D’un monde bipolaire à un autre, les trois âges de  la  diplomatie de l’Inde

Par Philippe Humbert
Décembre 2021 

      Depuis 1947, le fil rouge de l’Inde indépendante  est l’autonomie stratégique, le refus de toute alliance  politico-militaire, la liberté de choisir sa voie dans le monde.

     Dans le monde bipolaire de la guerre froide , le mouvement des « non-alignés »  forgé à la conférence de Bandung en 1955 a permis à l’Inde de ne pas avoir à choisir entre le bloc oriental et le camp occidental. Elle développe alors une diplomatie universaliste, idéaliste, moralisatrice aux côtés du colonel Nasser, du premier ministre Chou-en-laï, du président Soekarno et autres leaders du tiers monde partageant le même anti-colonialisme , tout en récusant pour elle-même une alliance formelle avec le parrain soviétique et allant jusqu’à aider la Chine communiste à devenir membre du conseil de sécurité de l’ONU .

   Ce premier âge  de la diplomatie indienne est fracassé en 1962 par le conflit avec la Chine, suivi des guerres avec le Pakistan devenu une puissance nucléaire soutenue par la Chine, en 1965 et en 1971. Ces conflits conduisent à la création du Bangladesh. La dislocation de l’URSS en 1991 marque la fin de la polarisation de la guerre froide. L’Inde perd un partenaire majeur, son principal fournisseur d’armement et l’inspirateur, pendant plus de quatre décennies, de l’organisation de son  économie. D’où, en en cette même année 1990/91, une crise financière très grave.

S’ouvre alors une nouvelle période pour la diplomatie indienne. L’Inde ne croit pas à « la fin de l’histoire » au sein d’un monde unipolaire. Elle milite pour un monde multipolaire  et se met à la recherche de la puissance sur tous les plans. Un train de réformes économiques engage une libéralisation interne et externe, douze ans après Deng Xiao Ping en Chine, qui conduit à une vive accélération de la croissance. Une diplomatie régionale de bon voisinage s’élargit à un arc allant d’Afghanistan  à l’Indonésie, et tente de reconstituer  le faisceau culturel de l’hindouisme. L’Inde déploie des initiatives tous azimuts auprès  des pays développés, investisseurs et apporteurs potentiels de technologies civiles et de défense.  Des essais nucléaires ont lieu en 1998, démontrant une capacité connue dès 1974.

 Au tournant des années 2000 l’Inde se place à l’intersection des grands enjeux internationaux identifiés par le G20 : l’Inde n’est pas  signataire du traité de 1970 sur la non- prolifération des armes nucléaires, mais est de facto associée au « club nucléaire » ; l’Inde est impliquée dans la problématique de la lutte contre le terrorisme et l’insécurité maritime dans l’océan Indien aux côtés d’autres pays dont la France ; le dérèglement climatique lui donne un pouvoir d’influence grandissant au fur et à mesure des COP , car 3ème pollueur mondial après les États-Unis et la Chine , l’Inde est à la fois une victime et un acteur des solutions. L’Inde contribue au succès de la COP 21 à Paris mais aussi aux résultats plus mitigés de la COP 26 de Glasgow (l’objectif consistant à couvrir 50% des besoins électriques du pays à partir d’énergies renouvelables en 2030, et à atteindre la neutralité carbone en 2070). La crise sanitaire est l’occasion, inaboutie, de tenter de jouer un rôle positif par la fabrication à grande échelle  de vaccins et leur diffusion dans le monde, avant d’être rattrapé par l’énormité des besoins nationaux.

Par une ironie de l’histoire, l’Inde risque de connaître de nouveau les problématiques compliquées d’un monde bipolaire structuré par la rivalité « systémique «  entre les USA et la Chine.

Cette rivalité, dont la mise en scène n’est pas dénuée d’arrière- pensées des deux côtés, n’est plus seulement idéologique et militaire comme au temps de la guerre froide. Elle est géostratégique, technologique, économique et culturelle. De ce fait, elle place l’Inde dans une situation complexe et multidimensionnelle.

Au fond, on peut soutenir que l’Inde, sur les plans historique, idéologique (capitalisme indien, diaspora puissante et riche aux USA ), institutionnel ( une constitution « Westminster »), politique       (démocratie, même sous tension ) fait partie du « monde occidental ». C’est avec les pays européens,  les États-Unis, Israël que l’Inde a des relations dans les domaines les plus sensibles des technologies militaires, du renseignement, de la lutte anti-terrorisme, de l’industrie spatiale, de l’univers cyber  et aussi sur le plan de la culture, des arts, de la littérature. Le partenariat ancien avec la Russie est un contre-exemple imparfait car limité d’une part à des échanges commerciaux qui n’ont jamais prospéré, d’autre part à un pacte militaire important mais pas différent par nature de ce qui existe avec les États-Unis, la France ou Israël. Le constat en a été fait à nouveau lors de la visite du président Poutine à Delhi le 7 décembre 2021.

L’inde doit faire face à l’activisme multiforme de la Chine : les tensions frontalières, le « collier de perles «  des bases navales, les routes de la soie, l’alliance sino -pakistanaise en Afghanistan (un échec de l’Inde partagé avec les États-Unis). Étant aux premières loges de la montée en puissance de la Chine, elle est incitée à s’engager dans les initiatives destinées à la contenir dans le cadre de la stratégie dite indo-pacifique, mise en œuvre par différents grands acteurs :   la coalition du «  SQUAD » qui réunit l’Australie , le Japon aux côtés des États-Unis ; les actions pilotées par l’UE avec l’ASEAN, orientées vers le commerce , la connectivité , les droits humains , la sécurité maritime ; le partenariat bilatéral franco-indien ( exercices militaires communs , accès aux hautes technologies , facilités d’escale à Djibouti .. )

Mais si l’Inde peut avoir intérêt, pour sa propre sécurité et comme «  levier «  dans ses relations avec l’Occident, à rallier la stratégie anti-chinoise initiée par D. Trump et continuée par Joe Biden, sa position géographique et surtout l’énorme déséquilibre de puissance avec la Chine ( dont le PNB est cinq fois supérieur ), son premier partenaire commercial ,définissent des limites, indépendamment de la qualité de la relation bilatérale indo-américaine un peu assombrie par le contentieux  américano-russe. Par ailleurs, le tropisme de la Russie vers la Chine (dont le PNB est dix fois supérieur à celui de la Russie) réduit les marges de manœuvre de l’Inde vis-à-vis de la Chine par Russie interposée.

La participation de l’Inde au « sommet pour la démocratie » les 9 -10 décembre 2021, à l’initiative de Joe Biden, il est vrai au sein d’un aréopage hétéroclite, montre bien dans quel monde l’Inde est vue et se voit par rapport à la Chine, principale nation exclue.

Dans le monde bipolaire du 21ème siècle , plus fluide et pluraliste que celui du bloc oriental opposé au camp occidental, et où existe une gamme de fidélités et d’appartenances,  l’Inde aura moins de difficultés à concilier son arrimage à l’Ouest avec son souci traditionnel d’autonomie et trouvera avantage à conserver des canaux de relation  différenciés en Europe dans tous les domaines.

Au- delà des jeux diplomatiques,  l’Inde sauvegardera d’autant plus efficacement ses intérêts extérieurs face à la Chine qu’elle progressera dans la solution de  ses gigantesques défis économiques et sociaux  et maintiendra une démocratie pluraliste à l’intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.