Près d’un demi-siècle de relations avec l’État

Par François Leblond
Février 2021

 

Avant de me destiner à Sciences Po Paris, mon intérêt pour le service public s’était manifesté dès l’âge de quatorze ans : je voulais entrer à Saint Cyr. C’est un peu plus tard que je découvris ma véritable vocation en m’intéressant à la vie politique lyonnaise, comme l’avait fait mon oncle et parrain, le professeur de médecine Fernand Arloing , proche du cardinal Gerlier, et en fréquentant avec ma mère, Marthe Leblond-Boutmy, la «  Chronique Sociale de France » qui rassemblait, à partir de Lyon, des catholiques de fibre sociale, tournés vers la chose publique. J’étais responsable d’une troupe scoute, j’avais passé mon brevet de secouriste de la Croix Rouge et j’étais régulièrement mobilisé à ce titre, notamment un jour de grand froid où j’ai passé la nuit avec des clochards ivres dans un gymnase que l’on avait ouvert pour eux.  Mes études en souffraient un peu, et il fallut mon désir d’entrer à Sciences Po sans concours pour que je me mette à travailler plus sérieusement en abandonnant le scoutisme.

À mon arrivée rue Saint Guillaume, j’étais le provincial qui découvre Paris sans rien connaître de ce qui s’y passe. J’étais sensible au souvenir laissé par Emile Boutmy, frère aîné de mon arrière-grand père, quand je pénétrais dans l’amphithéâtre qui porte son nom. J’avais une bourse de service public qui m’obligeait à servir l’État pendant quatre ans si je ne réussissais pas le concours de l’ENA – dont je n’avais guère entendu parler quand j’étais à Lyon.

L’ambiance était électrique à l’école. La guerre d’Algérie se poursuivait et les élèves étaient majoritairement favorables à quelque chose qui ressemblait à l’indépendance. J’étais partagé ; on m’avait tant persuadé dans ma famille de la nécessaire présence de la France en Afrique du Nord,que je restais en retrait.

C’était aussi la fin de la IV° République dont Georges Vedel nous parlait avec brio dans le grand amphi, en énumérant ses faiblesses. Je me rendais de temps en temps à l’Assemblée pour suivre les débats constitutionnels et je pus apprécier Paul Reynaud, excellent orateur, dont les propos préparaient le retour du général de Gaulle au pouvoir. J’étais de ceux qui considéraient cette issue positivement, même si la forme n’était guère conforme aux règles constitutionnelles qui venaient de nous être apprises.

Tous les grands noms de l’école : Jacques Chapsal, le directeur, Jean Touchard, René Rémond, mon maître de conférence Jean Devisse, nous initiaient aux faces diverses du service public. Nous sommes tous entrés à l’ENA pénétrés de leurs enseignements. Ce fut notre ADN pendant toute notre carrière et c’est grâce à l’image de rigueur morale qu’ils nous ont laissée, que nous avons tenu dans les moments difficiles.

En entrant à l’ENA, nous nous connaissions presque tous, nous étions coulés dans le même moule. Cela a beaucoup facilité une amitié entre nous qui n’a jamais faibli malgré la concurrence inévitable. Les rencontres que nous avons organisées récemment le prouvent. Je m’étais marié à Florence qui avait fait des études scientifiques et découvrait un monde qu’elle ne connaissait pas. Elle a fait ensuite son droit pour mieux participer à nos conversations. Excellente cavalière, elle emmenait ceux qui avaient choisi le cheval en forêt de Chantilly. Notre fille aînée Edith venait de naître. Puis ce fut Renaud en cours de scolarité, Anne lors de mon premier poste et enfin Olivier quelques années plus tard.

J’ai choisi le Ministère de l’Intérieur après hésitation. Je ne l’ai jamais regretté. La réception que nous a réservée  le directeur de cabinet du Ministre, Jacques Aubert, nous a impressionnés. Nous avions en face de nous un grand serviteur de l’État qui ne nous a rien caché de ce qu’il attendait de nous.

Deux ans après notre sortie de l’école, les événements de mai 1968 ont vu l’État vaciller. La culture qui nous avait été donnée quelques années plus tôt ne nous portait pas à la complaisance envers les mouvements contestataires, même si nous reconnaissions que des réformes étaient nécessaires.

J’étais rentré de Vendée, mon premier poste, deux mois auparavant pour entrer à la direction générale des Affaires politiques et de l’Administration du territoire. J’occupais donc un poste sensible. La dissolution décidée par le Général de Gaulle et la nécessité de faire très vite des élections législatives donnaient à notre service un rôle clé. On craignait de nouveaux mouvements en automne et je suivais avec attention l’évolution de l’opinion, écrivant quotidiennement une lettre à destination du nouveau ministre, Raymond Marcellin après avoir interrogé de façon anonyme quelques préfets. C’est l’origine de ma nomination à son cabinet, qui dura jusqu’à la fin de son parcours ministériel. J’avais alors pour fonction la rédaction de ses discours et sa représentation au Parlement. Il était très lié à Georges Pompidou et avait avec moi une liberté de langage qui m’a mieux fait connaître les qualités de l’homme d’État. Il avait connu la Quatrième République et avait soutenu l’action d’Antoine Pinay, président du Conseil en 1952, tendant à rompre avec l’inflation galopante qui s’était manifestée au lendemain de la guerre. Il était alors son secrétaire d’État chargé de l’information et avait su être entendu de l’opinion. Sa connaissance des hommes était exceptionnelle, et il n’était guère tendre avec les beaux parleurs ni avec ceux qu’il appelait : «  les gentils ». Il avait une autorité naturelle qui l’a fait profondément aimer des agents de tous grades, se mettant toujours à leur portée et ne négligeant pas ce que d’autres auraient pris pour des détails –  le montant de leur rémunération par exemple.

Après son départ du Gouvernement au moment de l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence de la République, Marcellin me demanda ce que je voulais faire. Je lui indiquai mon souhait de faire partie du cabinet de Jean-Pierre Fourcade, nouveau ministre des Finances. Celui-ci a accepté, alors que son équipe était déjà composée. Je retrouvai des camarades de promotion de l’Inspection des Finances, Patrice Cahart et Michel Prada, qui occupaient l’un et l’autre des postes importants dans l’administration du ministère et que je connaissais depuis Sciences Po. Notre culture commune nous était utile au moment où le premier choc pétrolier avait relancé l’inflation de façon préoccupante.  Notre ministre, d’une fermeté exceptionnelle, se sentait bien seul, au sein du gouvernement, pour la combattre. J’ai pu apprécier alors ce qui distinguait un homme d’État d’un militant politique.

Il était temps pour moi de renouer avec mon administration d’origine et de demander un poste en province. Après quelques temps passés à l’Equipement avec Jean-Pierre Fourcade puis Fernand Icart, je fus nommé sous-préfet de Meaux, une des plus importantes sous-préfectures.

Dès mon arrivée, je mesurai mon manque de connaissance de la province et des subtilités de la vie locale face à l’État. J’ai commis des erreurs. C’est progressivement que j’ai compris la place du corps préfectoral face aux administrations centrales. J’ai ressenti  le besoin de faire de lui un médiateur et non un robot exécutant des ordres sans discernement.

Lorsque j’étais encore à Meaux, attendant une nomination de préfet, François Mitterrand a été élu. L’ambiance d’alors est aujourd’hui oubliée. En 1977, les élections municipales avaient vu arriver au pouvoir les contestataires de mai 68, et ceux-ci voyaient en l’élection du nouveau président de la République un soutien à leur idéologie. Tout ce que j’avais fait depuis trois ans pour traiter les dossiers majeurs de mon arrondissement ne comptait pas. J’étais un ennemi de classe, mon départ était demandé au nouveau ministre de l’Intérieur. Je ne cédai pas, n’ayant rien à me reprocher. Après beaucoup d’hésitation, on me rendit justice et sans être nommé préfet comme c’était prévu, je fus envoyé comme directeur adjoint du cabinet du Préfet de Police de Paris.

À quelque chose malheur est bon : deux de nos quatre enfants entraient en études supérieures, et habiter un superbe appartement face à Notre Dame plaisait à toute la famille. De plus, je faisais connaissance d’une administration très organisée, dont les traditions remontaient, pour certaines, à Louis XIV, chargée de la sécurité d’une ville profondément marquée par les immigrations successives. Le dialogue avec les élus de Paris était a priori difficile, compte tenu de leur opposition au pouvoir dont j’étais un représentant. J’étais en charge, au cabinet du préfet, du dialogue avec la ville.  Sur une question majeure, la multiplication des squats dans Paris après 1981, un accord devait pouvoir être trouvé entre l’État et la ville. C’est ce qui s’est produit et j’ai pu conduire, personnellement, des opérations lourdes bénéficiant du soutien de toutes les sensibilités politiques. Le résultat de ce travail m’a fait nommer préfet de police en Corse. À l’annonce de cette nomination au Conseil de Paris, j’ai été applaudi sur tous les bancs de cette assemblée : juste retour des choses après les vilenies de 1981.

Cette nomination en Corse n’était pas un cadeau : des attentats toutes les nuits, une contestation de l’État français avec le soutien tacite de la population, la nomination parallèlement à la mienne d’un  préfet de région étranger au corps préfectoral et qui s’est révélée de suite catastrophique. J’étais bien seul pour défendre les couleurs de notre pays. Grâce à mon équipe, les résultats ont commencé à apparaître, ils se sont poursuivis après mon départ.

On m’envoya dans le Lot, département que je ne connaissais pas ; c’était le seul disponible. Ce fut le départ de ma véritable carrière de préfet. Le président du conseil général était Maurice Faure, un homme d’une intelligence et d’une finesse exceptionnelles. Il m’accueillit, sachant que j’avais été au cabinet de Marcellin qu’il avait bien connu même s’ils étaient de sensibilité politique différente, et me dit : « Marcellin, s’il était dans le Lot, il serait radical ! » En fait, dans le Lot, beaucoup n’étaient radicaux que par rapport à Maurice Faure qui les dominait de la tête. Nous y avons passé deux ans, mon épouse et moi, nous associant à tout ce qui faisait la valeur de ce département. C’est de mon temps qu’ont été programmés les travaux de nature à rendre la rivière à nouveau navigable et je suis pour quelque chose dans le résultat : mon épouse est marraine du premier bateau !

Puis ce fut le Vaucluse. J’y étais envoyé, paraît-il, pour veiller à ce que Mazarine, la fille du président, vive en sécurité à Gordes. Je ne savais même pas son existence et cette fonction ne m’a pas surmené. Dès mon arrivée, une question majeure s’est posée : où faire passer le futur TGV Valence- Marseille ? La SNCF publia, sans m’en parler, un tracé qui faisait couper mille hectares de vignes d’appellation contrôlée. Je lui indiquai que j’allais avoir ce qu’on appelait au Moyen Âge une jacquerie. Les agriculteurs de ce département sont parmi les plus violents de France quand on vient les chercher. Mais je leur dis qu’il y aurait un TGV, et que je travaillerais à la fois avec eux et avec la SNCF, à un autre tracé. Nous avons réussi en quelques mois à trouver un itinéraire qui satisfaisait tout le monde. Il n’y avait pas alors de commission du débat public et tout s’est fait dans mon bureau, sur le terrain et dans ma salle à manger. C’est le président de la République lui-même qui a fait accepter notre tracé par les services !

Il y eut pendant mon séjour à Avignon un événement sinistre, la violation d’une tombe dans le cimetière juif de Carpentras. L’émotion a été internationale et j’ai dû gérer pendant plusieurs jours une situation particulièrement difficile. Point d’orgue, la réunion au cimetière, le dimanche suivant, de tous les partis politiques, des communistes au Front national, qui, en plus, étaient côte à côte dans la cérémonie. Il y avait six ministres en exercice. J’avais fait mettre en tenue tous les sous-préfets, ce qui ne se fait pas, mais je pensais que leur uniforme aiderait au maintien de l’ordre. Il n’y a eu aucun incident, et seul Jacques Chaban-Delmas me remercia : « Monsieur le Préfet, je vous félicite ! Entre nous ce n’était pas facile ! » Chaban avait de la classe.

Mon passage en Indre-et-Loire a lui aussi été marqué par des difficultés de tracés d’itinéraires de nouvelles infrastructures. Une branche d’autoroute devait relier Tours à Angers par la rive de la Loire. Tout allait probablement bien se passer sans la colère de l’Institut de France, propriétaire du château de Langeais : nous passions à cent mètres de l’édifice. J’ai proposé une réunion sous la Coupole avec quelques membres de l’Institut compétents en architecture. J’y suis allé avec mon directeur départemental de l’Équipement. Nous avons proposé d’abaisser la chaussée au droit du château,  pour que les visiteurs ne la voient pas au cours de la visite. Nous avions l’impression de les avoir convaincus mais ce n’était qu’une illusion. J’ai été muté dans le Var au bout de quelques semaines et le combat reprit avec mon successeur, le tracé devant être abandonné au profit d’un passage plus au nord par la forêt, qui évite les beaux paysages du fleuve. C’est dommage mais c’est la démocratie.

Dans le Var, j’étais à nouveau confronté à des populations violentes et à des élus peu respectueux de l’autorité préfectorale. Dès mon arrivée, j’en ai eu la preuve avec une manifestation, devant la préfecture, des maires des communes du littoral, ceints de leur écharpe tricolore, venus protester contre la façon dont les services de l’État se proposaient d’appliquer les textes relatifs à la loi Littoral votée quelques années plus tôt.  Je ne connaissais pas cette législation et demandai au directeur de l’Equipement quels étaient les articles majeurs. Il en trouva trois, la définition de l’espace proche de la mer, la notion de coupure d’urbanisation et la protection des espaces remarquables. Je lui ai fait réaliser une très grande carte sur laquelle nous avons porté ces trois éléments, je l’ai placée sur le mur de la salle de réunion et j’ai fait venir les maires par petits groupes pour qu’ils nous disent, dans la partie de territoire qui les intéresse, si nous nous trompions. Il y a eu très peu de critiques et le calme est revenu. Nous sommes allés présenter notre travail au tribunal administratif de Nice vers qui se dirigent les contentieux. J’ai eu le plaisir d’entendre une vice-présidente de ce tribunal me dire, quinze ans plus tard, que notre étude servait toujours de cadre.

J’ai quitté le Var sur une note infiniment triste, l’assassinat de la députée Yann Piat. Elle avait été menacée au moment de son élection et je l’avais fait alors protéger par les services de police – une mesure très exceptionnelle qui m’était reprochée. Je ne pensais pas qu’un an plus tard, alors que le calme était apparemment revenu, elle serait lâchement abattue sur la petite route conduisant à sa villa. Il y a des moments durs dans la vie d’un préfet, celui-là en est un.

Mon parcours préfectoral se poursuivit dans l’Essonne. J’avais demandé ce poste plutôt qu’une région pour suivre davantage mon dernier fils qui passait le concours d’HEC. J’ai eu raison, il a été reçu.

Ce département n’est pas la Seine-Saint-Denis, mais il existe à l’intérieur d’un ensemble plutôt calme des zones de non droit, comme l’actualité vient encore de le prouver. Au cours des années 50- 60, des promoteurs ont construit de grandes cités dont plusieurs ont mal vieilli et sont aujourd’hui habitées par des populations difficiles à intégrer. La Grande Borne en est le symbole. Ce quartier m’a pris beaucoup de temps. J’ai eu la chance de faire la connaissance d’une jeune fille d’origine malienne, Cumba Traoré qui avait fait des études de droit et qui connaissait très bien l’endroit. Elle m’a demandé de l’aider financièrement pour y créer des activités, notamment pour les mères de famille, me disant : « La Grande Borne est une grande famille, il faut que vous le compreniez ! ». Je l’ai reçue souvent et elle a même réussi à m’entraîner à l’arbre de Noël qu’elle organisait pour les enfants du quartier. J’y suis allé au volant de ma voiture, me garant un peu loin et j’ai été accueilli par des applaudissements nourris, alors que les policiers n’étaient pas à la fête dans ce quartier.

Je fus ensuite nommé en 1996 préfet de la région d’Auvergne, fief de l’ancien président de la République, Valéry Giscard d’Estaing. C’était un honneur parce que, lorsque la droite était au pouvoir, on lui soumettait le nom du futur préfet. Il avait répondu : « L’ennuyeux, c’est que je ne le connais pas ! ». C’était inexact mais, à la vérité, je l’avais jusque-là peu rencontré.

Il me faudrait un livre pour décrire la richesse des échanges que j’ai eus avec lui. J’ai écrit, après sa mort, quelques mots sur ce sujet. Les articles qui ont paru dans la presse à cette occasion ne rendent pas compte de cette période de sa vie. Il a été un très grand président d’Auvergne, très économe en dépenses de fonctionnement, alors que ses successeurs socialistes ont largement ouvert les vannes. Il a sélectionné les investissements de nature à remédier aux faiblesses de la région. Il est l’auteur de Vulcania, qui doit aujourd’hui souffrir comme c’est le cas partout, mais qui est d’une qualité exceptionnelle. La majorité élue en 1977 s’était engagée à empêcher cet investissement. Le permis était sur mon bureau après les élections et je l’ai signé considérant qu’en ne le faisant pas, je commettais un excès de pouvoir, Georges Vedel, s’il l’avait su, m’aurait applaudi. Je n’ai pas été mis à la porte grâce à Jean-Pierre Chevènement devenu ministre de l’Intérieur et que je connaissais depuis Sciences Po où nous devisions ensemble sur la « péniche ». « Le préfet a fait son travail ! »  a-t-il dit.

Tels sont quelques éléments de ma carrière qui portent tous la marque de ce qu’on m’a appris, dans ma famille d’abord, à Sciences Po ensuite, à l’ENA enfin. Je poursuis de nombreuses activités depuis ma retraite. Servir est dans mon ADN et je mourrai au combat si ma santé ne me fait pas défaut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.