre pour nos capitaines, mais à l’échelle de toute la société, donne accès aux responsabilités réellement importantes. De larges rémunérations pouvant être complétées, à leurs risques et périls, par des pots de vin et des détournements de fonds, rendent la vie des cadres et leur cadre de vie, très agréable. Dans un pays où le goût de la transcendance n’a jamais été un souci majeur, les avantages matériels sont très appréciés.

La Chine pratique réellement la gestion par objectifs. Les performances par rapport aux objectifs fixés par les autorités centrales sont régulièrement évaluées, dans des conditions qui relèvent du secret d’État, comme ce qui tient lieu de «budgets locaux» d’ailleurs. Ces évaluations peuvent entraîner selon les cas la peine de mort (rarement), ou un nouveau test dans une province différente, mais aussi une nomination à Pékin dans les instances centrales; c’est ce dont rêvent tous les responsables provinciaux, avant une éventuelle «Competition among the few» pour le pouvoir suprême, où presque tous les coups sont permis, comme partout ailleurs. Il y a également beaucoup à apprendre d’un système «dual» où à chaque niveau, du plus petit village jusqu’au sommet de l’État, coexistent des fonctionnaires d’État et des représentants du PCC. C’est assez différent du système français où les représentants locaux de l’État, les préfets, ont souvent du mal à se faire entendre des élus locaux, qui ont la grosse tête depuis la Décentralisation. «Pouvoirs locaux», un oxymore auquel la Chine échappe encore pour le moment.

     3/ La formation de scientifiques et de techniciens supérieurs dans tous les domaines, en nombre égal aux productions américaine et européenne réunies. C’est un facteur décisif de la croissance à deux chiffres que connaît la Chine depuis la Grande réforme économique. Les jeunes cadres arrivent dans l’économie chinoise productive et y restent tous longtemps, au lieu de se précipiter dans les salles de marchés pour jouer au Monopoly et empocher de gros bonus, comme nos X ou nos normaliens-sciences. Les ingénieurs chinois sont orientés vers l’industrie en priorité. Ils décryptent rapidement les plans de nos TGV et de nos Airbus, qu’ils nous vendront bientôt pas trop cher avec quelques améliorations, ainsi que les brevets qu’ils n’ont pas forcément achetés, d’ailleurs. Depuis la visite du jésuite Mattéo Ricci en 1600, les Chinois ont adopté sans complexe le corpus scientifique occidental,  dans les domaines de la mathématique et de la physique surtout.

En revanche, après réflexion, ils n’ont pas pris le christianisme, ni la séparation des pouvoirs, car peu porteurs. En considérant que le culte des ancêtres avait un caractère religieux, contrairement à ce que pensaient les jésuites de terrain, le pape de l’époque a beaucoup contribué au rejet de la religion chrétienne et de ce qui va avec, par les autorités et la population. Il reste maintenant à la Chine d’obtenir des prix Nobel indigènes, ce qui ne devrait pas trop tarder, puisque la recherche scientifique est une vraie priorité budgétaire, depuis maintenant vingt ans.

     4/ Le maintien de coûts de production très bas, donc de prix de vente compétitifs. Il  est obtenu de quatre façons :

     a/ l’interdiction du droit de grève (officiellement depuis 1982) et des syndicats revendicatifs, facteurs de désordre et de chômage si on y regarde de près ;

     b/ l’existence d’une armée de travailleurs de réserve dans les campagnes profondes (60% de la population est encore rurale) ; quand les travailleurs des villes deviennent un peu trop exigeants, on peut toujours les virer et aller puiser dans les provinces de l’ouest ;

     c/ l’absence de Sécurité sociale, qui donne des ailes aux entreprises chinoises ; les jeunes ménages s’occupent de leurs vieux ; la médecine chinoise, même si elle ne guérit pas toujours, ne coûte pas très cher (il faut bien mourir un jour…) ; pas d’allocations familiales évidemment, puisque l’objectif c’est un seul enfant, mais des pénalités pour familles trop nombreuses !! d’où une grosse surprise à l’Institut du socialisme, quand j’ai dit qu’au budget de l’État français (17% du PIB) et des collectivités locales (11%), il fallait ajouter le «budget» de la Sécu, 24% du PIB! De fait, avec 51% de la production passant par des systèmes publics à prélèvements obligatoires [2],  la France a une économie beaucoup plus «socialiste» ou socialisée que la Chine ; lors du débat avec les chercheurs communistes, il s’est même trouvé .une chercheuse, ayant une magnifique faucille et un superbe marteau dorés sur sa carte de visite, pour souligner qu’avec un impôt comme la taxe professionnelle, la France avait peu de chances de vendre en Chine ;

    d/ enfin, quatrième facteur de compétitivité bien connu, la sous-évaluation du yuan, arrimé à une monnaie fondante comme le dollar, contribue au développement sans fin des exportations, de l’excédent commercial et de la prise de contrôle des États et des entreprises de la planète.

Le sens traditionnel du commerce, pouvant aller jusqu’au dolus bonus et même au-delà, est proprement stupéfiant, de la base jusqu’au sommet, de la vendeuse de Yo Show jusqu’au partenaire de Véolia. Il y a très peu de no bargain prices. Derrière l’acte d’achat se trouve toujours l’idée que ce sera peut-être le dernier achat, et que la prochaine fois le fournisseur sera devenu un client. Je ne comprends toujours pas pourquoi la charmante française diplômée de HEC que j’ai rencontrée a préféré faire un stage à l’ambassade de France, où, j’ai pu le constater, «les personnalités chinoises porteuses d’avenir» ne se bousculaient pas, plutôt que dans un Trade center chinois de base.

***

Cela dit, on peut toujours rêver, comme le journal Le Monde, du réveil du prolétariat chinois suivi d’une grève générale qui bloquerait l’usine de la planète, d’une manifestation monstre d’étudiants place Tien an Men qui obligerait le régime à se démocratiser (alors que d’habitude il fait tirer dans le tas), d’une énorme pollution qui asphyxierait tous les dirigeants du Parti Communiste Chinois, d’une rupture du barrage des Trois Vallées, d’une conversion massive aux valeurs occidentales grâce à Google ou à BHL, et même d’une implantation réussie d’une CGT à la française avec débrayages sans raison à répétition, harcèlement des directions, népotisme ouvrier (voir égoutiers, Livre, dockers), refus des techniques  économisant des emplois, etc.

À chacun son opium.

Essayons plutôt de nous représenter l’état du monde dans vingt ans. Tous les grands pays ont désormais des balances commerciales très déficitaires avec la Chine. Avec les énormes excédents commerciaux accumulés, ce pays continue de prêter aux États plus ou moins Providence, pour boucler leurs fin de mois, mais de plus en plus cher. La plupart des pays occidentaux, même la Norvège, sont cotés A- par l’agence chinoise de notation créée en 2009, qui vient d’ailleurs de racheter Pitch, Moody& Blue, et Standard & Rich.

Ce ne sont que quelques exemples. De nombreuses entreprises occidentales, rentables, porteuses d’avenir ou stratégiques ont été rachetées et vidées de leur savoir-faire, ou bien sont habilement contrôlées. Il n’y a pratiquement plus de technologie occidentale à piller; en revanche les redevances pour brevets chinois (pour l’essentiel des brevets européens pillés puis revampés) pèsent de plus en plus lourd dans les balances. Les directeurs du FMI et de l’OMC sont désormais chinois. Pascal Lamy, retiré avec son chat dans le Lubéron, rédige ses mémoires intitulés: «Je n’avais pas tout compris: Je m’en mords les Doha.». Il confesse dans le chapitre 10 qu’il n’est plus si sûr que ça que la Chine soit, comme l’OMC l’a admis en 2001, une «économie de marché».

Voyant le coup venir, c’est à dire le «remboursement» de la gigantesque dette des États en monnaie de singe, le gouvernement chinois a obtenu des gages importants; tout le secteur public français par exemple sert désormais de garantie aux prêts consentis. La Révolution française, on le rappelle rarement, avait répudié les trois quarts de sa dette ; la russe, la totalité. Les Chinois, qui connaissent l’histoire, ne se laisseront pas faire.

Bref, le communisme (version chinoise) va venir à bout du capitalisme. Au fond, Marx avait raison.

   [1] NEP signifie Nouvelle Politique Économique. Il s’agit de la libéralisation de la doctrine bolchevique durant les dernières années de Lénine et les premières de Staline.
  [2] 56 % maintenant

Istanbul hier et aujourd’hui

Par Nicolas Saudray
Octobre 2019

Les lecteurs trouveront ici, non pas un reportage, qu’il m’aurait fallu davantage de temps pour réaliser, mais la relation impressionniste d’un séjour d’une semaine.

Dès l’arrivée, la volonté de puissance se manifeste. Inauguré au printemps  2019, le nouvel aéroport d’Istanbul se veut le plus grand du monde. Il occupe huit mille hectares. Son hall est immense et beau. Sa tour de contrôle en forme de tulipe a reçu un prix international d’architecture. Bien sûr, l’ensemble paraît surdimensionné. Patience. Si le trafic aérien de notre planète poursuit sa folle expansion, Istanbul traitera dans une décennie, nous dit-on, deux cent millions de passagers par an ! La desserte du site par le métro nous est promise pour la fin 2020.

En attendant, il faut rouler une soixantaine de kilomètres vers le sud, sur la rive européenne, dans un paysage ouvert assez récemment reboisé en pins –  avec quelques lacunes.

Lors de ma première visite, en 1974, l’agglomération d’Istanbul comptait quatre millions d’habitants. Aujourd’hui, elle en a seize, contre treize à Paris. Elle a donc quadruplé. Mais la progression va sans doute ralentir, car la fécondité turque est tombée à un niveau proche du taux de remplacement (soit 2 ,1 enfants par femme, à rapprocher du score français de 1,9) ; et l’exode rural ne saurait   se poursuivre indéfiniment.

Par bonheur, les quartiers centraux ont peu changé. La principale innovation – le remplacement par de la pierre des maisons de bois qui caractérisaient la ville – était déjà accomplie il y a cinquante ans. Les petites rues, souvent décaties, conservent un certain charme. Elles sont ponctuées de mosquées sympathiques et discrètes méconnues des guides, chacune avec son modeste enclos funéraire. Mais toutes les berges, côté Asie, côté Europe, sont aujourd’hui des voies rapides, bruyantes, difficiles à traverser pour le piéton. Et une ribambelle de tours a surgi à la périphérie.

Je n’irai pas dans ces quartiers nouveaux, construits de bric et de broc, qui s’étendent à perte de vue. Enfant d’Istanbul et prix Nobel de littérature, Orhan Pamuk les a décrits mieux que je ne saurais le faire. Peu intéressant quand il se consacre à la bourgeoisie mal occidentalisée dont il provient, il se révèle excellent dans ses portraits de petites gens fraîchement sorties des profondeurs de l’Anatolie. Et le dimanche – jour de congé hebdomadaire depuis Atatürk  –  des marées humaines venues de ces faubourgs sans limites inondent les rues du centre, donnant parfois le sentiment qu’on se trouve dans le métro.

Attardons-nous un instant sur Orhan Pamuk, né en 1952. Le remarquable récit de sa jeunesse, traduit en français sous le simple titre d’Istanbul, date de  2003, mais puise sa substance dans la vie des années 1960 et 1970. Ce qui m’a frappé, c’est la mélancolie. Istanbul, ancienne capitale des sultans d’un vaste empire, ancienne ville d’excellence, désormais déchue, fatiguée, croulante. Cette œuvre forme le pendant de celle du génial photographe Ara Güler, d’origine arménienne, disparu en 2018, et qui, durant toute sa carrière, a saisi les profils magiques des coupoles et des minarets enveloppés de brume. Il me semble qu’aujourd’hui, après l’apparition des tours, des voies rapides, des trois ponts suspendus sur le Bosphore, des nouvelles mosquées dont je vais dire un mot, et de l’aéroport mégalomane, ces deux grands nostalgiques ne pourraient plus s’exprimer de la sorte. La ville merveilleuse est repartie d’un nouvel élan, pour le meilleur et pour le pire.

Istanbul, métropole moderne. La mendicité est bien moins répandue qu’à Paris. Et il n’y a pas plus de saleté, sauf dans le bas du quartier de Galata. La Corne d’Or, notamment, dont j’avais conservé un souvenir mitigé, m’a étonné par sa propreté.

Aux yeux du voyageur qui revient après une longue absence, le retour de l’islam se manifeste d’abord par les voiles des femmes. Atatürk les avait sévèrement interdits. À présent, on en voit partout. Mais n’exagérons pas. Ils demeurent nettement minoritaires, et les visages restent à découvert. Très rares sont celles qui réduisent leur visibilité à une fente ménagée pour leurs yeux. Beaucoup de Turques ont préféré devenir blondes et le montrer. Je note aussi qu’on aperçoit souvent, dans un même groupe, des femmes ou des filles voilées et d’autres non voilées ; ce qui me laisse penser qu’il s’agit d’un choix personnel plutôt que d’un mot d’ordre collectif.

De quoi l’Occidental se plaindrait-il ? Quelle idée sotte, de vouloir que tous les pays se ressemblent !

La résurgence de l’islam se traduit également par la construction de nouvelles mosquées. Elles sont légion, surtout dans les quartiers neufs. Je me limiterai à trois d’entre elles – les plus ostensibles. En 2009, à Üsküdar (autrefois Scutari), sur la rive asiatique, la famille Sakir a offert la mosquée Sakirin, dont la particularité est d’être la première et, semble-t-il, jusqu’à présent, la seule, à avoir été conçue par une femme. Il n’y a que deux minarets. Le béton est lisse mais apparent, ce qui, en Occident, serait jugé légèrement désuet. Le mihrab, cette niche orientée vers la Mecque, est cerné d’un énorme sourcil bleu. Une trouvaille.

Autre mosquée, de bonne taille celle-là, bien que limitée elle aussi à deux minarets : elle se construit sur la place Taksim (ou du Réservoir), qui forme, à la rigueur, le centre de cette métropole multiple qu’est Istanbul. Elle aura le mérite d’embellir ce lieu de passage assez laid.

Mais c’est la mosquée Tchamleudja, elle aussi située à Üsküdar, à plusieurs kilomètres en arrière du rivage, qui attire le plus l’attention. Inaugurée en mai 2019 par le président Erdogan, elle présente les plus vastes dimensions du pays, surpassant nettement celle qu’il faut appeler la Sainte Sagesse, car il n’y a jamais eu de sainte prénommée Sophie : une coupole de 34 m de diamètre (contre 31 m) et de 72 m de haut (contre 52 m), six minarets (contre quatre, le chiffre sept étant réservé à la Mecque), une capacité d’accueil de 65 000 fidèles. Cette nouvelle venue prend ainsi place parmi les plus vastes mosquées du monde (Islamabad, Casablanca, Alger), loin derrière La Mecque, il est vrai.

Si la décoration est soignée, l’architecture évite toute modernité La Tchamleudja ressemble comme une grande sœur blanche aux mosquées historiques du vieux centre. Le badaud apprécie surtout sa terrasse, d’où le  regard balaie presque toute la métropole. Et ce qu’il découvre, c’est moins lesdites mosquées historiques, réduites au loin à l’insignifiance, qu’une armée de tours païennes, effrayante et séduisante à la fois, qui a pris possession de la ville et la tient sous sa garde. Si maintenant le badaud passe le Bosphore et se retourne vers la Tchamleudja, le spectacle est, d’un point de vue symbolique, encore pire. La nouvelle mosquée apparaît flanquée d’une vingtaine de relais électriques ou hertziens plus hauts qu’elle, et tous sont dominés par une tour de télévision renflée, comme un boa qui aurait avalé un mouton. C’est le triomphe de la technique sur la religion. J’imagine qu’Erdogan n’en était pas conscient quand il a lancé les travaux.

Par une association d’idées, je me préoccupe du sort de la Sainte Sagesse. Quelques faits : l’édifice date de Justinien (VIe siècle) ; en 1453, il est converti en mosquée, et les mosaïques byzantines sont recouvertes d’enduit ; mais il conserve, aujourd’hui encore, son nom grec d’Aya Sofia ; au milieu du XIXe siècle, un sultan réformiste fait exhumer les mosaïques, ordonne leur restauration par des spécialistes italiens ; puis on les recouvre de nouveau, puisqu’il s’agit d’un lieu de culte islamique ; en 1935, Atatürk, considérant le double passé de l’ouvrage, le transforme en musée ; quelques mosaïques chrétiennes redeviennent visibles, les autres sommeillent sous un enduit musulman qui s’écaille ;  à compter de 1953 (cinq centenaire de la conquête), des voix s’élèvent en faveur de la reconversion du musée en mosquée ; le 27 mars 2019, le président Erdogan, ancien maire d’Istanbul, déclare qu’il est temps d’accomplir cette transformation inverse ; simple propos électoral ?

À vrai dire, la Sainte Sagesse n’est pas seule dans son cas. Elle aussi, l’ancienne église byzantine Saint-Sauveur in Chora, devenue la mosquée Kariyé, a été transformée en musée. Elle a encore son mihrab, mais ses mosaïques chrétiennes, découvertes, consolent largement le visiteur des cachotteries qui lui sont faites ailleurs. Or, d’un point de vue politique, cet ancien sanctuaire excentré n’excite personne.

Considérons aussi la mosquée de Soliman le Magnifique. Le grand architecte Sinan a copié la Sainte Sagesse à mille ans de distance. Son édifice est un peu plus petit, mais si on inclut les dépendances – l’école de théologie, l’hospice – c’est l’ensemble religieux le plus vaste d’Istanbul, au demeurant en fort bon état. Et le plus visible, car il se trouve au sommet d’une colline, face à tous les regards.

Il me semble donc, compte tenu d’une part de cette mosquée de Soliman, d’autre part des édifices nouveaux dont la Tchamleudja, que l’islam a largement eu sa part, et qu’il peut se dispenser de réclamer en sus la Sainte Sagesse. Erdogan osera-t-il néanmoins ? Il risque des remontrances de son récent ami Poutine, chrétien orthodoxe. Il risque aussi une chute des recettes du tourisme, car l’opération ferait mauvais effet en Occident, bien qu’une mosquée soit aisément visitable. De surcroît, le président turc n’est plus au sommet de sa forme ; son parti vient de perdre, de manière humiliante, les mairies d’Istanbul et d’Ankara. Mais l’offensive qu’il vient de lancer contre les Kurdes de Syrie peut lui rendre sa popularité.

Erdogan ressemble à Atatürk par son nationalisme et en diffère pas ses positions religieuses. Il doit faire face à un regain de faveur de son illustre devancier. C’est Atatürk, et non Erdogan, que l’on voit sur les billets de banque, les timbres, les grandes banderoles neuves dans les rues. À qui s’adresse cette reconnaissance ? À l’auteur de la sécularisation de l’État, et du remplacement des caractères arabes par des caractère latins ? Ces réformes sont acquises, mais ne pourraient sans doute pas être mises en œuvre aujourd’hui. Atatürk, pour l’homme du peuple, c’est avant tout le général qui a empêché le démantèlement de la Turquie, concocté par Clemenceau, Lloyd George et Wilson. Le centenaire de sa victoire donnera lieu en 2023 à une haute célébration.

Dès maintenant, le drapeau turc flotte partout. Il arbore un croissant, une étoile. Mais le fond est rouge et non vert. La différence avec les pays arabes se trouve ainsi vigoureusement marquée. Je vois à Kadiköy, faubourg asiatique, un colporteur vendant de grands étendards frappés de l’effigie du héros national.

Quelques nouvelles glanées dans les Daily News, quotidien paraissant à Istanbul :

  • Erdogan déclare qu’il ne s’en prend pas aux Kurdes, mais à des terroristes ;
  • La faim n’est plus un problème en Turquie, malgré la présence de trois millions er demi de réfugiés syriens sur son sol ; les récoltes turques et les experts agricoles turcs aideront d’autres pays à résoudre la question ;
  • Concours de beauté canine à Sivas en Anatolie ; s’y distinguent surtout les chiens de bergers grands et forts de la race de Kangal (redoutables, j’en atteste).

Petites scènes de la vie quotidienne :

  •      dans l’un des rares bureaux de Poste que l’on trouve en cette vaste métropole, et qui portent encore cette enseigne abandonnée en France, PTT, une vieille dame turque patiente ; toute petite, maigre, non voilée, coiffée en queue de cheval, un visage d’oiseau de proie ; mais inoffensive ; soudain, elle se lève, se dirige vers un guichet ; que veut-elle ? une lettre de son fils parti aux Amériques ? hélas, elle est sourde ; les employés hurlent pour se faire entendre ; a-t-elle compris ? j’en doute ; elle trottine jusqu’au fond du local, se rassied, et attend de nouveau Dieu sait quoi ;
  •   je croise un Noir sur le pont de Galata ; est-ce l’un de ces travailleurs immigrés qui viennent ici malgré l’abondance de la main d’œuvre turque ? sur son maillot de corps noir, on voit, en blanc, une tête de mort, et l’inscription George V Paris ;
  • un cireur de chaussures dévale en courant une rue pentue de Galata ; sans s’en apercevoir, il a laissé tomber une brosse ; je la ramasse, je le hèle ; en remerciement, il veut absolument cirer mes souliers, qui n’en ont nul besoin ;    you gentleman, répète-t-il ;
  • le bateau va partir ; un jeune chat, sans doute attaché à ce navire, folâtre sur l‘embarcadère ; soudain, il se rend compte du danger, accourt et, alors que le bateau a commencé de glisser le long du quai, saute à bord d’un bond gracieux ;
  • encore un embarcadère, cette fois celui d’Ortaköy, avec sa petite mosquée rococo ; un Turc fringant d’environ vingt-cinq ans, barbe noire, cheveux décolorés en blond, photographie successivement sa femme, sa mère, son père, son oncle, son grand-père ; une bienfaitrice jette des poignées de pain dans l’eau ; les oiseaux de mer ne s’y intéressent pas, les poissons les gobent patiemment.

Un destin, celui du réceptionniste de mon hôtel, situé au pied de la tour de Galata. Ce grand gaillard d’allure tout à fait turque est en fait belge. Ses parents turcs se sont installés à La Louvière, cité charbonnière et sidérurgique. Notre homme a été élevé là, y a appris le métier de boucher. Le voilà maintenant hôtelier, tâche dont il semble s’acquitter fort bien. Mais il médite de revenir à La Louvière.

C’est un des rares résidents francophones que j’aie rencontrés durant mon séjour. Or notre langue était, il y a cent ou cent cinquante ans, celle de la bonne société. Les odalisques lisaient, dans leurs harems, des romans français. En témoignent de nombreux mots intégrés de manière phonétique au langage turc : asensör, kuaför, otobüs, bisiklet, otantic kebap – ainsi hélas que terörist. Aujourd’hui encore, deux établissements turcs prestigieux sont francophones : le lycée de Galatasaray et, dans un site superbe sur le Bosphore, l’université de Galatasaray. J’ai eu le plaisir d’entendre deux dames turques fort convenables me demander leur chemin dans la langue de Voltaire. Ma nationalité n’est pourtant pas inscrite sur mon front !

La Corne d’Or, estuaire assez étroit qui séparait naguère la ville ottomane de la ville européanisée, subit aujourd’hui cinq ponts, dont l’un réservé au chemin de fer. Le plus fréquenté – point névralgique de la métropole – est le pont de Galata, à deux étages : les véhicules et les piétons passent en haut, une file continue de restaurants de poissons occupe le bas.

Chantés jadis par Pierre Loti [1], les 38 km de Bosphore ne sont plus  exceptionnels. On a trop construit sur ces rives, et pas toujours de manière judicieuse. Mais vers le nord, les verdures reviennent, et le paysage, avec ses forteresses en ruine, prend un petit air de bords du Rhin. Les deux premiers ponts suspendus, quand on vient de la ville, ne déparent point le cadre. Le troisième pont, à la fois ferroviaire et routier, l’embellit avec ses grands éventails de haubans. Conçu par Michel Virlogeux, l’architecte du viaduc de Millau et d’une centaine d’autres ouvrages, il a semble-t-il la plus longue portée du monde : 1408 mètres entre les deux pylônes.

Ce n’est rien encore, en regard des projets. Il est fortement question de doubler le Bosphore, à l’ouest, par un canal de 45 km de long. Une vieille idée. Mais Suez et Panama aussi étaient de vieilles idées, avant de se concrétiser. Motif invoqué cette fois : l’encombrement du Bosphore, les risques d’accidents. Je me demande s’ils n’ont pas été gonflés pour les besoins de la cause, car un bateau sur lequel j’avais pris place a navigué toute une matinée dans le détroit sans rencontrer personne ou presque. Les écologistes s’inquiètent des risques que comporteraient de tels travaux sur une faille sismique, et de l’irruption des eaux peu salées de la mer Noire dans les eaux plus lourdes de la mer de Marmara.  Coût estimé du chantier : 30 milliards d’euros.

Sans doute le lecteur, lassé de cette débauche futuriste, aspire-t-il à retrouver un peu de la Turquie ottomane. Je lui conseille les îles des Princes, ces quelques rochers de la mer de Marmara, situés à une heure de navigation d’Istanbul, mais parfaitement visibles de la terrasse de l’ancien palais impérial (Topkapeu).

Depuis les bateaux très exacts qui y mènent, ou depuis les môles de ces îles, on jouit d’une vue à 180 degrés – moins sur la vieille ville que sur l’interminable banlieue sud, hérissée de tours, qui s’étire sur la rive asiatique. Le plus troublant est de se dire qu’il y a un demi-siècle, presque rien de tout cela n’existait encore. Vus de près, ces grands immeubles sont disparates. La distance leur confère une harmonie. Le soleil les rend, par moments, presque parlants. Si l’on ajoute la vue depuis la tour de Galata, celle du café Pierre Loti d’Eyüp, et celle, déjà mentionnée, de la mosquée Tchamleudja, force est de reconnaître qu’Istanbul et ses dépendances offrent un des plus beaux paysages maritimes et urbains de monde, pouvant soutenir la comparaison avec ceux de Rio et de Hong-Kong.

Mais une fois débarqué dans l’une des îles, on change d’époque. Partout, de grandes villas anciennes en bois, souvent bien entretenues. Pas de voitures, sauf pour la police. Les habitants n’ont droit qu’à des tricycles électriques, assez peu nombreux. Les autres transports s’effectuent en carrioles, comme au bon vieux temps. Les jardins débordent de bougainvillées et de lauriers-roses donnant leur seconde floraison.

Avant le grand dérangement qui a suivi la Première guerre mondiale, la population îlienne était surtout grecque. Il subsiste, de cette époque, quelques églises orthodoxes et un grand séminaire, au centre duquel on a installé, pour prouver la loyauté envers le gouvernement d’Ankara, un buste d’Atatürk et un drapeau turc.

Jamais je n’ai vu tant de chats. Istanbul n’en manque pas, mais l’affluence humaine les empêche de trop se montrer. Ici, ils sortent de tous les recoins, colonisent les clôtures, rampent sous les tables des restaurants et même, profitant de la faiblesse de la circulation, se prélassent sur les chaussées. Au Maghreb, en Égypte, des chats faméliques fouillent les poubelles. En Turquie, leur sort est bien meilleur, car les gens les nourrissent, et ils sont loin de faire pitié. De petits tas de croquettes subsistent çà et là ; les matous n’ont plus faim.

Ce sont eux, les véritables princes de ces îles. Pensionnés à vie, sans rien à faire, alors que tant d’hommes triment ! Peut-être m’objectera-t-on que l’ennui les guette. Mais le sommeil remédie à tous les maux.

Les Turcs, ces farouches guerriers, aiment les bêtes. Beaucoup moins nombreux que les chats, par suite de terribles règlements de comptes, les chiens bénéficient à nouveau d’une aimable tolérance. J’en découvre cinq faisant la sieste devant le commissariat de police d’une des îles. Cela n’empêche pas maintes villas de s’orner d’un écriteau illustré bien de chez nous, Köpek var, attention au chien. Péril imaginaire.

La bénévolence s’étend même aux goélands – tenus ailleurs pour des nuisances. J’ai assisté à l’un de leurs festins, organisé par un bienfaiteur. En une minute, tout était nettoyé.

Comme un adieu, le mur latéral d’un restaurant me présente une citation de Saint-Exupéry en turc. Le Petit Prince se dit Kütchük Prens, sans article.

Et maintenant, il faut rentrer en France, par le fastueux aéroport. Dans ce palais mirifique, pas le moindre miaulement, pas le plus petit bout de la queue d’un chat. Nous ne sommes plus en Turquie.

xxx 

Élargissons l’horizon. Après le départ d’Erdogan, né en 1954, la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ne manquera pas d’être à nouveau posée. Nous avons été à deux doigts d’inclure ce poids lourd, sous la pression conjointe des Britanniques et des Suédois (désireux de diluer l’Union), du regretté Jacques Chirac (ami des cultures exotiques) et de la technocratie bruxelloise (toujours preneuse d’une nouvelle extension). Nous avions déjà commis l’erreur d’inclure les anciens pays de l’Est, si sympathiques soient-ils, ainsi que ces plaisantins, les Grecs, les Chypriotes, les Maltais. Nous nous apprêtons à englober la Serbie, le Monténégro, la Macédoine du Nord, le Kossovo, l’Albanie, en vertu de ce mot magique qu’est l’Europe – un concept arbitraire, sans réalité historique.

Et la Turquie ? Je lui ai rendu, au fil du temps, quatre visites. Je me suis bien entendu avec ses habitants, j’ai grappillé quelques mots de sa langue, j’ai rêvé dans ses mosquées. Mais cela ne suffit pas. Les Turcs sont trop différents, même si on ne veut voir qu’Istanbul, extrémité occidentale de leur domaine. Leur État deviendrait le plus peuplé de l’Union. Et par lui, nous aurions des frontières communes avec les pays les plus problématiques du monde, la Syrie, l’Irak, l’Iran.

Restons amis. Restons nous-mêmes.                                 

[1] Sur cet écrivain à Constantinople, voir mon article Petite rétrospective Pierre Loti, sous la rubrique Langue et lettres du site Montesquieu, ainsi que le commentaire d’Alain Quella-Villéger qui le suit.  

L’Europe face aux sanctions américaines, quelle souveraineté ?

Ce texte est le produit d’un atelier qui a réuni Marie Hélène Bérard, banquier- conseil, Farid Fatah, doctorant en droit, Pascal Lamy, président emeritus de l’Institut Jacques Delors, Louis Schweitzer, président d’honneur de Renault et Pierre Vimont, senior fellow Carnegie Europe.

 

Si l’on en croit le dernier discours de Jean-Claude Juncker sur l’État de l’Union, en septembre 2018 : « L’heure de la souveraineté européenne a définitivement sonné ».
Comme pour lui donner raison, Donald Trump l’affirmait quelques semaines plus tard devant l’Assemblée Générale des Nations Unies : « Responsible nations must defend against threats to sovereignty ».
Et pourtant, le 4 novembre prochain, les Européens seront frappés par de nouvelles sanctions américaines extraterritoriales à la suite du retrait, décidé par le Président américain, de l’accord nucléaire avec l’Iran, dit JCPOA (Joint Comprehensive Plan Of Action). Il en va de même avec la Russie à partir du moment où les sanctions américaines vont au-delà de celles qui avaient été décidées conjointement avec l’Union européenne.
Bien maigre souveraineté !
Par extraterritorialité, on entend généralement l’utilisation unilatérale par un État des instruments pris en vertu de ses compétences souveraines pour faire appliquer sa propre loi, dans un territoire autre que le sien, pour des actions commises hors de son territoire, par des entités ou personnes relevant d’autres pays. C’est bien le cas lorsque les États-Unis appliquent à des entités et personnes non-américaines des normes et des sanctions décidées par eux seuls.
L’entreprise ou le particulier dit coupable est puni au moyen de l’un quelconque de ses liens de rattachement à la compétence juridictionnelle des États-Unis : par exemple, une transaction en dollar ou une filiale sur le territoire américain.
Dans ces conditions, l’Union européenne doit-elle, au nom de sa souveraineté, remettre en cause cette pratique que se sont octroyée les États-Unis de décider seuls pour le reste du monde. Si oui, comment ? Si non, que faire ?

1 ▪ LA SITUATION AMÉRICAINE
• L’extraterritorialité telle que pratiquée par les autorités américaines repose sur un système efficace parce que cohérent. Tous les rouages du processus, une fois les décisions législatives et/ou règlementaires prises, travaillent ensemble en parfaite adéquation depuis le pouvoir législatif jusqu’au juge civil ou pénal en passant par le Trésor, le département d’État, les agences fédérales et les services de renseignement. C’est une forme sophistiquée et exceptionnelle de la diplomatie juridique, sans équivalent dans le monde.
• Les États-Unis pratiquent deux types de mesures extraterritoriales :
– celles résultant de l’application du Foreign Corrupt Practices Act, loi fédérale de 1977. Par exemple Siemens en 2008 et récemment Sanofi, laboratoire pharmaceutique français, soupçonné de corruption pour les activités de ses filiales au Kazakhstan, sanctionné par l’autorité de régulation des marchés boursiers américains ;
– celles liées à un embargo décidé unilatéralement par les États-Unis : des sanctions américaines furent ainsi imposées aux banques BNP-Paribas en 2014 et Deutsche Bank en 2015.
• Les mesures extraterritoriales américaines ont trois fondements juridiques principaux :
– La lutte contre la corruption, à la fois par moralité et pour placer les entreprises sur un pied d’égalité.
– Le respect des différentes réglementations américaines : fraude fiscale, réglementation des exportations, concurrence, blanchiment, règles comptables etc.
– La « sécurité nationale », qui permet toutes les interprétations. Si, dans le passé, Europe et États-Unis ont souvent partagé la même approche sur le contenu à lui donner, l’Iran présente aujourd’hui un cas singulier.
La logique des mesures américaines est fondée sur le raisonnement suivant : d’une part, dès lors que les entreprises américaines doivent obéir aux règles que décident les États-Unis, il doit en être de même pour leurs concurrentes étrangères, sauf à conférer à ces dernières un avantage compétitif indu ; d’autre part, continuer à commercer avec un pays sanctionné est contraire aux intérêts des États-Unis et menace leur sécurité nationale.

2 ▪ LA SITUATION EUROPÉENNE
À ce jour, l’Union européenne ne pratique pas l’extraterritorialité européenne, ou, du moins, une extraterritorialité équivalente, même si la question reste débattue entre les experts.
Si l’Europe sanctionne des personnes ou des entités étrangères, c’est toujours à raison d’actions commises sur son territoire, ou qui ont un effet sur celui-ci, ou encore qui concernent ses ressortissants. Ainsi en 2001, l’Europe a-t-elle refusé la fusion entre General Electric et Honeywell, en dépit de l’accord des autorités américaines de l’antitrust, au motif que cette fusion aurait affecté la concurrence en Europe. De même, le dispositif de transparence fiscale qui dresse des listes noires d’États tiers non coopératifs, parfois considéré comme frôlant l’ex-traterritorialité, vise au premier chef la situation fiscale des ressortissants européens.
L’Europe en effet ne va au-delà de ses frontières territoriales que lorsqu’il existe un lien de rattachement à son territoire ou à sa population. Par exemple, la norme européenne de data privacy (droit à l’oubli) interdit l’exploitation des données personnelles européennes hors de l’Union.
Ainsi, la Cour de Justice de l’Union européenne a-t-elle contraint la Commission à renégocier un accord avec les États-Unis pour permettre cette exploitation, à la condition d’imposer à ce pays des normes de protection aussi élevées que celles de l’Europe. Aujourd’hui, la seule réponse de l’Europe à l’extraterritorialité américaine est le règlement UE numéro 2271/96 de 1996, dite loi de blocage. Ce dispositif a été décidé en réponse à deux réglementations américaines, les lois Helms-Burton et D’Amato-Kennedy, instituant des embargos contre Cuba, la Libye et, déjà, l’Iran. Ce règlement été modifié le 6 juin 2018 en réponse au retrait américain du JCPOA.
Outre une information obligatoire destinée à la Commission européenne et la possibilité pour celle-ci d’autoriser les entreprises européennes à se soumettre à l’embargo, la loi de blocage prévoit deux dispositifs, principalement à destination des agents économiques : une interdiction, et une protection.
• Interdiction est faite aux entreprises européennes, sous peine de sanctions applicables cette fois par l’Europe, de se soumettre aux sanctions extraterritoriales américaines. Ce règlement est inapplicable et n’a jamais été appliqué : placée entre le choix de perdre son marché américain, voire de subir une pénalité américaine, ou bien la menace d’une éventuelle sanction européenne, le choix d’une entreprise est vite fait ; aucune entreprise européenne obtempérant aux injonctions américaines n’a été sanctionnée.
• La partie protection pourrait être potentiellement intéressante, mais elle reste sans portée pratique. Une entreprise européenne qui renoncerait à un marché par exemple en Iran pourrait saisir le juge national d’une demande d’indemnité, arguant que son renoncement est dû à la menace des sanctions américaines. À charge pour le juge d’apprécier le dommage et, pour sa compensation, d’aller jusqu’à saisir des avoirs de l’État américain en Europe. Aucune instance n’a été engagée à ce jour.
Face à cette situation, il paraît difficile que l’Union européenne s’abstienne de réagir, surtout à la veille d’élections au Parlement européen pour lesquelles le slogan de campagne de « l’Europe qui protège » semble promis à un bel avenir.
Une contre-attaque prendrait des formes différentes selon que l’on décide, ou non, de mettre en place une vraie extraterritorialité à l’européenne.

3 ▪ UNE EXTRATERRITORIALITÉ À L’EUROPÉENNE
L’Europe franchirait alors le Rubicon de l’extraterritorialité, ce qu’elle s’est interdit jusqu’à présent au nom du respect de la souveraineté des États, principe fondateur de l’ordre juridique international westphalien actuel, et déciderait d’une exception à sa « doxa » multilatérale au nom de la nécessité de rééquilibrer un rapport de forces avec les États-Unis pour être à même de peser davantage sur ceux de leurs comportements qui contreviennent et à la souveraineté, et au multilatéralisme.

L’Union européenne construirait un système extraterritorial autonome, symétrique du système américain : mêmes moyens juridiques, mêmes moyens organisationnels et même contrôle par un juge.
Mais cette extraterritorialité serait appliquée à des faits précis et prévisibles, définis par des directives et règlements ne laissant pas de place à l’interprétation. Il pourra s’agir de réglementations nouvelles, impliquant une modification des traités, ou d’ajouts à des réglementations existantes.
L’extraterritorialité des normes européennes conduira à l’extraterritorialité de leurs sanctions.
Plusieurs domaines pourraient s’y prêter :
1. Le respect de l’environnement, de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique. En la matière, les frontières ne s’arrêtent pas aux États et l’application de normes s’appliquant au-delà du territoire de l’Union serait justifiée dans les cas où la préservation de la planète exige des standards plus élevés que ceux qui existent aujourd’hui.
2. La lutte contre la corruption : élever ce domaine au niveau européen. L’Union adopterait de nouveaux règlements améliorant les standards existants et leur donnant une compétence extraterritoriale.
3. La lutte contre l’évasion fiscale. Il s’agirait d’appliquer l’extraterritorialité à la proposition française de mars 2018 pour l’instant limitée au territoire européen. Un nouveau règlement permettrait d’imposer les entreprises internationales, dont les GAFA, sur le lieu de réalisation du chiffre d’affaires et non plus sur celui de leur établissement.
4. La protection des données personnelles, qui pourrait s’appliquer de manière plus ou moins rigoureuse :
– L’intensité la plus faible consisterait à ne protéger que les données personnelles
des ressortissants de l’Union, mais à les couvrir dans l’ensemble du monde, sans
passer par la voie des traités bilatéraux. En l’absence d’une extraterritorialité européenne, seuls des accords bilatéraux le permettent, comme cela vient d’être
fait avec le Japon pour que ce pays accepte sur son territoire la protection des
données des Européens.
– L’intensité la plus élevée consisterait à protéger les données personnelles de tous, partout dans le monde, ce qui reviendrait à créer un standard de protection
des données personnelles au niveau mondial.
Pour assurer la mise en oeuvre de cette extraterritorialité, l’Europe devrait se doter de moyens :
• L’OFAC américain (Office of Foreign Assets Control) attribue des licences et des autorisations d’investir/d’exporter en fonction de la politique étrangère américaine et des impératifs de la sécurité nationale. Ainsi Boeing a-t-il été autorisé en 2017 à vendre quelques appareils en Iran. L’OFAC répond très rapidement aux entreprises. L’Office traque aussi, avec succès, toutes les infractions, américaines comme non-américaines.
• L’Union devrait donc se doter d’un European Office of Foreign Assets Control, qui ferait de même et qui pourrait s’inspirer de l’Office of Financial Sanctions Implementation britannique.
Le budget de l’OFAC américain est de l’ordre de 50 millions de dollars. Mais il s’appuie beaucoup sur les agents du Trésor américain. Le bureau correspondant de l’Union européenne (Foreign Policy Instrument) est composé de quelques agents, qui coordonnent la politique des États membres, à raison d’une réunion par mois.

• L’Union continuerait à avoir, si nécessaire, sa propre liste de personnes interdites, équivalent des S.D.N américaines (Specially Designated National and Blocked Persons List).
• L’Union pourrait élargir les compétences de l’Office Européen de Lutte Antifraudes (OLAF) à la lutte anticorruption.
Il resterait une différence de fond entre l’extraterritorialité américaine et les normes européennes : pour les Américains, la notion de sécurité nationale est fluctuante, subjective et réversible. Elle leur permet de virer de bord à tout moment. Les normes européennes, collectives, fondées sur des critères objectifs et permanents, ne sont pas aussi malléables. L’Union européenne resterait, elle, dans un cadre juridique stable.
Des changements de cette ampleur soulèveraient sans doute bien des débats au Conseil et au Parlement européen. Si l’accord à 27 ne s’avérait pas possible, ou si les dispositions actuelles des traités ne le permettaient pas, une coopération renforcée resterait envisageable. Mais elle aurait moins de force qu’une réponse unanime de l’Europe. Quant à l’action d’un État membre isolé, elle se heurterait, à l’évidence, au principe de réalité.

4 ▪ LE RENFORCEMENT DES DISPOSITIFS ACTUELS
Au cas où l’absence de consensus européen ne permettrait pas de franchir le pas de l’extraterritorialité, reste la possibilité, et même la nécessité, de renforcer les dispositifs actuels pour permettre une réaction suffisamment forte aux mesures américaines de telle sorte à protéger les intérêts européens, notamment en obtenant à leur profit des exonérations. Ce fut le cas en 1996 lorsque l’Union déposa plainte à l’OMC contre les États-Unis avant de la retirer moyennant contreparties. Mais la situation politique américaine était alors différente : le Président
avait hésité à opposer son veto aux initiatives du Congrès et disposait d’une marge exécutive importante. Aujourd’hui, c’est la Maison Blanche qui est à l’offensive.
Au plan des principes, l’Union resterait dans ce cas en conformité avec le droit international : ses contremesures seraient fondées sur la réciprocité qui autorise des rétorsions contre des États qui contreviennent à leurs obligations, notamment lorsqu’elles ressortent d’accords avalisés par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, ce qui fut le cas du JPCOA. Plusieurs dispositifs existants pourraient être renforcés :
1. Conditionner l’activité en Europe des banques étrangères à un nouvel agrément, sur le fondement de la directive 2013/36/du 26 juin 2013, qui dispose que les établissements de crédit doivent avoir un agrément pour exercer leurs activités dans l’Union. Au nom du principe de réciprocité, l’agrément pourrait être refusé aux entreprises d’un État tiers qui impose des dispositions extraterritoriales aux entreprises de l’Union européenne.
C’est une mesure de symétrie, puisque les banques et les entreprises européennes qui travaillent en dollar subissent les normes extraterritoriales américaines.
2. Instituer un véhicule spécial européen (SPV) comme suggéré des deux côtés du
Rhin. A défaut d’avoir pu convaincre la BEI de jouer le rôle de financeur d’opérations avec l’Iran, les États de l’Union volontaires fourniraient les ressources nécessaires pour financer, mutualiser, ou garantir les exportations, les importations ou les investissements de leurs entreprises qui le souhaiteraient à l’abri des sanctions américaines.
Un tel dispositif a été annoncé à New York en présence du ministre des affaires étrangères iranien par la vice-présidente de la Commission, Federica Mogherini. Elle a toutefois précisé que plusieurs modalités restaient à mettre au point. On peut songer par exemple, à la participation à cet instrument d’États tiers en relations économiques avec l’Iran, ou bien à une mise en oeuvre progressive, en commençant par des produits de première nécessité (produits alimentaires ou pharmaceutiques).
3. Mettre en oeuvre la proposition du ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas, de règlements et transferts financiers en euros propres à l’Europe, permettant d’éviter les blocages du système SWIFT.
4. En matière de services financiers, il conviendrait de s’assurer que la directive DSP 2 (UE 2015/2366) qui régit les paiements sans cartes de crédit (Fintech dont Paypal), s’applique bien à tous les paiements ayant un lien de rattachement avec la compétence juridictionnelle de l’Union européenne, quelle que soit la nationalité de l’entreprise.
5. En matière de droit de la concurrence et dans la mesure où l’Union applique une politique plus stricte que d’autres pays, et notamment les États-Unis, l’Union pourrait imposer aux entreprises étrangères ayant un lien de rattachement avec son territoire le même degré d’exigence qu’aux entreprises européennes.
6. Clarifier et uniformiser les règles régissant la mise en oeuvre des sanctions décidées par l’Union. À titre d’exemple, la question de la rétroactivité de telles sanctions – c’est-à-dire le sort à réserver aux contrats existants – n’est aujourd’hui pas tranchée : les entreprises européennes ne savent pas quelles règles s’appliquent, faute d’un organisme européen doté d’une autorité suffisante pour édicter des critères homogènes et en informer les entreprises.
7. Rappeler la compétence du juge national de refuser l’application d’une norme ou d’une sanction extraterritoriale.
8. Réintroduire une plainte à l’OMC pour manquement aux obligations américaines d’ouverture des échanges à l’égard de l’Union européenne telles qu’elles ressortent des accords en vigueur à l’OMC comme ce fut le cas, on l’a dit, en 1996. Mais, ici encore, la situation n’est pas la même qu’à l’époque. Du côté positif, d’autres contentieux sont en cours au titre du règlement des différends sur la portée des exceptions au titre de la sécurité nationale, et la question n’est donc plus taboue. Du côté négatif, il semble bien que les États-Unis de Donald Trump souhaitent revenir sur le caractère contraignant des décisions contentieuses qu’ils avaient acceptées en 1994, lorsque le GATT devint OMC, d’où leur refus de nommer de nouveaux juges à l’organe qui statue en appel au contentieux.
Quelle que soit la réponse européenne aux conséquences de la fracture transatlantique sur la question du nucléaire iranien, sans précédent depuis l’affaire de Suez en 1956 qui avait vu le couple franco-britannique s’incliner face aux pressions américaines, le rapport de force entre les États-Unis et l’Union européenne, amoindrie par le Brexit, devra s’apprécier au regard de deux composantes majeures du système international actuel et à venir, le premier d’ordre géoéconomique, le second d’ordre géopolitique :
• Le premier a trait à la supériorité du dollar dans l’économie internationale, tant comme monnaie de réserve que de facturation, et que la création de l’euro n’a aucunement remise en cause. C’est là que réside le levier principal de l’efficacité des sanctions américaines extraterritoriales, dont on aura noté que leur administration est confiée au département du Trésor, à Washington. L’Union européenne s’est, de fait, accommodée de cette situation en adoptant une attitude passive sur l’internationalisation de l’euro, et l’on voit mal comment un rééquilibrage de souveraineté serait envisageable sans remettre en cause cette passivité.
Peut-être serait-il temps d’ouvrir ce débat, comme l’a relancé Jean-Claude Juncker dans son discours sur l’État de l’Union.
• Le second concerne l’avenir de la rivalité américano-chinoise, qui a pris un nouveau tour avec l’administration Trump en passant à l’égard de la Chine du « containment » au « push back ». On ne peut en effet exclure qu’à l’avenir les États-Unis imposent à la Chine des sanctions qui vont au-delà des mesures commerciales actuelles initiées par le Président américain, et qu’il décide alors de les appliquer de manière extraterritoriale en s’appuyant sur des précédents tels que l’Iran. Il ne fait nul doute que, dans ce cas, la réaction européenne devrait être d’une toute autre nature. Peut-être serait-il sage de prendre les décisions qu’implique l’affaire iranienne en envisageant un contexte d’une toute autre dimension économique et politique.

L’Europe malade de ses « valeurs » ?

Par Jacques Darmon

Les « valeurs » sont aujourd’hui au centre de la construction européenne. La Communauté Économique Européenne (CEE) s’était construite sur une proximité géographique sur le choix d’une liberté de circulation des hommes et des marchandises recherchant les bénéfices économiques d’un marché commun. L’ambition de l’Union Européenne est plus vaste.

Le traité de Lisbonne, en 2009, énonçait ainsi les « principes qui ont présidé à la création (de l’Union) et à son élargissement » : « la démocratie, la primauté du droit, l’universalité et l’indivisibilité des droits de l’homme et des libertés fondamentales, le respect de la dignité humaine, les principes d’égalité et de solidarité et le respect des principes de la chartre des Nations Unies et du droit international ». Ces valeurs ont été encore récemment rappelées à la tribune de l’ONU par le Président Macron.

Face aux empires et aux dictatures, l’Europe prétend constituer un exemple de démocratie apaisée, garantissant les libertés individuelles et les « droits de l’homme », refusant toute visée nationaliste ou impérialiste, recherchant la solution des conflits par la négociation. Sensible aux malheurs du monde et aux impératifs écologiques, ouverte aux réfugiés, l’Europe se voit ainsi comme un modèle pour les autres nations : un foyer de civilisation et de progrès, un espace de paix et de prospérité, une terre d’accueil.

Pourtant, malgré ces intentions admirables, les Européens doivent constater que ces « valeurs » qui leur semblent aujourd’hui essentielles suscitent des oppositions, parfois violentes, tant à l’extérieur de l’Europe que dans son sein même.

A l’extérieur de ses frontières, l’Europe recueille peu de supports.

Certains États ignorent purement et simplement la démarche européenne. La Russie, la Chine poursuivent leur propre histoire dans une indifférence profonde à ce qu’affiche l’Europe. L’Amérique de Donald Trump adopte aujourd’hui la même attitude. Plus nombreux sont les pays qui refusent explicitement les choix européens : le Pakistan, l’Indonésie, la Turquie, l’Iran excluent totalement de se rallier à des valeurs dont ils ne reconnaissent pas la légitimité. Plus gravement encore sont apparus des mouvements qui, non seulement s’opposent aux valeurs européennes, mais qui en souhaitent la disparition ; les salafistes du Moyen-Orient, les mouvements djihadistes divers considèrent qu’il faut éliminer ces errements dangereux, si nécessaire par la violence.

Les Européens, convaincus de l’universalité de leurs valeurs, assistent, sidérés et impuissants, à ce nouveau choc de civilisations.

Au sein même de l’Union Européenne, la situation n’est pas plus sereine. Paradoxalement, ces « valeurs » que l’on considérait comme un ciment de nature à fonder l’Europe deviennent sources d’oppositions farouches.

On ne compte plus les États que la Commission européenne (largement sollicitée par le Parlement Européen) a décidé de poursuivre ou de mettre à l’amende, l’un pour un budget en déficit, l’autre pour la pollution excessive d’une ville de province, un troisième pour avoir fixé l’âge de retraite de ses magistrats, un autre enfin pour avoir refusé de laisser voter les détenus de ses prisons…

Dans tous les pays européens, les partis europhobes ou même simplement eurosceptiques jouent un rôle croissant. Déjà, ils l’emportent en Autriche, en Italie, en Pologne, en Grèce, en Hongrie, en Slovaquie,… Même l’Allemagne n’échappe pas à ce mouvement.

Les oppositions portent sur deux points essentiels : ces valeurs laissent l’Union Européenne sans protection ; dans le même temps, elles font peser sur les citoyens européens des contraintes qu’ils jugent illégitimes.

  • Les « valeurs » de l’Europe laissent ses citoyens désarmés face à la violence et à la compétition internationale.

Protection face à la violence

La notion d’Etat de droit dont l’Europe est si fière n’a cessé de s’élargir : suffrage universel, indépendance des pouvoirs législatifs, exécutif, judiciaire, liberté de conscience, d’opinion, de religion, non-discrimination, égalité,…

Animée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (qui cependant ne fait pas partie des institutions de l’Union Européenne- voir encadré), la Cour de Justice de l’Union Européenne ne cesse de donner plus de place à la défense des droits individuels. Bien plus, les juges prétendent définir eux-mêmes les règles auxquelles ils donnent valeur constitutionnelle. Ainsi le Président de la CJUE peut déclarer : C’est aux juges européens de donner du sens à cette norme (29 mars 2017). Cette même cour de justice s’estime « compétente pour apprécier si un accord international conclu par l’Union est compatible avec les traités » (février 2018), c‘est-à-dire avec « les valeurs de l’Europe.

Mais cette notion d’État de droit, qui semble si évidente et si nécessaire, est violemment contestée quand elle a pour effet de s’opposer aux mesures indispensables pour permettre aux citoyens de vivre et se déplacer en sécurité, c’est-à-dire d’assurer un état de droit. La religion officielle des droits fondamentaux, qui limite l’emploi de la force légale, préventive ou punitive, laisse les États impuissants face à la montée des périls intérieurs ou extérieurs, de la délinquance, du terrorisme. Comme le dit Jean-Éric Schoettl, ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, on sacrifie ainsi « l’ordre public, garant des libertés les plus fondamentales, à une vision abstraite des droits individuels [1]».

La timidité de la puissance civile laisse le champ libre aux bloqueurs, aux zadistes, aux occupants sans titre. La réaffirmation bruyante du droit d’asile et du droit du sol, qui font la fierté des institutions européennes, devient illégitime quand, en l’absence d’une police et d’une justice unifiées, elle interdit de maitriser les flux migratoires, encourage l’action (et le chiffre d’affaires) des passeurs,  provoque des oppositions déterminées entre ceux qui supportent les conséquences de ces flux non maîtrisés et ceux qui y sont d’autant plus favorables qu’ils ne sont pas des pays d’accueil.

Plus encore, les protections juridiques qu’accorde l’État de droit freinent la lutte contre le terrorisme islamique et facilitent le retour des djihadistes.

Au même moment, les États-Unis ou la Chine populaire décident de filtrer les flux migratoires et de poursuivre une lutte féroce contre l’immigration clandestine, la délinquance ordinaire et le terrorisme.

Faiblesse dans la compétition mondiale

Conformément à ses principes universalistes, l’Europe donne la priorité à l’ouverture des frontières économiques et signe de multiples accords de libéralisation des échanges. L’Union, convaincue des effets bienfaisants de la « mondialisation heureuse », a pratiquement aboli toutes les barrières tarifaires, exposant toutes ses entreprises et tous ses citoyens à la compétition mondiale et surtout au dumping de certaines économies. Dans le même temps, des règles internes de concurrence étroitement interprétées interdisent de facto la constitution de champions européens capables de s’imposer dans cette compétition mondiale. Les entreprises européennes deviennent la cible de leurs concurrents américains ou chinois. Le marché commun de l’Union, le plus grand de la planète, devient un terrain de jeu pour les entreprises mondiales.

L’Europe fait le choix de donner la priorité aux négociations multilatérales. Mais, dans ces négociations, ces « valeurs » la placent en position de faiblesse. Ainsi, l’Europe, se décrétant modèle pour l’humanité dans la défense de la planète, accepte des objectifs de réduction exprimés en pourcentage, pénalise ses citoyens et ses entreprises, tandis que les Etats-Unis ont choisi de refuser ces contraintes et que l’Inde et la Chine, principaux pollueurs, ont obtenu, en conclusion de la COP 21, l’autorisation d’augmenter leurs émissions de CO2 pendant dix ans encore !

Dans ces négociations multilatérales, loin d’être un exemple à imiter, l’Europe se présente comme le maillon faible à exploiter !

  • Les interventions illégitimes : l’abandon du principe de subsidiarité

Plus gravement encore, la défense de ces « valeurs européennes » aboutit à mettre en cause le principe de subsidiarité, pourtant inscrit dans les traités. L’action des institutions européennes (et notamment du Parlement) et l’interprétation qu’en donnent les juges de la CJUE et de la CEDH imposent aux pays européens des règles de vie uniformes que de nombreux citoyens de l’Europe considèrent comme illégitimes.

Illégitime une conception des « droits de l’homme » qui prétend définir uniformément des règles de vie personnelle (mariage, adoption, procréation, ..), contrôler les vies individuelles, définir les valeurs morales, sanctionner les attitudes ou les expressions non-conformes.

Illégitimes des directives « d’harmonisation européenne » qui viennent définir dans le détail des modes de production ou de consommation, qui contrôlent des situations locales, qui surveillent la pollution atmosphérique à Bordeaux ou la présence de l’ours dans les Pyrénées.

Illégitimes des décisions qui prétendent effacer les références identitaires des vieux peuples européens et leur substituer les principes fondamentaux de la mentalité post-moderne : universalisme, multiculturalisme et leurs conséquences sociétales.

Aujourd’hui, les pays européens n’ont pas exactement la même hiérarchie des valeurs. Par exemple, la laïcité de l’Etat, unanimement défendue, est entendue de façon différente en France où les maires ont interdiction d’exposer des crèches dans les hôtels de ville, en Allemagne où les Länder financent l’installation de crucifix dans les écoles (la Bavière a même rendu cette installation obligatoire !) ou en Grèce où la religion orthodoxe est religion d’État !

Les peuples, qui restent très majoritairement favorables à la construction européenne, manifestent de façon croissante par leurs votes leur opposition à cette « Europe des valeurs » qui tend à s’opposer à la diversité des cultures nationales et cherche à imposer à tous les États et à tous les citoyens européens un même mode de vie libéral-libertaire et un même mode de gouvernement.

Europhiles, Europhobes et Eurosceptiques

Trop souvent, la réaction des europhiles devant ces refus des eurosceptiques (qui ne sont pas des europhobes !) est, non pas de tenter d’en comprendre la motivation, mais plus sommairement d’affirmer la nécessité de « renforcer l’Europe » et de faire du respect de ces valeurs une condition d’appartenance à l’Union européenne. Cette Europe qui se veut universelle se replie paradoxalement sur elle-même.

Il est temps de s’interroger. L’Europe ne serait-elle pas malade de ses « valeurs » ? Après avoir contribué à fonder l’Union, ces « valeurs » ne seraient-elles pas en train de faire exploser la fragile construction bâtie depuis quelques années ?

Imposer des « valeurs » uniformes abstraitement définies, est-ce la bonne voie pour construire l’Europe ? Si un accord général peut être trouvé sur quelques principes essentiels (suffrage universel, élections libres, égalité des citoyens, libertés individuelles, ..), ne faut-il pas simultanément renforcer le principe de subsidiarité (d’ailleurs inscrit dans les traités) et écarter de la compétence européenne (celle des élus, des technocrates et des juges) tous les sujets qui devraient relever exclusivement de la décision démocratique de chaque pays membre ?

En signant leur adhésion à l’Europe, les pays ne sont jamais convenus d’adopter les mêmes modes de vie. D’ailleurs, la construction européenne n’exige pas l’uniformisation des mœurs : les États-Unis démontrent, depuis plus de deux siècles, qu’une fédération peut vivre et se développer en respectant la spécificité des territoires qui la composent. La peine de mort est encore prononcée dans trente États américains et a été abolie dans vingt autres. Le recours aux mères porteuses est interdit dans l’État de New-York mais autorisé dans les États de Californie et de Virginie.

N’y a-t-il pas là matière à réflexion lorsqu’on compare la solidité séculaire de la démocratie américaine et la fragilité de la construction européenne ?

Devant la crise actuelle, tous affirment la nécessité de « refonder l’Europe ». A coup sûr, un nouveau départ est nécessaire, mais cette refondation de l’Europe doit prendre en compte deux exigences simples et prioritaires de ses citoyens : l’Europe doit protéger ses citoyens et ses entreprises ; elle doit restaurer dans son acception la plus large le principe de subsidiarité.

[1] Le Figaro- 17 mai 2018

Un mois dans un Brésil imprévisible (juillet-août 2018)

Par Patrice Cahart

        Ces quelques feuillets ne prétendent pas être un reportage sur l’immensité brésilienne (seize fois la France métropolitaine, deux cents millions d’habitants). Je n’y suis resté qu’un mois, principalement à Rio, dans une intention précise : décrire la vie pittoresque de cette cité, de 1815 à 1860 environ, à travers les aventures de ma propre famille. Mais les bibliothèques et les services d’archives étant fermés en fin de semaine, je me suis promené. Cet article en est le fruit. Je n’ai d’autre ambition que d’ajouter quelques touches aux portraits habituels de la patrie de la samba.

          Ce fabuleux Brésil, vers lequel je m’envole, est un pays à la dérive. Porté par un conjoncture mondiale favorable, et fort de solides concours extérieurs, l’ancien président Lula, à la fois populiste et habile, l’avait à peu près géré. Son héritière Dilma Rousseff, ayant déçu, a été destituée par le Parlement. Le vice-président qui l’a remplacée, issu d’un parti différent, Michel Temer, fait l’objet de poursuites pour corruption ; elles ont été suspendues mais reprendront dès la fin de son mandat, le 1er janvier, et il risque d’être incarcéré.

          Une élection présidentielle est prévue pour octobre. Un seul candidat bénéficie d’un soutien assez large du public : Lula, encore lui, avec 30 % des intentions de vote. Manque de chance, il a été condamné en appel à douze ans de prison – pour corruption, lui aussi. Sans preuves, clament ses partisans. Il a commencé à purger cette peine. Un juge, affilié semble-t-il à son parti, a voulu le libérer ; le lendemain, une cour d’appel a infirmé cette décision.

         L’État de Rio a été ruiné par les derniers Jeux Olympiques ; puisse Paris éviter ce sort. Une conseillère municipale de Rio, féministe, très connue, a été assassinée. L’une des plus belles entreprises du pays, Embraer, productrice d’avions de taille moyenne, vient de tomber dans le giron de Boeing.

         Voici une opinion assez répandue : « Bien sûr, Lula a trafiqué, mais pas plus que les autres. Dès lors, autant choisir, parmi tous ces politiciens, celui qui a fait ses preuves. » De nombreux conservateurs s’y opposent ; ils travaillent contre leur intérêt, car si le Brésil tombe dans l’anarchie, ce sont eux qui perdront le plus. De même pour les Américains, qui en veulent à Lula d’avoir limité le champ d’action de leurs compagnies pétrolières ; ils seraient fort contrariés de voir le Brésil devenir un autre Venezuela, en beaucoup plus grand.

         À l’heure où j’écris, toutefois, le plus probable est que Lula, restant captif, ne pourra postuler un troisième mandat, et que le pays sera pourvu d’un président mal élu. Se maintiendra-t-il ? Pourra-t-il prendre des décisions ?

         Et l’Armée ? Le Brésil n’ayant pas d’ennemis, elle ne sert qu’à maintenir l’ordre, en dernier recours. Au printemps dernier, elle a été mobilisée pour briser une grève des camionneurs, et pour calmer les favelas de la banlieue nord de Rio. Elle est néanmoins consciente du mauvais souvenir laissé par vingt ans de dictature militaire (1964-1985). Ses principaux responsables s’abstiennent de  commentaires sur les événements récents.

         Mon cousin brésilien francophone Austregésilo Lalande [1] a la gentillesse de venir m’attendre à l’aéroport, dans une aube pluvieuse. Je ne le connaissais pas, car notre ancêtre commun remonte à deux siècles. J’ai eu la chance de le trouver par l’annuaire téléphonique. Il se passionne pour mes recherches, qui incluent sa lignée. Grâce à son soutien, mon projet quelque peu hasardeux va aboutir à un séjour fructueux.

         Austregésilo a été ministre à Brasilia. Quand on lui demande s’il en garde un bon souvenir, il répond : « Non, c’était terrible, à cause de la malhonnêteté et de l’arbitraire ». Son refus de certaines pratiques lui a valu des procès dont il prophétise qu’ils n’auront jamais de fin. Et il conclut, sur ce chapitre : « Au Brésil, tout est interdit. Mais quand on a des amis bien placés, tout s’arrange ».

        Dès mon arrivée, je puis constater les effets de la crise. Il y a encore plus de dormeurs dans les rues qu’à Paris, et cette fois, ce sont des nationaux, non des immigrés récents. Les pancartes « À vendre » fleurissent sur les façades des immeubles ; leurs auteurs veulent troquer leurs biens contre des appartements en Floride, et ne trouvent pas preneur. À Rio et en son État, le nombre des agressions dans les transports publics a doublé depuis 2015. Il s’en produit maintenant une par heure, en moyenne. Le soir du 2 août, un beau tram tout neuf est mitraillé ; les voyageurs doivent se coucher pour éviter les balles. Dans l’ensemble du pays, la population carcérale a quintuplé en vingt ans.

         Par crainte des enlèvements, les titulaires des plus grosses fortunes vivent aux États-Unis, en Suisse, au Portugal. L’économie du pays est donc en grande partie gérée par des absents.

         Une autre forme d’insécurité consiste en escroqueries et en chantages. Chaque famille aisée a donc un avocat. Comme en France au temps de Molière et de Racine, mais pour des raisons différentes.

         Je découvre avec stupeur l’étendue des activités des « milices ». Ces organisations mafieuses se composent, pour une large part, de policiers révoqués, et d’autres qui sont tout simplement partis parce qu’on ne les payait plus. Ils sont néanmoins restés en bons termes avec leurs anciens collègues. Une petite rue du centre de Rio est occupée par des minibus pimpants, bleus et rouges, porteurs d’une inscription discrète, Serviço intermunicipal, et d’un numéro de téléphone auquel toutes réclamations peuvent être adressées. C’est la flotte de ces messieurs, qui concurrence, sans la moindre autorisation, les nombreux autobus officiels, exploités par des concessionnaires de la Ville. L’un des arguments de vente de cette « milice » est qu’à bord de ses véhicules, les voyageurs sont plus en sûreté que partout ailleurs. Bien entendu, elle n’acquitte aucun impôt.

         Déjeunant dans un restaurant sympathique du centre-ville, mes amis et moi subissons des voisins bruyants. On nous explique qu’il s’agit de policiers en civil, qui fêtent un anniversaire. À la fin, ils s’en vont en disant qu’ils reviendront payer. Le plus probable est qu’ils ne reviendront jamais, et que le patron n’osera pas se plaindre.

        Passons sur d’autres inconvénients de la vie à Rio. Pour quiconque n’a pas de compte bancaire au Brésil, les retraits de billets sont difficiles – par la faute des banques et non des pouvoirs publics. La circulation est assez dangereuse : en plein centre, la voiture d’Austregésilo, où je me trouvais, a manquée d’être percutée par un chauffard qui la doublait.

         J’en viens aux bons côtés. Les taxis sont nombreux et peu coûteux. Tous les chauffeurs auxquels j’ai eu recours se sont montrés corrects. L’un d’eux, après m’avoir demandé mon prénom, ce qui n’a rien d’inhabituel au Brésil, m’a commenté en portugais les monuments du parcours. Et comme je lui disais le bien que je pense de l’empereur Pierre II, je me suis attiré cette réponse : « Oui, mais il avait trop de femmes. »

        Plus généralement, les Brésiliens sont accueillants et gentils. Une attitude superficielle ? Peut-être, mais elle fait plaisir. Et la cuisine est excellente. Vivent les haricots noirs !

         Pour l’amateur de vieilles pierres, le centre historique de Rio est un régal. Trois styles y cohabitent avec bonhomie : le baroque des églises, le néo-classique des bâtiments publics, dû au Français Grandjean de Montigny ou à ses disciples, et surtout le délire 1900 des petits immeubles particuliers. Des gratte-ciels dont certains sont beaux bousculent ce monde ancien.

        La montagne du Corcovado, ou Bossu, est plutôt une corne, dont l’abrupte cordillère qui borde le rivage sur des centaines de kilomètres offre d’autres exemples. 710 m d’altitude, plus un Christ Rédempteur de 38 m. Dans le funiculaire qui y monte, j’engage la conversation avec mes voisins brésiliens. Ils ont un fils blond comme les blés. Viendraient-ils de l’État de Santa-Catarina, peuplé en grande partie par des colons germaniques ? Oui bien sûr, ils en viennent. Constatant la pauvreté de mon portugais, ils me demandent si je parle allemand, et la conversation se poursuit sur les pentes du Corcovado dans la langue de Goethe, qu’ils maîtrisent fort bien, l’ayant apprise tant en famille que dans une école religieuse.

          Ce sont en effet des mennonites. Leurs ancêtres, protestants extrêmes, ont été jadis chassés d’Allemagne et de Hollande. Les tsars les ont accueillis et les ont installés en Sibérie – où ils ont évité de se mêler aux populations locales. Puis le régime communiste leur a cherché noise, provoquant un grand retour vers l’ouest. Leur présence au Brésil résulte donc d’une double persécution. Mais l’école mennonite qui les avait formés a fermé ses portes, et leurs enfants, signe des temps, ne parlent pas allemand.

         Je m’enquiers de leur opinion sur Rio. Ils répondent qu’on y pense surtout à chanter et à danser. À leur avis, les États du Sud, São Paulo compris, qui concentrent l’essentiel de l’économie, auraient intérêt à faire bande à part. Dans la ville d’environ quarante mille habitants où ils demeurent, la qualité de la vie est exemplaire : les habitants qui s’absentent dans la journée n’ont pas besoin de fermer leur porte à clef, et la nuit, ils peuvent laisser ouvertes les fenêtres de leurs maisons.

         Mais le Brésil a connu, au cours de son histoire, de nombreuses tentatives sécessionnistes, et toutes ont échoué.

        De là-haut, le plus beau site urbain du monde s’offre à nos regards. Hong-Kong et San Francisco sont surclassés. Ce spectacle ne dispense pas de monter aussi au Pain de Sucre, dont les 395 m permettent des vues plus précises.

        À Pétropolis, agréable Versailles brésilien, je m’entretiens avec le serveur d’un petit restaurant. Âgé d’une trentaine d’années, anglais, il vit ici depuis deux ans. Il est correctement vêtu, et son langage montre qu’il a fait des études. Qu’est-ce qui l’a attiré au Brésil ? Venu en touriste au carnaval de Rio, il a été séduit et a décidé de rester. Son mariage avec une Brésilienne de souche italienne a confirmé son choix.

          A-t-il été victime de la violence ? Une fois, en deux ans. Il se trouvait sur l’une des plages de Rio, la nuit tombée, avec deux amies. Une fête y battait son plein, et la densité des spectateurs donnait une illusion de sécurité. Le trio a été attaqué et volé en pleine foule. Butin des malfaiteurs : la valeur de deux cents vingt euros. Ce n’était donc pas une tragédie. À Pétropolis en revanche, on jouit d’une parfaite sécurité ; le serveur n’envisage donc pas d’aller ailleurs.

         Plus de la moitié des habitants du Brésil se sont déclarés gens de couleur. Faut-il prendre cette information à la lettre ? Naguère, on se voulait plus blanc qu’on n’était. Aujourd’hui, certains Blancs n’hésitent pas à se dire colorés pour percevoir certaines allocations.

        Les favelas sont habitées presque exclusivement par des Noirs, des mulâtres et des métis d’Indiens. À Rio, il s’en trouve partout, même à la lisière des quartiers chics. On en a dénombré sept cent cinquante, groupant un million cent mille personnes, soit 19 % de l’agglomération (contre 10 % il y a une cinquantaine d’années). Elles ont généralement l’électricité, mais pas l’eau courante ; en conséquence, plus on est pauvre, plus on habite haut sur la pente. Une hiérarchie s’est établie. Le chauffeur de taxi qui me conduit à l’extrémité de l’élégante plage de Leblon, d’où je reviendrai à pied vers le centre-ville en longeant tout le front de mer, me montre la favela de Vidigal, accrochée au-dessus des villas et des hôtels. Ici, assure-t-il, pas de bandidos, les touristes sont respectés. De même, pour protéger le quartier bourgeois de Botafogo, les promoteurs immobiliers et la municipalité ont conclu un pacte avec les chefs de la favela voisine, Santa Marta : ses habitants ont été dotés d’un funiculaire, ils restent tranquilles, et des visites sont organisées pour les curieux.

        La misère, le désarroi ont favorisé les cultes dits évangéliques. Les « assemblées de Dieu » colonisent les quartiers populaires. Un peu partout dans Rio, je découvre cette inscription énigmatique : Jésus reviendra en 2070. Nous ne sommes pas francs-maçons. À vrai dire, il suffit d’un maniaque armé d’un pochoir pour inonder la ville d’un tel message.

          Luttant contre ces mouvements qu’animent des hommes d’affaires trop avisés, l’Église catholique emprunte leurs méthodes. À l’un des carrefours les plus fréquentés de Rio, je vois un prêtre en chasuble qui brandit un ostensoir, et de nombreux fidèles viennent le baiser.

         Brasilia renvoie une tout autre image du pays. Plutôt qu’une ville, c’est un semis de constructions dans le cerrado, cette brousse de petits arbres, sans herbe. L’urbaniste Lucio Costa et l’architecte Niemeyer, des communistes de salon, ont voulu organiser une vie communautaire dans chaque petit quartier, et ont refusé tout centre-ville, au sens habituel du terme. Leur large axe monumental, qui s’étend sur sept kilomètres, donne surtout une sensation de vide.

        Ces pages étant destinées en premier lieu aux anciens de la promotion Montesquieu, je me dois de signaler la place des Trois Pouvoirs : le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Les trois monuments sont assez séduisants, chacun dans son genre, mais trop différents, et surtout trop éloignés les uns des autres, pour qu’une harmonie s’en dégage. Plutôt qu’une place, c’est un petit désert.

        À Brasilia, pas question de faire une balade à pied ; les distances sont dissuasives. Mais à la longue, cette capitale d’un futur imaginaire s’est humanisée. Elle commence même à se banaliser. Les commerces et restaurants de quartier se sont multipliés. Proscrite au départ, la verticalité est revenue. De hauts hôtels, ni beaux ni laids, remettent en cause le parti-pris horizontal, et rapetissent la cathédrale, chef d’œuvre de Niemeyer.

         Saluons au passage la prouesse spirituelle de ce créateur athée. Il est allé jusqu’à dessiner lui-même la forme carénée des confessionnaux ! Ce compromis s’inscrit dans une tendance profonde. Le Brésil a beau être un État laïc depuis 1889 (avant la France), un petit crucifix flotte au-dessus du fauteuil du président de la Chambre des Députés.

         Après Niemeyer, et grâce à son confrère Carlos Vasconcelos Neves, Brasilia s’est enrichie d’une Sainte Chapelle moderne, toute en vitraux, dont le dégradé de bleus a été réalisé par le maître flamand Hubert van Doorne.

         Ici, les nouveaux venus ont quelque peine à s’acclimater. Mais ensuite, me dit-on, ils préfèrent la vie morne de cette anti-ville aux risques de Rio ou de São Paulo.

        Brasilia revendique aujourd’hui trois millions d’habitants. Attention, la partie planifiée en héberge moins d’un million. Le reste (les plus démunis) vit dans des cités satellites, qui ont poussé au petit bonheur, à cinquante kilomètres ou plus. Ce choix a été effectué dès l’origine par les beaux esprits.

         Disposant d’une fin de semaine libre, je la consacre aux cités coloniales de l’État des Minas Gerais, sous la conduite éclairée d’Austregésilo. Je ne suis pas déçu. Elles sont merveilleuses. Mais même ici, d’étranges choses peuvent se passer. Alors que nous dînons dans un modeste restaurant ouvert sur une jolie rue, tous les clients sont pris soudain de quintes de toux. Voici, sous toutes réserves, l’explication qui m’est fournie : la police a lâché du gaz irritant devant une boîte de nuit voisine, à titre d’avertissement, car elle la soupçonne de vendre de la drogue sans partager les bénéfices avec elle.

          Mais n’accablons pas la police. Chaque semaine, dans l’ensemble du pays, certains de ses agents sont tués.

          Je ne suis pas allé à São Paulo, capitale économique du pays, et dont la population approche le double de celle de Rio (25 millions contre 14, banlieues comprises).

         En fin de compte, et malgré ma taille qui me signale comme étranger (ou à la rigueur comme ressortissant de Santa-Catarina), je n’ai pas été agressé. À Rio et ailleurs, j’ai beaucoup marché, mais en évitant les endroits déserts, et je me suis abstenu de sortir le soir. Le seul dommage à déplorer est le vol de mon téléphone portable, d’un modèle ancien. Encore n’a-t-il pas eu lieu dans la rue, mais dans un casier du vestiaire d’une bibliothèque publique, fermé à clef. Cela aurait pu m’arriver aussi bien dans un autre pays.

         Il ne me reste plus qu’à écrire mon livre, qui paraîtra, s’il plaît à Dieu, l’an prochain, sous mon nom d’auteur, Nicolas Saudray. Mon ancêtre Louis Pharoux, soldat de Napoléon mécontent du retour des Bourbons, a émigré à Rio avec quelque deux cents camarades. Tous ces militaires se sont convertis au commerce de luxe – cas sans doute unique dans notre histoire. J’entends faire revivre cet épisode. Pour sa part, mon aïeul a ouvert un splendide hôtel pour voyageurs, voisin du palais impérial. Puis, en 1851, son gendre Auguste Saudray, âgé de trente-et-un ans, qui l’aidait dans sa gestion, a disparu de Rio ; son corps n’a jamais été retrouvé. Sa veuve, vingt-trois ans, née au Brésil, a pris un bateau à voiles pour la France, serrant dans ses bras un bébé qui n’avait pas deux ans – mon arrière-grand-père. Un peu plus tard, l’hôtelier magnifique a suivi la même route, complètement ruiné. Voilà bien des mystères à résoudre.

[1] J’ai changé son nom

 

Post-scriptum, novembre 2018

          Depuis la rédaction de ces lignes, trois événements sont survenus.

          1/ Le Musée National de Boa Vista (Bellevue), installé dans le palais des empereurs Pierre Ier et Pierre II, a brûlé. L’enquête a révélé qu’il n’y avait ni appareils de détection ni prises d’eau. Ce musée renfermait de précieuses collections d’histoire naturelle et d’ethnologie (notamment sur les cultures  indiennes du Brésil).

          Déplorable ! La presse mondiale a toutefois surréagi. Les collections étaient vétustes, mal présentées. Depuis longtemps, elles ne figuraient plus parmi les visites recommandées aux touristes. Il existe à Rio au moins huit autres musées plus intéressants, dont le Musée Historique National, très beau et très soigné, dans un style traditionnel. Quant au palais de Boa Vista lui-même, lourde construction du XIX° siècle, ses murs sont toujours debout, Dieu merci.

         2/ Le candidat d’extrême-droite aux présidentielles, Jaïr Bolsonaro, ancien militaire, qui occupait largement la scène médiatique par ses déclarations outrancières, mais que presque personne ne donnait gagnant, a été grièvement blessé dans un attentat. On a craint pour ses jours, et il a dû être traité durant plusieurs semaines à l’hôpital.

         Cette agression a produit un résultat inverse de celui que souhaitait son auteur. Le démagogue est devenu une victime, et une référence pour les nombreux Brésiliens qui aspirent légitimement à une amélioration de la sécurité publique.

        3/ Le troisième événement est la conséquence du deuxième : Jaïr Bolsonaro a été élu par 55 % des suffrages, contre 45 % à son adversaire, héritier spirituel de l’ex-président Lula (lequel croupit toujours en prison). Le Brésil se trouve donc coupé en deux. Des craintes se manifestent notamment au sujet de l’avenir de l’Amazonie, poumon de la planète, qui serait dévastée par des concessions imprudentes aux défricheurs.

        L’expérience montre toutefois que les actions concrètes des candidats élus diffèrent de ce qu’ils avaient annoncé (mis à part Trump, dont les actes traduisent fidèlement les promesses électorales). Espérons donc que Bolsonaro mettra de l’eau dans son café.