Les « Fake news » au service de la vérité ?

Par Jacques Darmon

Le monde est submergé de fausses nouvelles : chiffres tronquées, affirmations erronées, statistiques  biaisées. Ce sont des fake news largement diffusées sur les médias et les réseaux sociaux.

L’expérience montre qu’il est impossible de les faire disparaître ou même simplement de les dénoncer toutes. Non seulement l’objectif est quantitativement inatteignable mais fondamentalement la tâche est impossible. Qu’est-ce qu’une information fausse ? Ou plus exactement qu’est-ce qu’une information vraie ?  Dès qu’il existe un véritable débat (le conflit israélo-palestinien, les innovations sociétales, le réchauffement climatique, la présidence Trump…), aucune information, quelle qu’en soit la source, n’est considérée comme vraie par tous les lecteurs. Fake news pour l’un, dévoilement d’une vérité dissimulée pour un autre ! A chacun sa vérité !

Chaque support d’information est lui-même contesté : les informations du Figaro sont considérées avec suspicion par les lecteurs de Libération et réciproquement. Même les supports qui se vantent de leur indépendance et de leur lucidité, qui affirment « décrypter » l’actualité, ne peuvent s’empêcher de prendre parti sur les sujets qui leur semblent importants (dissimulant leur préférence derrière une formulation prudente !).  Il est donc vain de chercher à définir des « informateurs de confiance ». D’ailleurs, à tout prendre, ne vaut-il pas mieux l’opinion d’un informateur engagé qu’une fausse objectivité ? Le lecteur n’est-il pas mieux protégé quand l’interlocuteur dit clairement d’où il parle ?

Bien plus, pour être exacte, une information doit être complète : informer sur une partie sans connaître le tout ne garantit rien. Un chiffre juste, une statistique exacte peuvent donner une image fausse de la réalité. Mark Twain disait déjà : Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques. Mais alors, qui peut se vanter de fournir une information complète ?

Seule la multiplication des informations permet éventuellement de neutraliser une fake news. Tenter de limiter la production d’informations en provenance de sites non certifiés est une tâche vaine et peut-être contre-productive. C’est la multiplication des sources d’informations, dont certaines (peut-être la majorité !) sont des fake news, qui permettra d’approcher la vérité au plus près. Dans une post-truth society, il faut renoncer à trouver une vérité commune au profit de la juxtaposition d’innombrables petites bulles de réalités séparées les unes des autres.

Quant au citoyen, face à ce déferlement médiatique, plusieurs attitudes lui sont offertes : les uns, courageusement, tenteront chaque jour de discerner le faux du vrai, d’autres préféreront s’abandonner paresseusement au flot de l’information en continu, d’autres encore choisiront de chercher un lieu écarté où d’être homme d’honneur on ait la liberté !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *