Nice entre deux trains

Par Nicolas Saudray
Août 2021

          Revenant de Colmars–les-Alpes (voir rubrique « Écologie », article Le mystère des eaux perdues) par le train des Pignes, j’ai le bonheur de passer quelques heures à Nice en correspondance.

          Premier sentiment du voyageur qui descend l’avenue Jean-Médecin : cette ville est beaucoup plus propre que Paris. Pas de tags sur les murs, pas de migrants couchés sur les trottoirs, quasiment pas de papiers sur le sol. L’avenue est réservée aux trams et aux piétons – statut qui ne s’applique encore à aucune grande artère parisienne. En revanche, dans l’ensemble de la ville, les vrombissements de motos m’ont semblé plus fréquents qu’au bord de la Seine.

         Je tourne à gauche dans la rue Gioffredo, longue voie calme, typique de l’architecture niçoise du XIXème siècle avec ses volets et ses ornements. Elle me mène à la place Garibaldi, vaste rectangle bordé d’arcades dont j’avais oublié l’élégance. Pour la place Masséna, la rivale, plus connue, les édiles niçois ont forcé sur la couleur sang-de-bœuf. L’aspect devrait s’améliorer quand elle aura un peu passé, comme le suggère le spectacle d’une rue latérale. Place Garibaldi, on s’est montré plus raisonnable en choisissant le jaune clair. Il assure une parfaite homogénéité des façades, avec des effets de trompe-l’oeil à peine interrompus par la note baroque de la chapelle des Pénitents Bleus.

        Toujours est-il qu’avec l’ensemble Masséna et la place Garibaldi (fin du XVIII° siècle), Nice figure parmi les villes à arcades, avec Turin (même époque) et Berne (XV° siècle). Paris vient derrière avec sa rue de Rivoli et sa petite rue des Colonnes, près de la Bourse.

         Mes remarques sur le rouge et le jaune révèlent une certaine opposition entre la Provence et le comté de Nice. Pour leurs façades, les Provençaux préfèrent le blanc – à Antibes, par exemple. Les Niçois optent pour la couleur.

          Les deux provinces se distinguent aussi par leur langue. En nissard, une rue se dit carraira, alors qu’en provençal, c’est carreio. Les habitants de l’ancien comté de Provence ne craignent pas, en effet, de faire du o une finale féminine, et ce choix se retrouve pour bien d’autres termes.

          Avant 1870, la place porte le nom du roi Victor-Emmanuel, d’où le nom de plassa Vitour qu’elle a conservé pour les vieux Niçois. Depuis cette date, c’est Giuseppe Garibaldi, né à Nice en 1807, qui y règne. Une statue a concrétisé cette attribution. On aurait tort de ne voir en ce personnage volcanique qu’un fierabras. La France étant en guerre avec les États allemands, le roi d’Italie s’est gardé de la secourir, car il s’était brouillé avec Napoléon III au sujet de Rome.  Pour remercier néanmoins celui-ci des batailles de Magenta et de Solférino, Garibaldi, bien que malade, a levé une légion de vingt mille volontaires italiens, courageux mais indisciplinés. Après quoi il a été élu député de Paris à la première Assemblée nationale de ce qui allait devenir la Troisième République. Cette Assemblée a refusé de reconnaître la validité de l’élection et a renvoyé le tribun en Italie.

          Je me dirige vers le vieux Nice, toujours aussi charmant, très fréquenté en cette saison. Une grande plaque célèbre la mémoire de Catherine Ségurane, la Jeanne Hachette locale. En 1543, le royaume de France (François Ier) et l’empire ottoman (Soliman le Magnifique) s’étaient ligués contre la malheureuse Savoie (comprenant aussi le Piémont et le petit comté de Nice). Pour la première et la dernière fois, les deux grandes puissances combattaient ensemble. Simple lavandière, aidée toutefois de la Vierge Marie, Catherine prit la tête de la résistance et repoussa le premier assaut, sur une portion de rempart aujourd’hui remplacée par la place Garibaldi. Un deuxième assaut livra la ville aux assaillants, mais ils ne purent s’emparer du château et durent se replier.

          Les auteurs de la plaque commémorative n’hésitent pas à célébrer, au sujet de cette défense, l’identité niçoise. Je doute qu’un tel sentiment ait pu exister à l’époque. Il s’agissait plutôt de fidélité à la maison de Savoie, et de résistance à des musulmans.

          Mes pas me portent jusqu’à l’ancien château, héros de 1543. Il a été remplacé par un cimetière qui domine fièrement toute la ville, et comporte une section juive, l’une des plus anciennes d’Europe. Tout récemment, un mur y a été élevé en mémoire des juifs qui s’étaient réfugiés à Nice avant 1943, confiants dans l’attitude tolérante des autorités militaires italiennes,  et aussi de ceux qui, venant de diverses contrées d’Europe, avaient été regroupés en gare de cette ville pour être envoyés aux camps de la mort. Voici quelques noms que je note au hasard : Bloch Jeanne, 14 ans, (née à) Anvers, Bolz Élise, 3 ans, (née à) Nice, plusieurs Jacob (dont, me semble-t-il, les parents de Simone Veil), Van Cleef Édouard, 56 ans, (né à)  Amsterdam, Weil Fortunée, 62 ans, (née à) Constantinople…   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.