Saint-Quentin entre deux trains

par Nicolas Saudray
Juin 2022

Saint-Quentin passe pour une vielle industrielle, nordique et triste. Elle est néanmoins chargée d’histoire et vaut largement le détour.

          La Belgique, on le sent, n’est pas loin. Elle s’annonce par une architecture un peu disparate, à dominante de briques, avec parfois d’heureux parements de pierre. Les pignons sont souvent percés de fenêtres et donnent sur la rue, alors que dans la majeure partie de la France, on a préféré les accoler à ceux d’autres maisons, si bien qu’ils sont cachés.

          Philippe II, roi d’Espagne, est le premier à bombarder Saint-Quentin. Sa victoire, suivie du pillage de la ville, a lieu le 10 août 1557, jour de la Saint-Laurent. Pour commémorer ce haut fait, le monarque ordonne que son palais de l’Escurial ait la forme d’un gril, car tel avait été l’instrument du supplice du saint.  

          En 14-18, d’autres barbares endommagent les deux tiers des constructions. On rebâtit à l’identique, mais sans pouvoir toujours donner l’illusion de l’âge.

          Rescapée de ces mésaventures, la basilique Saint-Quentin n’est pas très connue, car elle ne porte point le nom de cathédrale, et n’a pas de tours. Un élégant clocheton, sur la croisée, tient lieu. Néanmoins, la nef majestueuse, qui concilie les différentes nuances de l’art gothique, a bel et bien les proportions d’une cathédrale. À noter une particularité unique en France : le double transept. En effet, la basilique a pour plan une croix de Hongrie, devenue croix de Lorraine, dont la traverse supérieure représente l’écriteau INRI. Une façade baroque, mince et blanche, nullement offensante, a été plaquée à l’entrée.

        Avant le drame de 14-18, l’hôtel-de-ville gothique flamboyant était l’un de plus beaux de notre pays. La reconstruction l’a raidi, mais la beauté subsiste. Il est flanqué de deux pavillons XVIIIe. Son beffroi revêtu d’ardoises abrite une collection de cloches que l’on voit bien d’en bas, et qui, à certaines heures, régalent le public de longues sonneries. Ainsi, le monument civil possède une tour bien mise en valeur, alors que l’église principale n’en a pas reçu. Le pouvoir bourgeois de la fin du Moyen-Âge défiait ainsi la suzeraineté ecclésiastique.

          La ville recèle aussi quelques jolis hôtels particuliers du XVIIIe siècle, tantôt en pierre, tantôt brique-et-pierre, et un musée de la même époque. Les pastiches n’en sont moins intéressants. Le théâtre, avec ses colonnes, sur la place de l’hôtel-de-ville, semble du pur Louis XVI, alors qu’il date du milieu du XIXe. Le palais de justice s’inspire du style Louis XV, notamment par ses sculptures, mais ses dimensions colossales révèlent un ouvrage de la Troisième République. Il faut voir le grand escalier avec ses rampes de marbre !

          Plus surprenante encore est l’empreinte de l’Art déco. Trois cents édifices saint-quentinois relèvent de ce style. Je n’en citerai qu’un, le fabuleux conservatoire de musique, avec ses hautes loges de verre pointues faisant saillie, qui semble sortir d’une conte de fées.

         Les deux enfants les plus célèbres de cette cité sont le peintre et dessinateur Maurice-Quentin de La Tour (Quentin étant ici un prénom), et Gracchus Babeuf, pionnier du communisme français, exécuté sous le Directoire. Par une ironie sans doute voulue, la place Gracchus Babeuf se trouve sous les fenêtres du palais de justice.

         Aujourd’hui, la ville paye durement la perte de son industrie textile, remplacée par celle de pays d’Asie. Ayant connu un pic de 67 000 habitants en 1975, elle n’en compte plus que 54 000. Souhaitons vivement qu’une nouvelle chance lui soit donnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.