Beethoven et la langue française

Par Patrice Cahart

         Beethoven nous semble très germanique. Il n’avait jamais mis les pieds en France (ni d’ailleurs en Italie). Mais ses écrits intimes – journal, correspondance, cahiers de conversation – sont émaillés de termes français, appris on ne sait comment, et de phrases françaises, rédigées à la diable. Par exemple celle-ci, pour son ami Holz qui va se marier : Portez-vous bien, Monsieur terrible amoureux (1825). Le français convient même aux moments pathétiques, comme dans cette lettre à son neveu et fils adoptif Karl, qui lui donne bien du souci : Si vous ne viendrez pas, vous me tuerez sûrement (même année).

          Notre langue sert aussi dans des circonstances officielles : ainsi cette supplique cérémonieuse, sans doute relue par un expert, et signée Louis van Beethoven, à Bernadotte, roi de Suède, afin qu’il contribue au financement de la Missa solemnis.

         Mais le plus curieux, c’est le va-et-vient en français entre le compositeur, qui ne parle pas un mot d’anglais, et l’un de ses principaux éditeurs de partitions, Thomson, établi à Édimbourg, qui ne parle pas un mot d’allemand. Nelson ayant détruit la flotte danoise en 1801, Thomson, dix ans plus tard, commande à Beethoven une cantate pour commémorer ce haut fait. Fière réponse : Pour la cantate sur la bataille dans la mer Baltique, je demande 50 ducats ; mais à condition que le texte original n’est pas invective contre les Danois, dans le cas contraire, je ne puis m’en occuper.  La cantate reste donc dans l’encrier. Ce qui n’empêche pas les deux hommes de poursuivre leurs échanges, au sujet notamment des modifications à apporter à une œuvre, dans cette langue qui, en 1813, est devenue celle de l’ennemi commun : Je ne suis pas accoutumé de retoucher mes compositions, écrit le compositeur. Je ne l’ai jamais fait, pénétré de la vérité que tout changement partiel altère le caractère de la composition… Maintenant muni de vos renseignements je les ai composé tout de nouveau.

 

 

                                                                                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *