Jean-Noël Jeanneney : Un Attentat — Petit-Clamart, 27 août 1962

Lu par Nicolas Saudray
Septembre 2022

L’attentat du Petit-Clamart, où De Gaulle faillit perdre la vie, remonte à soixante ans. Il est bon, en cet anniversaire, de lire ou de relire le livre de référence, que nous devons à Jean-Noël Jeanneney.

          Fils de Jean-Marcel Jeanneney, qui fut ministre du Général, et petit-fils de Jules Jeanneney, qui présidait le Sénat en 1940, l’auteur, historien de profession, a été, entre autres, professeur à Sciences Po et patron de la Bibliothèque Nationale de France. Son ouvrage est surtout basé sur un examen minutieux des archives, rendu possible par leur ouverture après un demi-siècle.

          De Gaulle a échappé d’extrême justesse. Cent cinquante douilles ont été ramassées sur les lieux. Nécessairement, il en manque, et le nombre de coup tirés par les agresseurs est donc encore supérieur. L’une de ces balles a traversé la glace arrière gauche de la voiture, derrière laquelle le Général était assis. S’il ne s’était pas baissé au dernier moment, sur l’injonction de son gendre, il aurait pris un coup fatal.

         La voiture roulait à 90 km/h. À une vitesse moindre, elle aurait subi davantage d’impacts. Malgré la crevaison de deux pneus, le conducteur a pu maintenir l’allure et s’évader du champ de tir. Une bonne publicité pour Citroën ! Entre l’arrivée du véhicule présidentiel, signalée aux tireurs par Bastien-Thiry qui agitait un journal, et la fin de la fusillade, quarante secondes seulement se sont écoulées.

         L’entourage du Général avait commis une imprudence, en laissant la radio annoncer que ce soir-là, il rentrerait à Colombey. En revanche, conformément aux règles de sécurité mises au point par…Staline, l’itinéraire avait été décidé au dernier moment. C’était sans compter sur les talents d’organisateur de Bastien-Thiry. Il avait placé, à différents endroits de Paris, des espions chargés de lui signaler, par téléphone, le passage de la DS. Les tireurs ont donc su très vite que la voiture, se dirigeant vers l’aéroport de Villacoublay, passerait par le Petit-Clamart, et se sont disposés en conséquence.

          L’auteur brosse le portrait des principaux conjurés. Certains sont presque des tueurs professionnels, d’autres, des amateurs qui ont tendance à se disputer. Une figure se détache, celle de Bastien-Thiry, polytechnicien, lieutenant-colonel, animé envers De Gaulle d’une haine qui confine à la folie – alors qu’il ne connaît même pas cette Algérie dont il lui reproche l’abandon.

          Capturés, les conjurés invoquent un prétendu droit de résistance à l’oppression. C’est l’occasion, pour l’auteur, d’inventorier les précédents, et notamment celui de la Ligue, avec sa théorie du tyrannicide, dont s’étaient inspirés les assassins d’Henri III et Henri IV. Mais si cette théorie conserve sa valeur à l’égard d’un pouvoir absolu, émetteur de décisions sanguinaires et arbitraires (Hitler par exemple), elle ne vaut évidemment pas contre un dirigeant investi par des votes réguliers, et agissant dans le cadre de lois démocratiques.

         On a reproché à De Gaulle d’avoir fait juger les conjurés par un tribunal militaire spécial. Mais la condamnation à mort des trois principaux était conforme à l’éthique du temps. Il semble que les juges aient néanmoins espéré la grâce des condamnés. Le Général l’a accordée à deux d’entre eux, l’a refusée à Bastien-Thiry. Pourquoi cette exception, quelque peu nuisible à l’image gaullienne ? Le Général a confié à ses proches que son assassinat aurait constitué pour lui-même une belle sortie. En revanche, il ne pouvait pardonner une tentative de tuer son épouse en même temps que lui.

         S’il avait réussi, l’assassinat n’aurait rien changé au sort de l’Algérie : l’indépendance était définitive, les pieds-noirs s’étaient repliés en France. La plupart des Français se sentaient plutôt soulagés.

          L’auteur se livre à une uchronie facétieuse : le premier ministre Pompidou étant encore peu connu des Français, et son devancier Michel Debré manquant de charisme, malgré d’évidentes qualités, le pouvoir serait échu à Antoine Pinay, qui aurait choisi Edgar Faure comme premier ministre, et aurait, après quelque temps, élargi Bastien-Thiry. Je pense pour ma part qu’une lutte, à l’issue incertaine, aurait eu lieu entre plusieurs grands barons du gaullisme. En tout cas, les années d’après 1962 auraient été assez différentes de celles que nous avons vécues.

         Jean-Noël Jeanneney nous a donné là une belle leçon de démocratie et de prudence.

Le livre : Jean-Noël Jeanneney, Un attentat – Petit-Clamart 27 août 1962,
Éd. du Seuil, 2016, 339 pages, ou en poche (Points-Histoire).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.