En butinant chez Saint-Simon

Par Nicolas Saudray
Septembre 2020

        Les retraites d’été à la campagne permettent des retours aux sources. J’ai relu ou feuilleté avec profit les derniers des huit volumes des Mémoires du duc de de Saint-Simon, dans l’édition de la Pléiade, que j’avais délaissés depuis des années.

          Une prose souvent enchevêtrée, difficile à suivre. La lecture n’est que moyennement aidée par l’abondant appareil de notes dû à l’érudit Boislisle, de la fin du XIXe siècle. En effet, ces notes renvoient les unes aux autres, donnant parfois au lecteur le sentiment qu’il travaille sur un texte de loi ou de décret. Par bonheur, de brefs résumés, en marge, lui permettent de sauter les passages qui ne l’attirent pas. Et je lui recommande de consulter la chronologie générale placée en tête de la série de volumes, avant de se lancer dans chacun d’eux. Elle le guidera de manière efficace.

          De son effort, le lecteur est amplement récompensé par des fulgurances, comme celle-ci : Le duc du Maine crevait de joie. Ou encore celle-là, relative au cardinal Dubois auquel Saint-Simon propose une alliance contre un ennemi commun : Le cardinal, les oreilles dressées et les yeux en-dessous tournés vers moi, suçait toutes mes paroles, et changeait de couleur à mesure.

          Saint-Simon est connu pour ses archaïsmes savoureux. Au lieu de se réjouissait, il écrit s’éjouissait. Il a raison. Galvauder, dans ses écrits, signifie encore tourmenter. L’adjectif accort (à la fois avisé et gentil, selon Littré), que nous réservons à l’expression une accorte servante  (et encore, elle va disparaître), se retrouve aussi bien, sous sa plume, au sujet d’hommes, grands seigneurs compris. Ne devrions-nous pas le remettre en honneur ? Pour lui, les fées (dont Mme de Maintenon) sont toujours méchantes. Pourpenser équivaut à préméditer. Une lourdise est une bévue. Et que signifie le verbe se marmuser ? Marmonner ?

          Pour l’essentiel, les Mémoires se déroulent à la Cour. Un lieu codé, presque autant que le palais de l’empereur de Chine. Monseigneur, c’est le Grand Dauphin, fils du roi. Monsieur, c’est le frère du roi, disparu en 1701 (mais son épouse, la Palatine, s’appelle Madame jusqu’à la fin de ses jours). Monsieur le Prince, c’est l’aîné des Condé. Monsieur le Duc, c’est le duc de Bourbon, autre Condé (et faisant office de régent après Philippe d’Orléans). Monsieur le Grand, c’est le grand écuyer, un fastueux Lorraine-Armagnac. Monsieur le Premier, c’est le premier écuyer, titulaire d’une charge séparée de la précédente  (et bien sûr, Monsieur le Premier, un nommé Beringhen, fait la guerre à Monsieur le Grand)…

          Saint-Simon aura été aussi fidèle en amitié qu’en haine. Parmi les amitiés, la plus significative par ses conséquences, et aussi la plus paradoxale, est celle qui l’unit à Philippe d’Orléans, nommé régent en 1715. À première vue, rien ne rapprochait le mémorialiste, prud’homme et plutôt dévôt, d’un débauché incroyant. Mais ce sont des amis d’enfance. Avant comme pendant sa régence, Saint-Simon est l’un de ses principaux conseillers. Sans cesse, au long des Mémoires, il tente de justifier son action politique, tout en déplorant ses faiblesses de caractère. Et il ne manque pas de souligner l’affection que lui portait son neveu le jeune Louis XV.

          Avouons-le, l’influence du petit duc sur Philippe d’Orléans n’a pas toujours été bonne. Notre mémorialiste a vivement condamné la révocation de l’édit de Nantes  (après coup, car en 1685, il n’avait que dix ans). Mais quand le régent envisage de rappeler les protestants réfugiés en Angleterre, en Hollande, en Allemagne, Saint-Simon le lui déconseille, craignant de réintroduire un facteur de troubles dans le royaume. À tort, car l’effectif de ces exilés, dont certains d’ailleurs, après trente ans, ne seraient pas revenus, ne suffisait pas pour constituer une menace.

          Autre ami, plus âgé : Fénelon, mais avec des réserves qui étonnent, car Saint-Simon et lui ont œuvré de concert pour essayer de limiter l’absolutisme (tout en caressant une chimère, la remontée de l’aristocratie). Le mémorialiste est frappé par les yeux dont le feu et l’esprit sortaient comme un torrent. Il reconnaît le pouvoir de séduction du prélat, sa charité, ses bonnes mœurs. Il critique son ambition à peine cachée. Ambition légitime, en vérité, et qui aurait porté de bons fruits, si le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, avait accédé au trône.

          Ce prince bossu et boiteux a été élevé par Fénelon dans l’horreur de la guerre. Et le maître est devenu pour l’élève un père – bien mieux que le vrai père, le médiocre Grand Dauphin, et que le grand-père, l’effrayant Roi-Soleil. Après la disgrâce de Fénelon, Bourgogne et lui correspondent, pendant dix ans.  Passant par Cambrai pour raisons militaires, le prince revoit son ancien précepteur, et ce sont des embrassades. Sous son règne, la France aurait sans doute connu plus de bonheur qu’au temps de Louis XV.

         En ce temps de coronavirus, on me permettra une parenthèse. Le Grand Dauphin est mort de la variole en 1711. Le duc de Bourgogne, sa sémillante épouse et leur fils aîné périssent du même mal en 1712. La rumeur publique, contre laquelle le mémorialiste s’élève, accuse le duc d’Orléans de les avoir fait empoisonner, afin de s’emparer de la couronne. Mauvaise fable, car le futur régent aurait dû éliminer aussi un frère de Bourgogne, le duc de Berry (mort un peu plus tard d’un accident de cheval), ainsi que le futur Louis XV, alors âgé de deux ans. Mais malgré ces morts en série, la vie au château de Versailles a continué comme devant. De nos jours, on viderait le château, chaudière de l’épidémie, et on renverrait tous les courtisans dans leurs foyers.

          Parmi les ennemis de Saint-Simon figurent de nombreux parlementaires. Sans le dire ouvertement, il reproche à la noblesse de robe d’être une concurrente déloyale, et souvent plus riche, de la noblesse d’épée. Il écrit pour l’année 1723 : Un fou succéda à un scélérat dans la place de premier président du parlement de Paris. À ce sujet, il faut savoir que cette place n’était pas une charge vénale ; le roi ou, s’il était mineur, son représentant choisissait librement le premier président parmi les présidents à mortier (présidents de chambre, dirions-nous), eux-mêmes titulaires d’une charge achetée ou héritée.

          L’inimitié du mémorialiste admet néanmoins des exceptions, notamment en faveur du président de Maisons (président à mortier), à qui nous devons le château de Maisons-Laffitte. Encore un paradoxe, car c’était un sceptique en matière de religion.

          Et malgré les frictions, notre duc n’a pas, dans l’ensemble, à se plaindre du parlement de Paris. Louis XIV meurt le 1er septembre 1715. Dès le lendemain, le parlement ouvre son testament et casse les dispositions qui instituaient un conseil de régence peuplé d’amis du duc du Maine son bâtard. Philippe d’Orléans devient ainsi régent de plein exercice, conformément à la tradition.

        Du deuxième maréchal-duc de Villeroy, Saint-Simon trace un portrait pertinent. C’était un incapable qui faisait bonne figure, jusqu’à la fatuité. Le premier maréchal-duc de Villeroy, son père, avait été le « gouverneur » du jeune Louis XIV, chargé de superviser son éducation. D’où un bagage fort léger : le monarque-enfant n’avait même pas appris le latin ! Plus tard,  ayant quand même gardé un bon souvenir de ce gouverneur, le Roi-Soleil nomme par symétrie son fils gouverneur du jeune Louis XV. Or Villeroy II a été militaire, s’est montré courageux, mais n’a fait que perdre des batailles. Dans son nouveau poste, il acquiert la confiance de son royal élève et devient encombrant. Saint-Simon et le cardinal Dubois, qui pourtant ne s’aiment guère, unissent leurs efforts pour qu’il soit renvoyé. Louis XV pleure (il a douze ans). Rien n’y fait.

          Autre exemple d’ennemis de saint-Simon (il y a un large choix) : les Brissac, illustre famille. La demi-sœur du mémorialiste, plus âgée que lui, a épousé le duc de Brissac et s’en est bientôt séparée. Après avoir essayé, en vain de récupérer sa dot, elle meurt à trente-huit ans, sans enfants. Saint-Simon reprend l’action en restitution contre un Brissac obscur, ruiné, d’une vie étrange, et finit par la gagner, après vingt-et-un ans de procès.

          En marge de ce combat, notre auteur reproche aux Brissac de rechercher les mariages d’argent. Les écus s’envolent, la crasse demeure, ironise-t-il. Qu’en est-il de Saint-Simon lui-même ? Il a épousé une excellente personne, fille du maréchal de Lorges. Mais le grand-père de l’épousée n’est autre qu’un financier roturier, Frémont. D’où une dot substantielle dont les Saint-Simon avaient bien besoin pour arranger leurs affaires.

          Et Law, le financier écossais ? Ami ou ennemi ? Il voit  régulièrement Saint-Simon, conseiller du régent, et l’entretient de ses projets. Bien inspiré, le petit duc refuse de souscrire de ses actions, et même d’en accepter en cadeau. Le plus clairvoyant dans cette affaire aura toutefois été le parlement de Paris qui, notre mémorialiste le reconnaît, s’est constamment opposé à Law, sans succès. Le duc formule ici une remarque d’autant mieux venue qu’il s’entend peu aux choses de la finance et qu’il s’est toute sa vie débattu dans ses dettes, héritées en grande partie de son père : en elle-même, la banque de Law, dite Banque Royale, avait des chances de réussir (et d’autres banques d’émission, à l’époque, ont prospéré en Europe du Nord) ; l’erreur consistait à la coupler à la Compagnie du Mississipi (et donc à placer à long terme un argent que les déposants de la banque pouvaient exiger à tout moment).

          Ajoutons qu’il ne fallait pas nommer Law contrôleur général des finances, donc ministre. Étant en même temps l’animateur de la Banque Royale, comment se serait-il surveillé lui-même ?

          Cela dit, Saint-Simon l’absout de l’accusation de friponnerie. À ses yeux, ce n’était qu’un homme à système. En d’autres temps, le financier aurait été pendu. Bonne pâte, le régent l’a laissé filer hors de France. Et le mémorialiste, au fond, approuve.

          Le plus noir de ses portraits est celui du cardinal Dubois. Il lui refuse toute qualité, et ne lui voit que des défauts : cupidité, débauche, perfidie. Sorti de rien, Dubois doit sa fortune politique au fait d’avoir été le précepteur de Philippe d’Orléans, qui lui a conservé son estime (de même que Fénelon avait conservé celle du duc de Bourgogne, et Villeroy Ier, celle de Louis XIV). Ministre des Affaires Étrangères, Dubois se fait en plus bombarder archevêque de Cambrai (et donc arrière-successeur de Fénelon), alors qu’il n’est encore qu’une simple tonsuré. Vite, une messe basse lui permet, d’un seul coup,  de devenir sous-diacre, diacre, et d’être ordonné prêtre. Puis son sacre d’archevêque, au Val-de-Grâce, donne lieu à une fête à tout rompre, boudée par Saint-Simon. Bientôt, le voilà l’aventurier cardinal et premier ministre.

          Il a persuadé le régent de mener une politique pro-anglaise. Vaine tentative, car à terme les ambitions des deux pays, aux Indes, en Amérique du Nord, ne peuvent que se heurter. Cette nouvelle orientation conduit même un moment la France à guerroyer contre l’Espagne, dont le souverain est un Français, petit-fils de Louis XIV. Tout cela au grand dam de Saint-Simon, farouche partisan de l’amitié ibérique, et qui a été promu grand d’Espagne.

          Dans sa colère, le mémorialiste va jusqu’à accuser Dubois d’avoir reçu une grosse pension du roi d’Angleterre. Sans doute un ragot qui courait à l’époque. Les historiens n’ont trouvé aucune preuve. Cette affaire appelle une prudence générale envers ce que raconte Saint-Simon, sauf quand il a été témoin oculaire. En tout cas, le frère et héritier de Dubois qui, lui, était un homme intègre, a distribué cette fortune douteuse aux pauvres de crainte qu’elle ne lui porte malheur.

          Si je donner une conclusion à ce simple butinage, il me confirme que Louis XIV n’était pas tout à fait un monarque absolu, en raison des lois fondamentales du royaume, non écrites, qui l’encadraient. Le Soleil n’a pu, notamment, se faire obéir du cardinal de Noailles, archevêque de Paris, qui, n’étant pas janséniste, mais ayant des amis de cette tendance, refusait de persécuter l’ensemble de leur groupe religieux. Saint-Simon, admirateur du cardinal, avait adopté la même position : non janséniste, mais entouré d’amis jansénisants, méfiant envers le pape et hostile aux jésuites.

          Mieux encore : Louis n’a pu empêcher le duc d’Orléans, qu’il n’aimait pas, d’exercer la régence, en sa qualité de plus proche héritier du trône après l’enfant de cinq ans. Et, comme on l’a vu, les barrières dont il avait voulu enserrer ce régent ont dès le début volé en éclats.

          Seconde « conclusion » : depuis la mort de Colbert, le royaume était mal géré (sans même prendre les guerres en compte). Dans ce nid d’intrigues qu’était devenue la Cour monstrueusement grossie, Louis XIV passait son temps à arbitrer des querelles de préséance, à accorder ou à refuser des faveurs. Cette mauvaise gestion s’est poursuivie du temps de la Régence, sous une autre forme, avec surtout l’affaire Law. N’invoquons pas l’exemple de l’Angleterre, qui a connu un destin à part. Mais le mal français de l’époque peut être comparé à la meilleure organisation de deux puissances montantes continentales, l’Autriche et la Prusse. Une disparité grosse de conséquences.

          De tout cela, Saint-Simon et Fénelon, malgré leurs préjugés, étaient dans une large mesure conscients.

Les livres :
Outre la série des Mémoires, on pourra consulter, parmi d’autres, deux volumes de Georges Poisson :
Monsieur de Saint-Simon, Nouveau Monde Éditions, 2019.
Fénelon l’Insurgé, Éditions de l’Harmattan, 2020.          

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *